Accéder au contenu principal

Birthright : tomes 1 & 2 (Delcourt)

…. La série Birthright, de Joshua Williamson & Andrei Bressan, est le résultat de la mise en œuvre d’un algorithme mémétique* connu (au moins) depuis l’année 1889. 
Mark Twain y publie alors un roman – Un Yankee à la cour du roi Arthur – dont la trame, débarrassée de sa charge politique, fera florès auprès des soutiers de « l’art modeste » : pulp magazines, comic books, cinéma, etc., et ce jusqu’à aujourd’hui.
Voyez plutôt : « un héros occidental vient apporter la civilisation ou le salut, à une société jugée primitive, ou médiévale ». Ce qui différencie (liste non exhaustive) Une Princesse de Mars d’Edgar Rice Burroughs (1912), Le Dernier samouraï d’Edward Zwick (2003) ou Autumnlands de Busiek & Dewey (2015), ce n’est pas une différence de nature mais - bien entendu - de degré. 
Chacune à leur manière, ces histoires racontent l’arrivée d’un étranger à la civilisation qu’il pénètre, et qui en deviendra peu ou prou le héros en combattant les « forces du Mal ». 

Ce stéréotype, tellement connu qu’il en est devenu (presque) invisible, Joshua Williamson va le retravailler. Il garde la société médiévale, fortement épicée d’heroic fantasy comme on dit par chez nous, et imagine un avenir à ce héros après qu’il eut rempli sa mission.
Ce n’est d’ailleurs pas la seule surprise de cette série, qui en est à son vingt-cinquième numéro aux U.S.A (publiée par Image Comics) et au moment où j’écris. Et que 4 tomes ont été publiés dans par l'éditeur hexagonal Delcourt

Astucieuse et riche en promesses, Birthright bénéficie en sus d’un duo qui transforme l’imagination de Williamson en un rendu séquentiel saisissant voire féerique. Andrei Bressan (aux dessins) & Adriano Lucas (aux couleurs) aussi à l’aise dans l’épique que dans les péripéties familiales plus terre-à-terre, ne sont pas pour rien dans la séduction qu’exerce le scénario. 
Toutefois, la suspension volontaire d’incrédulité demandée est tout aussi fortement sollicitée que vis-à-vis de l’histoire proprement dite, tant certaines cases ressemblent à un soir de 14 juillet à trois grammes du mat’.
Traduction : Studio 2C Lettrage : Moscow*Eye
.... Rythmée, jamais à court d’un retournement de situation et de quelques grosses ficelles faciles à actionner, Birthright est un chouette divertissement, dont j’ai lu les deux premiers recueils avec beaucoup de plaisir et d’intérêt.
  

(À suivre ....)
 _______________ 
*Le mème est à la civilisation, ce que le gène est à l’évolution. C'est une unité d'information, auto-réplicante ; autrement dit une « idée », considérée comme autonome et surtout, contagieuse.

Commentaires

  1. Je vois que ça a été rapide pour t'y remettre. :)

    Les cases très colorées de Bressan et Lucas rendent la lecture très divertissante, avec une forme de récompense immédiate pour le lecteur.

    C'est rigolo parce que tel que présente le mème de Mark Twain m'évoque également le mythe plus générique du sauveur, l'étranger qui arrive dans une communauté et qui sauve la situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais dans le cas de Twain (et de ceux que je cite par exemple) il s'agit d'étrangers au sens le plus radical du terme : voyageur temporel, "extramarsien", venant d'un autre continent, et venant d'un univers parallèle.
      Bref, il s'agit de la rencontre de deux sociétés, deux civilisations

      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un