Accéder au contenu principal

Evil Empire [Max Bemis/Getty & Mutti]


•••• Les premières pages d’EVIL EMPIRE dont la fonction émolliente passe par la reprise de quelques poncifs éculés : la chanteuse Black engagée, le candidat prônant les vertus familiales tourné en réactionnaire bon teint, son jeune opposant dont les veines son irriguées par le sang des Kennedy, etc., me laissent penser après avoir terminé ce premier tome que Max Bemis, individu dont je découvre l’existence en même temps que ce recueil de bande dessinée publié par Glénat Comics, a sérieusement pensé au scénario de son histoire.
Tout autant qu'aux dialogues de ses personnages d'ailleurs.

Cela dit, ne connaissant pas la version originale mais ayant vu que c’est l’ami Jérôme Wicky qui s’est occupé de la traduction, il ne fait aucun doute que si le mérite desdits dialogues, en revient à l’auteur étasunien, la traduction n’aura rien gâché de son travail. La drôlerie et la vitalité ne sont pas les seuls atouts des discussions qu'ont les personnages ; Bemis a là aussi décidé d’y réfléchir semble-t-il, et de soigner la « forme », en proposant notamment une petite touche plutôt originale, dont l’esprit caustique n’échappera à personne, et que je me permets de vous proposer : 

Cela m'est d'autant plus facile que je crois qu'EVIL EMPIRE est une série qui mérite d’être découverte avec le minimum de connaissance sur son histoire (cela va sans dire), et que ce petit extrait de planche ne révèle finalement pas grand chose sur l'intrigue. 

Le rythme du récit qui participe grandement à la réussite de ce récit ne doit pas non plus être révélé ; tout au plus me laisserai-je aller à le comparer à celui des montagnes russes des célèbres parcs d’attraction d’outre-Atlantique. Mais j'en ai sûrement déjà trop dit. Toutefois, sur le fond, si je puis dire, je me permettrai d'ajouter qu’on est clairement dans la caricature, et que cette description a conscience d’être ce qu’elle est. 

Autrement dit, Max Bemis n’est pas dupe du dispositif qu’il utilise. Autant que je puisse en juger après seulement les quatre numéros contenus dans ce recueil bien entendu. 
Et vous le savez bien, lorsqu’on parle de caricature on est peu regardant sur l’épaisseur du trait. Ainsi soit-il ! 

Si du côté des planches il n’y a pas de quoi casser quatre pattes à un canard, quoi que si le cœur vous dit pourquoi vous priver, les designs des couvertures sont d’un autre calibre. 
Jay Shaw dont Glénat Comics a repris la couverture du #2 U.S. pour illustrer sa propre publication, et ceux de Scott Newman (reproduits pour l’éditions française en fin de volume) sont vraiment très réussies. 
William Pyle, n'est pas manchot non plus !!
•••• En définitive, si Max Bemis (au scénario), Ransom Getty & Andrea Mutti (aux dessins) aidés de Chris Blythe (à la couleur), bref si aucun d'entre eux n’a inventé le fil à couper le beurre, ils ont ensemble, trouvé une belle manière de s'en servir. 

Ce qui n’est déjà pas si mal, d'autant qu'il n'y a pas l'ombre d'un morceau de beurre dans cette histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…