Accéder au contenu principal

Evil Empire [Max Bemis/Getty & Mutti]


•••• Les premières pages d’EVIL EMPIRE dont la fonction émolliente passe par la reprise de quelques poncifs éculés : la chanteuse Black engagée, le candidat prônant les vertus familiales tourné en réactionnaire bon teint, son jeune opposant dont les veines son irriguées par le sang des Kennedy, etc., me laissent penser après avoir terminé ce premier tome que Max Bemis, individu dont je découvre l’existence en même temps que ce recueil de bande dessinée publié par Glénat Comics, a sérieusement pensé au scénario de son histoire.
Tout autant qu'aux dialogues de ses personnages d'ailleurs.

Cela dit, ne connaissant pas la version originale mais ayant vu que c’est l’ami Jérôme Wicky qui s’est occupé de la traduction, il ne fait aucun doute que si le mérite desdits dialogues, en revient à l’auteur étasunien, la traduction n’aura rien gâché de son travail. La drôlerie et la vitalité ne sont pas les seuls atouts des discussions qu'ont les personnages ; Bemis a là aussi décidé d’y réfléchir semble-t-il, et de soigner la « forme », en proposant notamment une petite touche plutôt originale, dont l’esprit caustique n’échappera à personne, et que je me permets de vous proposer : 

Cela m'est d'autant plus facile que je crois qu'EVIL EMPIRE est une série qui mérite d’être découverte avec le minimum de connaissance sur son histoire (cela va sans dire), et que ce petit extrait de planche ne révèle finalement pas grand chose sur l'intrigue. 

Le rythme du récit qui participe grandement à la réussite de ce récit ne doit pas non plus être révélé ; tout au plus me laisserai-je aller à le comparer à celui des montagnes russes des célèbres parcs d’attraction d’outre-Atlantique. Mais j'en ai sûrement déjà trop dit. Toutefois, sur le fond, si je puis dire, je me permettrai d'ajouter qu’on est clairement dans la caricature, et que cette description a conscience d’être ce qu’elle est. 

Autrement dit, Max Bemis n’est pas dupe du dispositif qu’il utilise. Autant que je puisse en juger après seulement les quatre numéros contenus dans ce recueil bien entendu. 
Et vous le savez bien, lorsqu’on parle de caricature on est peu regardant sur l’épaisseur du trait. Ainsi soit-il ! 

Si du côté des planches il n’y a pas de quoi casser quatre pattes à un canard, quoi que si le cœur vous dit pourquoi vous priver, les designs des couvertures sont d’un autre calibre. 
Jay Shaw dont Glénat Comics a repris la couverture du #2 U.S. pour illustrer sa propre publication, et ceux de Scott Newman (reproduits pour l’éditions française en fin de volume) sont vraiment très réussies. 
William Pyle, n'est pas manchot non plus !!
•••• En définitive, si Max Bemis (au scénario), Ransom Getty & Andrea Mutti (aux dessins) aidés de Chris Blythe (à la couleur), bref si aucun d'entre eux n’a inventé le fil à couper le beurre, ils ont ensemble, trouvé une belle manière de s'en servir. 

Ce qui n’est déjà pas si mal, d'autant qu'il n'y a pas l'ombre d'un morceau de beurre dans cette histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er