Accéder au contenu principal

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus émouvants et les plus amusants à lire. 

En tout cas ils permettent de venir à bout des 272 pages, traduites par Patrick Marcel. Dont le travail sur le vocabulaire et les jeux de mots, laisse entrevoir les difficultés qu'il a pu rencontrer lors de la traduction. À ce propos, le style est aussi un puissant point d'ancrage pour ne pas dévisser lorsque Sherlock passe au second plan.

       En définitive, John Varley aurait eu meilleur temps, à mon goût, de se focaliser principalement sur Sherlock, et de réduire considérablement le temps que met son intrigue à aboutir. 

     L'édition Lunes d'encre (21,90 €) bénéficie en outre, d'une magnifique couverture d'Alain Brion, qui si elle ne respecte pas l’engouement de Chritopher Bach pour ses homologues hard-boiled, est d'une classe folle ! 

Un roman qu'on pourrait ne pas lire, si ce n'était la présence de Sherlock
Le Chien critique, qui m'a fait l'amitié d'un commentaire, a aussi lu ce roman ; et son avis est disponible ici !

Commentaires

  1. Je viens de le finir, et je partage ton avis. L'atout Sherlock aurait dû être prépondérant. Me reste une impression d'univers intéressant, mais beaucoup trop survolé

    RépondreSupprimer
  2. C'est ça, on survole mais on n'atterrit jamais.

    RépondreSupprimer
  3. Entièrement d'accord avec toi, s'il n'y avait pas Sherlock je me serai presque endormie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je verrais bien un texte entièrement consacré à ce personnage.

      Supprimer
  4. Voilà qui me refroidit méchamment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est pour ça que je ne fais pas beaucoup de critiques négatives. J'ai toujours des scrupules quand quelqu'un laisse entendre qu'il se fie à mon avis, et hésite.

      Mais pour le coup ce roman, en très grande partie raté, accouche de Sherlock, et les chapitres qui le concerne sont excellents. D'où ma critique.

      Supprimer
  5. En effet, nous sommes d'accord. Et comme le dit le chien (pas Sherlock mais le Critique !) l'univers est intéressant mais trop peu développé.

    RépondreSupprimer
  6. Est-ce que l'on apprend de nouvelles choses sur l'univers des "Huit Mondes" ? J'ai l'impression que depuis le Canal Ophite, il ne s'y passe pas grand chose d'intéressant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'en crois ce forum [http://forum.planete-sf.com/viewtopic.php?f=6&t=2101], c'est possible.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …