Accéder au contenu principal

Occupy Avengers #3-7 Marvel Comics

…. Si les deux premiers numéros, additionnés au titre lui-même, me laissaient entendre que la série traiterait de problèmes sociaux contemporains, la suite allait me donner tort. 
SPOILERS

Occupy Avengers #3-4

Toujours dessinés par Carlos Pacheco, ces 2 épisodes introduisent, à la manière de ce qui se faisait dans les Seventies à la Marvel, deux personnages dont David F. Walker a eu brièvement la charge (dans la mini-série Nighthawk dont je reparlerai) : Tilda Johnson & Nighthawk
Sur fond de « Marvel team-up » ou de « Marvel Two-In-One » qui rappelleront des souvenirs aux lecteurs de la revue Special Strange (éditions LUG), Clint Barton & Red Wolf se penchent sur un trafique d’androïdes (LMD).
Mais où est Mr T ?
Ocuppy Avengers #5-7 :

Après quatre numéros, l’impression que la série se cherche s’est installée.
Les trois suivants chassent définitivement l’aspect « relevant comics », et prennent plutôt la tournure d’une chasse à l’œuf de Pâques pour geek.
Si le scénario de ces trois épisodes ne casse pas trois pas à un canard, l’arrivée de Gabriel Hernandez Walta et de Jordie Bellaire donne une plus-value dont la série arrivera difficilement à se passer si elle veut continuer d'être lue. 
K 2000 + Transformers : Un revival des années Reagan ?
Bilan :

.... Si ce n’était pour Walta & Bellaire, qui étaient prévus dès le début, je crois bien que j’aurais laissé tomber la série dès le 4ème numéro. 
Si de mon point de vue David F. Walker n’est pas un mauvais scénariste, il ne donne pas beaucoup de souffle à ses histoires. 
Très linéaires, leur vacuité a tendance à prendre le pas sur le reste. 
Si son travail au niveau des récitatifs est très agréable, le reste manque cruellement d’ambition. 

Il expliquait dans un entretien que le staff de la Marvel voyait Occupy Avengers comme une sorte de A-Team (L’Agence tout risque), force est de dire que de ce côté-là le contrat est rempli. 
Occupy Avengers est presque aussi enfantine simpliste que L’Agence tout risque. Du moins la version française dont je me souviens. 

Ni bon ni mauvais, Occupy Avengers est déjà devenu un titre quelconque.

Dommage.

Commentaires

  1. Dommage pour cette réorientation de la série. Duc coup, je feuillèterai le premier tome avant de me décider pour la lecture. Merci pour ces informations.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.