Accéder au contenu principal

Invasion (Bill Savage) Pat Mills & Co.

.... Suite à la lecture de l'entretien entre Pat Mills (scénariste britannique bien connu) & l'ami Présence, et la conversation qui s'en ait suivi [Pour en savoir] je rapatrie un article que j'avais écrit à l'occasion - ou presque - de la sortie du recueil Savage chez l'éditeur Delcourt .....

Savage

Scénario : Pat Mills
Dessins : Charlie Adlard
Traduction : Nick Meylander
Lettrage : Moscow*Eye

Editions Delcourt
Prix : 17,95 €

Rebaptisée la République Volgane, l’ex-Russie a passé un accord avec les États-Unis dans une sorte de nouveau Yalta, afin de se partager le monde. Mais les pays libres et le Royaume-Uni refusent cette nouvelle donne et la résistance se met en place. 2004 : Les Volgans ont envahi l’Angleterre. Un certain Bill Savage se bat contre l’oppresseur. Une atmosphère de guerre et de guérilla envahit l’Albion.

…. L’invention, la création est de mon point de vue, et à bien des égards, un miroir aux silhouettes. Et ce n’est pas la préface de Pat Mills - scénariste reconnu et l’un des hommes clés à l’origine de l’hebdomadaire de BD 2000AD [Pour en savoir +] - qui me contredira, lui qui y déclare s’être inspiré de Jack Carter, personnage inventé par le romancier Ted Lewis, pour son propre personnage Bill Savage
Le roman de Lewis, Jack's Return Home - disponible chez l'éditeur hexagonal Rivages - (1970) est sûrement plus connu au travers de son adaptation cinématographique, portée à l’écran l’année suivante sous le tire original de Get Carter (La Loi du milieu) et réalisé par Mike Hodges avec Michael Caine dans le rôle principal.

Toutefois Bill Savage a failli ne pas voir le jour. 

…. En effet au moment de réfléchir au contenu de l’hebdomadaire que l’éditeur IPC est en train de concevoir et qui deviendra 2000AD donc, John Sanders suggère une série, baptisée Invasion, qui raconterait justement l’invasion de la Grande Bretagne par les troupes Russes. Pat Mills n’est pas très enthousiaste jusqu’à ce que l’éditeur propose de montrer dès le premier épisode l’exécution de Margaret Thatcher devant la cathédrale Sain Paul (de Londres) c’est du moins l’argument qu’avance David Bishop dans son étude sur l'hebdomadaire britannique. 
Si M. Thatcher n’est pas, au moment de la création de 2000AD, encore Premier ministre elle est néanmoins déjà à la tête du Parti conservateur.
Le premier scénario est donc envoyé à un artiste mais son travail n’est pas suffisamment convaincant ; Villagran c’est son nom, le redessine mais là encore il ne convient pas. 
Finalement c’est un dessinateur de l’agence Bardon qui s’y collera, et son travail sera jugé satisfaisant. 
L’Histoire n’a à ma connaissance, pas retenu son nom. 

Tout au long de ce processus artistique, des remaniements, notamment au niveau de la violence – l’arrêt de l’hebdomadaire Action est encore dans toutes les mémoires [Pour en savoir +] – seront apportés jusqu’au dernier moment, juste avant de mettre sous presse (Cf. Thrill-power overload par David Bishop). Finalement le premier épisode sortira dans le premier numéro de 2000AD le 26 février 1977. 

Trois ans plus tard Invasion est publiée dans l’Hexagone.
Au cours des années 1970 et au début des années 1980 notamment, les lecteurs français sans qu’ils le sachent forcément ont droit à des histoires de bandes dessinées qui viennent des quatre coins de l’Europe : Angleterre, Italie et Espagne grâce à ce qu’on appellera plus tard les « petits formats » (PF), et Invasion ne déroge pas à la règle puisqu’il est publié dès juin 1980 dans Force X, qui deviendra dès le numéros suivant sans qu’on sache pourquoi Super Force (14 numéros). 

Ce « petit format », publié par l’éditeur Aventures et Voyages (plus connu sous le nom de Mon Journal), de 128 pages (et de 130x180 cm) accueillera par ailleurs dans son numéro 11 le (maintenant) célèbre Judge Dredd.
La version originale et la version française
Petit format mais aussi petit prix. 

Le numéro de Force X coûtait à l’époque 3,50 francs soit l’équivalent en 2015 de 1,46 € calcul fait, compte tenu de l'érosion monétaire due à l'inflation. Difficile de trouver de la bande dessinée à ce prix-là aujourd’hui. 
Pour mémoire, ce qui se fait sûrement de moins cher de nos jours est soit le Journal de SPIROU qui coûte 2,40 € et le Journal de MICKEY qui lui vaut 2,90 €. 

…. Bill Savage est un personnage comme les affectionne Pat Mills : un prolétaire à qui on ne dicte pas sa conduite, et un anti-héros. C’est-à-dire un personnage qui fait le Bien malgré lui au travers notamment de ses propres combats ; qui combat la hiérarchie et l’ordre lorsqu’ils sont imposés et iniques, bref qui combat le « système » en place avec la même pugnacité que s’il était lui-même un « méchant ».
L'exécution de Mme Thatcher
.... La guerre que mène Savage ne se fait pas « en dentelle », tous les coups sont permis et que le plus retors gagne. 
Pat Mills, en vieux routier de la BD qu’il est, sait toutefois inventer des personnages suffisamment riches qui ne tombent jamais (ou presque) dans le manichéisme. 
Tout salaud qu’il soit, un personnage à des raisons de l’être ; le scénariste laisse au lecteur d’approuver ou non ses agissements. 

Du moins lui laisse-t-il croire.

Commentaires

  1. Toujours passionnant à lire, m'sieur Dada. J'avais moi-même chroniqué le premier - et unique numéro de Force X ici : http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?f=1&t=17979&start=160#p442028. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Pour info, le 1er dessinateur de Invasion n'est autre que le grand Jesus Blasco, qui a travaillé pour Spirou (la série Paul Foran, entre autres), et en Angleterre l'excellent Steel Claw, rebaptisé chez nous Main d'acier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureux que ce que j'écris t'intéresse.
      Merci.

      Supprimer
    2. You're welcome ! Il y a si peu de choses sur le net en français sur la bd britannique en général, et sur 2000 AD en particulier que c'est un bonheur de lire tes chroniques.

      Supprimer
  3. J'ignorais tout des coulisses de la création de cette série. Merci pour cet acte enrichissement de ma culture.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…