Accéder au contenu principal

LAZARUS t.5 Génocide programmé

Couverture d'Owen Freeman
.... Ce cinquième tome de la série, écrite par Greg Rucka, dessinée par Michael Lark - assisté à l'encrage par Tyler Boos- & colorisée par Santi Arcas s'apprécie à la fois, en tant que tel mais aussi en ce qu'il s'inscrit dans une série à la qualité grandissante. Une série dont le scénariste a laissé entendre un temps, qu'il avait suffisamment d'idées pour écrire une centaine de numéros.
Pour mémoire, Génocide programmé reprend les numéros 22 à 26 parus mensuellement aux U.S.A.

Dans le cadre de la série donc, ces 5 numéros restent à la hauteur de ceux qui l'ont précédés. Et si le titre dudit recueil est tout à fait explicite quant à ce qui s'y déroule, il n'empêche pas Rucka de faire toujours autant preuve de finesse et de duplicité. Et de réserver quelques surprises, dont une particulièrement terrifiante.
Du moins son introduction dans la série fait tout pour qu'elle le soit. Et c'est très réussi.

En tant qu'album, bien qu'il ne puisse être lu indépendamment, Génocide programmé est un excellent arc. Michael Lark, qui explique par ailleurs vouloir prendre un peu de repos, y est au sommet de son art. Aussi à l'aise dans les scènes plus intimistes, ou celles qui requièrent discrétion et conciliabules en catimini, que dans l'action tous azimuts, voire dans l'horreur brute & gore.
Le travail de Santi Arcas est tout autant à la hauteur.

Ces deux artistes donnent un supplément d'âme à une série déjà très au-dessus de ce qui se fait en ce moment, tous éditeurs confondus.
.... Comme je le laisse entendre, Michael Lark a donc annoncé dans les pages consacrées aux courriers (du numéro 26) qu'il va prendre un peu de repos, après 182 semaines passées (exclusivement) sur Lazarus.
Mais le titre ne va pas s'arrêter pour autant.

Greg Rucka annonce en effet pour juillet une mini-série en 6 numéros, dessinés par des artistes différents, et dédiés chacun à des personnages également différents. Intitulée Lazarus X-66 elle sera écrite par Rucka en collaboration avec un autre scénariste à chaque numéro. Il annonce aussi deux « source books » à paraître, mais la politique éditoriale que l'éditeur Glénat mène sur ses titres venus des Etats-Unis, me fait dire que nous n'y aurons pas droit (sous quelque forme que ce soit). 
À propos de politique éditoriale, Glénat dissimule toujours aussi bien le nom des traducteurs et des lettreurs qui travaillent pour lui ; en l'état il s'agit respectivement d'Alex Nikolavitch et de Fred Urek. 

.... En conclusion, avec cette série Rucka & Lark ont en effet construit au fur et à mesure une dystopie particulièrement riche, tant en termes de personnages que d'intrigues (les uns alimentant les autres & vice versa), que leurs talents conjugués pourraient - sans faiblir - mener à une bonne centaine de numéros.

Et Génocide programmé est une nouvelle étape - remportée haut la main - vers ce sans-faute (souhaité).  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.