Accéder au contenu principal

Northlanders t.01 (Brian Wood & Co.)

Massimo Carnevale
.... Après avoir lu plusieurs histoires écrites par Brian Wood : DMZ, Mara (l'indigence d'icelle en fait un « must-read »), The New York Five ; je suis étonné de la place qu'il occupe dans le milieu - eu égard aux projets sur lesquels il collabore, et surtout leur publication par des éditeurs - et le peu d’intérêt et la monotonie que m'inspire son travail.
Mais j'imagine bien que je ne suis pas représentatif du gros du lectorat.

Et ce n'est pas le premier tome de Northlanders - sous-titré Le livre anglo-saxon* - qui va me faire revenir sur ce que j'en pense.
Dean Ormston
Ce premier volume (/3), publié par Urban Comics, est un sacré volume d'eau tiède assez représentatif du travail de Wood, dont le seul intérêt à mes yeux réside (une nouvelle fois) dans la présence de très bons dessinateurs & d'excellents coloristes.
Artistiquement, ces plus de 450 planches sont un sans-faute (voir la première illustration de ce commentaire™© pour la liste des collaborateurs de Brian Wood).
Pour le reste, seul l'arc intitulé La croix et le marteau tire son épingle du jeu. Et encore.

En effet, le twist narratif (le seul du recueil, une sorte de record) se devine bien avant qu'il ne se manifeste, et les anachronismes aussi amusants soient-ils témoignent surtout - à mon avis - d'un manque d'imagination.

Il est en effet sûrement plus facile de s'inspirer des multiples séries télévisées qui mettent en scène des enquêteurs dressant le profil de suspects tout en utilisant un arsenal pseudo-scientifique, que d'inventer une chasse à l'homme en plein XIème siècle de façon captivante durant un peu plus de 130 pages. Oui 130 pages c'est long, quand bien même sont-elle dessinées par Ryan Kelly & colorisées par Dave McCaig.

Mais je ne voudrais pas paraître trop bégueule non plus. [-_ô]
Ryan Kelly
 .... En conclusion, un premier tome qui regroupe 20 numéros (parus mensuellement aux U.S.A. sous le label Vertigo) inversement aussi creux scénaristiquement parlant qu'il sont réussis artistiquement. 
Un recueil que j'ai décidé de finir ne serait-ce que pour faire preuve d'équité envers le scénariste lorsqu'il est apparu que je ne dirais pas du bien de sont travail.

Heureusement ce clavaire ne m'a coûté qu'un déplacement à la médiathèque, une marche qui sera finalement l'un des deux seuls aspects positifs de l'affaire (avec, je le rappelle, la flopée d'artistes prenant part à l'aventure).
Dave McCaig
_______________________________
• Traduction de Benjamin Rivière (qui n'hésite pas à traduire «Lice-Beard », félicitations) du studio MAKMA
• Lettrage de Moscow*Eye

J'ajouterai également Willem Meerloo à l'adaptation graphique, bien que je ne sache pas précisément ce que recouvre ce poste.

* Je salue le travail d'édition de l'équipe éditoriale d'Urban Comics qui a décidé de donner une cohérence géographique & chronologique au travail du scénariste, en sus de proposer une préface et une postface de Patrick Weber. Ainsi que le choix de publier cet ouvrage (comme la totalité de son catalogue je crois bien) sur du papier mat.

Prix : 28,00 € 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.