Accéder au contenu principal

The Omega Men (King/Bagenda/Fajardo Jr.)

Les très belles couvertures de Trevor Hutchison
       Formellement la maxi-série The Omega Men est porteuse d’une ambiance à nulle autre pareille. Choisir d’utiliser une mise en page de type « gaufrier », sur un nombre aussi important de planches, est une belle idée tant la démarche est atypique ; même si on frise pour le coup un peu l’overdose lors des premiers mois. 
Les dialogues sont aussi un des points forts de ces premiers numéros, du moins d’un point de vue (là aussi) formel : utilisation d’une langue extraterrestre (et qui nous est incompréhensible), les hésitations, les répétitions, etc. Tout cela donne une impression de spontanéité assez bluffant. 

Pour le fond, ou les explications, on repassera on patientera …
En effet, Tom King - le scénariste - semble avoir décidé de baser son scénario sur le mystère, en appliquant la fameuse règle dite du « Show ! Don’t tell ! » de manière la plus radicale qui soit. Au risque de perdre ses lecteurs en route ; ou à défaut de me perdre.

L’arrivée au 4ème numéro de Toby Cypress aux dessins, en remplacement de Barnaby Bagenda qui en avait assuré jusqu’alors la direction, est aussi l’occasion de fournir un peu plus d’explications. Et la rupture est brutale, puisque Tom King inverse la règle susdite tout en bouleversant les mises en page. Les planches utilisent alors- majoritairement – des cases panoramiques, entrecoupées de pleines pages.
Était-ce un choix dès la conception de la série ? 
Ou une concession éditoriale dictée par des demandes de lecteurs (aussi perdus que je l’étais) ?
Difficile à dire, mais en plus d’être un peu plus faible graphiquement (malgré la colorisation que Romulo Fajardo Jr. assure depuis le 1er numéro), le changement de braquet donne à mouliner beaucoup (trop) de texte d’un coup.
En tout état de cause, ce choix – bien que bancal – éclaire cependant notre lanterne, à défaut des motivations des uns et des autres.
Chaque numéro se termine par une citation du philosophe William James
       Ouvrir un livre ou une bande dessinée, c’est accéder à tout un univers « portatif », et avoir la possibilité de s’y immerger plus ou moins facilement. The Omega Men est une bédé exigeante, mais je ne peux pas dire que son univers ne soit ni dépaysant ni très attirant. 
Appréhender le monde à travers l’imaginaire de quelqu’un d’autre est une expérience qui peut – de mon point de vue – nous apporter une compréhension nouvelle du monde, fusse au travers d’un univers imaginaire. Lequel, pour le coup, n'est pas non plus complètement coupé de notre réalité puisqu'il traite de politique, de religion, de liberté ..... et de terrorisme.

Quand en plus d’un scénario intrigant les auteurs s’attellent à en soigner le formalisme de la narration, je dis banco

(À suivre …)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…