Accéder au contenu principal

River [BBC One] Skarsgård/Walker

•••• La série policière est certainement le type de divertissement le plus diffusé sur le petit écran.
Si la qualité des intrigues reste primordiale (mais pas si souvent à la hauteur que ce qu'elle devrait), la singularité du ou des enquêteurs, est souvent ce qui les distingue les unes des autres. Et la série RIVER est de celles qui en jouent.

À dire vrai, elle pourrait même être un cas d'école dans ce que le psychologue Julian Jaynes a appelé « l'homme bicaméral ».  
La théorie de Jaynes* est celle-ci (résumée de manière grossière cela dit) : la subjectivité, la faculté que nous avons de regarder au fond de nous-même en nous disant : « Qu'est-ce que je pense de tout ça ? », n'existe que depuis 1000 ans avant J-C (environ).

Avant, l'esprit de l'homme était bicaméral. Autrement dit, divisé en deux compartiments distincts. Jayne suppose ainsi que l’audition de voix dans le cerveau, parfois accompagnée d’hallucinations, était un phénomène humain naturel. Quand un « homme bicaméral » ne savait pas quoi faire devant une situation inédite, la prise de décision s'organisait sans l'aide de la conscience dans l'hémisphère droit, et était ensuite transmise au « cerveau gauche » par l'intermédiaire d'une voix. Symptômes que subira River (alias Stellan Skarsgård) tout au long des six épisodes que lui consacre sa série éponyme. 
Outre cette particularité, la série se distingue aussi par une intrigue très dense, et par une mise en scène très travaillée. Les premières minutes du premier épisode sont d'ailleurs bluffantes ; tout en étant l'incipit de la série. En effet, ces quelques minutes sont l'étalon à partir duquel l'identité de RIVER est posée.
    •••• Cette série est certainement l'une des meilleures qu'il ma été donné de regarder. 

Tout y est : un personnage inédit, mais qui n'écrase pas le reste de la distribution, toute aussi phénoménale que Stellan Skarsgård. Une enquête qui garde ses mystères jusqu'au bout, un regard sur certaines questions qui agitent plus ou moins nos sociétés occidentales.
Et surtout une finesse d'écriture et de jeu (d'acteur.e.s), qui donne au tout l'impression qu'elle joue hors catégorie.

Typiquement le genre de séries dont on aimerait voir une seconde saison, tout en sachant d'avance, qu'il y a peu de chance qu'elle soit à la hauteur de la première.
______________
*  La naissance de la conscience dans l'effondrement de l'esprit, PUF, 1994

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…