Accéder au contenu principal

MAGIC [William Goldman/Marianne Véron]

•••• Probablement plus connu pour ses talents de scénariste, deux Oscars (Butch Cassidy et le Kid et Les Hommes du président) ça vous pose quelqu’un dans une société aussi compétitive que la nôtre, William Goldman est aussi une pointure de la littérature. Quand bien même déclara-t-il, que ses livres avaient eu bien plus de succès en format poche, qu'en volumes reliés (souvent d'ailleurs éreintés par la critique). Deux formes d'écriture donc , qui dans certains cas n'en font qu'une ou presque. Puisque plusieurs de ses romans ont fait l’objet d’une adaptation cinématographique. Essentiellement par lui-même, d'ailleurs. 

Magic est de ces romans-là. 

Même si la narration ne respecte pas la linéarité généralement voulue par ce type de récit, Magic est résolument une histoire qui brode sur un canevas bien (trop) connu de nos jours –le roman date de 1976-, celui dit du « voyage du héros ». Popularisé par Christopher Vogler à partir des travaux de Joseph Campbell [Pour en savoir +]

La mise en récit éclatée, n’est cependant pas la seule façon qu’a Goldman de nous captiver. S’inspirant ouvertement de la mise en scène commune à n’importe quel tour de magie, où la distraction d'un public pourtant acquis est primordial, le bien nommé Magic invite un certain type de personnage, qui lui donne alors un tour presque fantastique. Ou à tout le moins distille une inquiétante étrangeté ; chacun jugera ! 
Atypique et incommodant, Fast, ainsi qu'il sera nommé, quintessencie des peurs enfantines qui dépassent souvent la date de péremption. 

Là où je crois tout le monde sera d’accord, c’est sur l’ambiance terriblement anxiogène que développe l'auteur dès les premières pages. Avec finalement peu de moyens. Idem sur la facilité avec laquelle il nous immerge dans la vie des uns et des autres, faisant revivre des époques et des lieux inconnus, mais pourtant très émouvants.

Si une escalade dans le grotesque n’évite pas de titiller la plus solide des suspensions volontaires d’incrédulité, la cohérence du tout, empêche un basculement fâcheux. Du grand art ! 

•••• En regard de ce seul roman, William Goldman est devenu un redoutable écrivain, du genre à me faire fouiller dans sa bibliographie, dans l’espoir de passer, de nouveau, un aussi bon moment de lecture que celui-ci !
Les lecteurs qui ont aimé Station : La Chute d'Al Robertson, devraient voir dans le roman de Goldman comme un lointain modèle. [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…