Accéder au contenu principal

Trademark [Jean Baret] Bifrost n°91

••• Court récit à l'ère du capitalisme de consommation, la nouvelle de Jean Baret est un petit précis d'économie libidinale. À peine anticipée, l'obligation de consommer y est devenue plus qu'un injonction subliminale, une loi. Dont je vous laisse découvrir les conséquences. 

Dans un très intéressant entretien [Pour en savoir +] l'auteur cite le philosophe Dany-Robert Dufour, et l'un de ses ouvrages Le Délire occidental, en tant qu'ils ont été à l'origine de sa trilogie d'anticipation sociale à venir, globalement intitulée, comme sa nouvelle, Trademark. Une nouvelle qui vu sa brièveté n'est envisagée que comme une sorte de prologue au premier des trois romans à paraitre (intitulé Bonheur™). Autant dire qu'elle est frustrante. 
Mais au vu de ce que fait Jean Baret des travaux de Dany-Robert Dufour, il y a tout lieu de se réjouir de pouvoir acheter dès le 13 septembre 2018 Bonheur™ (20 € pour la version brochée, et 9,99 € pour la version numérique, produite à partir de pur cristal de zircon). 

••• Sorte de produit d'appel bande-annonce assumée, Trademark a le mérite d'attirer l'attention, sans toutefois avoir l'autonomie nécessaire pour exister en tant que telle. Ingénieusement placée entre deux pages de publicité, l'une pour les produits Dystopia® l'autre pour la collection Une heure-lumière®, elle fait montre d'un sens marketing que ne renierait pas Patrick Le Lay.

Cette notule critique a bien entendu été rédigée en vue d'être citée sur le forum du Bélail™, et de générer quelques clics supplémentaires.

Merci de votre visite.  

Commentaires

  1. La répercussion sur les forums du Bélial'™, voilà qui est fait ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Je crois qu'il n'est pas nécessaire que je précise que j'ai été récupéré, sans trop de résistance, par la "pensée" néolibérale ordinaire.
      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…