Accéder au contenu principal

Evil Empire [Max Bemis/Getty & Mutti]


•••• Les premières pages d’EVIL EMPIRE dont la fonction émolliente passe par la reprise de quelques poncifs éculés : la chanteuse Black engagée, le candidat prônant les vertus familiales tourné en réactionnaire bon teint, son jeune opposant dont les veines son irriguées par le sang des Kennedy, etc., me laissent penser après avoir terminé ce premier tome que Max Bemis, individu dont je découvre l’existence en même temps que ce recueil de bande dessinée publié par Glénat Comics, a sérieusement pensé au scénario de son histoire.
Tout autant qu'aux dialogues de ses personnages d'ailleurs.

Cela dit, ne connaissant pas la version originale mais ayant vu que c’est l’ami Jérôme Wicky qui s’est occupé de la traduction, il ne fait aucun doute que si le mérite desdits dialogues, en revient à l’auteur étasunien, la traduction n’aura rien gâché de son travail. La drôlerie et la vitalité ne sont pas les seuls atouts des discussions qu'ont les personnages ; Bemis a là aussi décidé d’y réfléchir semble-t-il, et de soigner la « forme », en proposant notamment une petite touche plutôt originale, dont l’esprit caustique n’échappera à personne, et que je me permets de vous proposer : 

Cela m'est d'autant plus facile que je crois qu'EVIL EMPIRE est une série qui mérite d’être découverte avec le minimum de connaissance sur son histoire (cela va sans dire), et que ce petit extrait de planche ne révèle finalement pas grand chose sur l'intrigue. 

Le rythme du récit qui participe grandement à la réussite de ce récit ne doit pas non plus être révélé ; tout au plus me laisserai-je aller à le comparer à celui des montagnes russes des célèbres parcs d’attraction d’outre-Atlantique. Mais j'en ai sûrement déjà trop dit. Toutefois, sur le fond, si je puis dire, je me permettrai d'ajouter qu’on est clairement dans la caricature, et que cette description a conscience d’être ce qu’elle est. 

Autrement dit, Max Bemis n’est pas dupe du dispositif qu’il utilise. Autant que je puisse en juger après seulement les quatre numéros contenus dans ce recueil bien entendu. 
Et vous le savez bien, lorsqu’on parle de caricature on est peu regardant sur l’épaisseur du trait. Ainsi soit-il ! 

Si du côté des planches il n’y a pas de quoi casser quatre pattes à un canard, quoi que si le cœur vous dit pourquoi vous priver, les designs des couvertures sont d’un autre calibre. 
Jay Shaw dont Glénat Comics a repris la couverture du #2 U.S. pour illustrer sa propre publication, et ceux de Scott Newman (reproduits pour l’éditions française en fin de volume) sont vraiment très réussies. 
William Pyle, n'est pas manchot non plus !!
•••• En définitive, si Max Bemis (au scénario), Ransom Getty & Andrea Mutti (aux dessins) aidés de Chris Blythe (à la couleur), bref si aucun d'entre eux n’a inventé le fil à couper le beurre, ils ont ensemble, trouvé une belle manière de s'en servir. 

Ce qui n’est déjà pas si mal, d'autant qu'il n'y a pas l'ombre d'un morceau de beurre dans cette histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…