Accéder au contenu principal

SOUL MAN (David Chauvel/Denys/Hubert)

…. Conséquence du succès de la série-concept « Sept », et de l’envie de travailler avec des gens qui n’avaient pas trouvé de place dans les 7 albums publiés alors, David Chauvel – directeur de collection – et Guy Delcourt big boss des éditions qui portent son nom ont imaginé « Le Casse ».
La série-concept : six albums, racontant six hold-up, dans des univers complètement différents.  
…. Ecrit rapidement (en 1 mois), afin de palier la défection d’un autre scénariste, Chauvel s’associe avec le dessinateur Denys pour ce troisième album de la série intitulé : Soul Man.
Dans un entretien le scénariste, habitué aux polars, raconte que jusqu’à la cinquantième page il ne savait comment se terminerait son one-shot. Deux fins se disputaient la place. 
Cette tension et la contrainte de temps se ressentent d’ailleurs dans l’album. 
Toutefois rien de bâclé, ni du côté de l’intrigue ni du côté des planches. Denys y fait un travail de toute beauté. Dynamique, rythmé, la narration très astucieuse créée du suspense là où pourtant tout a déjà plus ou moins été dit. Ce n’est pas la moindre des gageures que d’enthousiasmer des lecteurs sur un terrain aussi balisé. Ça a été du moins le cas pour moi. 
Autre pierre angulaire de Soul Man, les dialogues.
En effet l’histoire repose en grande partie sur eux, et David Chauvel donne beaucoup de naturel aux échangent, tout en leur gardant de l’intérêt. Même dans les digressions musicales (il est lui-même amateur de musique), où lorsqu’il brosse – en creux – un portrait des U.S.A

Là aussi Denys a son mot à dire, et il le fait au travers d’un découpage qui imprime un rythme de lecture au tempo précis sans jamais lasser. 
…. David Chauvel a écrit pas mal d’albums dans cette veine, des polars noirs et nerveux, j’en ai lus pas mal aussi et toujours avec beaucoup de plaisir. Je l’avais un peu perdu de vu depuis, mais avec Soul Man il m'a démontré qu’il n’avait pas perdu la main.
Et Denys, un dessinateur que je ne connaissais pas avant cette lecture, est devenu quelqu’un dont je vais dorénavant me préoccuper.

David Chauvel & Denys repartent avec les félicitations du jury mention « très bien » !
Hubert réalise les couleurs

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.