Accéder au contenu principal

Marshal Bass (Darko Macan/Igor Kordey) Delcourt

…. Digne cousin germain de Lobo, le premier héros Africain-Américain ayant eu un comic book attitré (chez l'éditeur Dell Comics) jamais répertorié (à ma connaissance) aux U.S.A., et de Jemal David (alias Otis Young) dont le souvenir a traversé les ans (il était la covedette de la série télévisée intitulée « Les Bannis ») ; River Bass, fruit du clavier de l’épatant scénariste Darko Macan et des crayons du talentueux Igor Kordey, s’installe chez Delcourt pour au moins deux albums. 
Une équipe qui a déjà travaillé ensemble et des deux côtés de l'Atlantique: sur Soldier X [Pour en savoir +] et sur Nous les morts [Pour en savoir +].
Couleurs de Desko
Igor Kordey livre une prestation que son talent tendrait presque à rendre anodine tant il est constant. C’est un dessinateur rapide, au trait évocateur & ruptile*, qu’on n’oublie pas. 
Rien à redire de ce côté-ci de la création : les personnages ont des trognes, sa sent la sueur et la poussière comme si on y était, et le storytelling est en Cinémascope™. 

Non, si le bât blesse c'est du côté de Darko Macan, scénariste inspiré s’il en est (et parmi mes favoris), qui livre avec ce premier tome un récit très superficiel. 
Le potentiel évident de son scénario n’est presque pas exploité, pas plus que son personnage, qui soit-dit en passant s’inspire d’un individu dont la vie a été historiquement attestée. Tout un pan du scénario me semble d'ailleurs absent de l'album (14,95 €). 

Et pourtant ça commençait bien.
Traduction & lettrage : Fanny Thuillier
.... Cela dit, si j’ai la dent un peu dure avec Darko Macan, je vois bien que nombre de ses pairs s’enorgueilliraient sûrement d’avoir pondu une telle histoire. Mais venant de lui, je ne peux m’empêcher d’être un peu déçu. 

Reste que je serai du prochain tome [Pour en savoir +] à paraître en novembre 2017, dont voici la couverture :
_____________ 
* Ruptile : terme de botanique qui signifie expansion d'un organisme qui explose sous la pression de sa propre énergie.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …