Accéder au contenu principal

Marlowe [Neil Jordan / Liam Neeson / Diane Kruger / Jesica Lange]

C'est Liam Neeson, 70 ans au compteur, qui apporte ce projet, sous la forme d'un scénario écrit par William Monahan, au réalisateur Neil Jordan. 
Ce dernier qui connait bien Neeson pour l'avoir dirigé quatre fois, a par ailleurs lu et apprécié le roman de  John Banville, qui sous le pseudonyme de Benjamin Black a écrit un nouveau roman (La blonde aux yeux noirs) consacré au célèbre détective privé angeleno, créé en 1939 par Raymond Chandler, dont le scénario en question est justement l’adaptation. 
            Aujourd'hui, Philip Marlowe risque d'apparaître comme une caricature du détective privé, d'autant que le film de Jordan met en scène tous les stéréotypes du (mauvais) genre dit du « film noir ». Alors que ce personnage est plutôt un archétype, en ce sens qu'il a, avec notamment le Sam Spade de Dashiell Hammett, imprimé dans l'imaginaire collectif, surtout grâce au cinéma, ce qu'est un privé digne de ce nom. 
Archétypes, (mauvais) genre, cinéma, c'est exactement de ça dont parle 
« Marlowe ». 
             Fin des années 1930, Clare Cavendish (Diane Kruger) héritière, et fille d'une célèbre star  du cinéma (Jessica Lange) requière les services de Marlowe (Liam Neeson) afin qu'il retrouve son amant supposément mort lors d'une rencontre fortuite avec un véhicule « au moteur à combustion interne ». 
Ce sera l'occasion pour Neil Jordan d'offrir une intrigue pas si cousu de fil blanc que ça.
La fin, notamment, qu'il a personnellement remaniée par rapport au scénario écrit par Manohan, est pour le coup inattendue.
            Les presque 2 heures que dure le film propose une reconstitution très convaincante, des seconds rôles intéressants ; je pense notamment à Adewale Akinnuoye-Agbaje dans le rôle de Cédric qui philosophe en citant Alfred Hitchcock, ou a Danny Huston (fils de John) en gérant veule d'un club très privé. Ou dit autrement, « Marlowe » est un film postmoderne, à la dimension ludique évidente
(dès les premières images) pour les cinéphiles - qui ne manqueront pas les nombreux clins d’œil très « recognize and enjoy », dont le long-métrage n'est pas avare. 
Mais surtout, et c'est aussi son talon d'Achille, « Marlowe » est un film dont l'apparente naïveté est ironique.
            Liam Neeson, Jessica Lange, Diane Kruger ou encore Danny Huston, mais aussi et surtout Neil Jordan savent qu'ils jouent et réalise un « classique » sans jamais oublier de susurrer qu'ils sont dans un film.
En effet, « Marlowe » est un « film noir » à la hauteur du Faucon Maltais, avec le risque de décevoir en termes de rythme et de « clichés », les spectateurs qui ignorent tout ou presque du (mauvais) genre dont il se revendique (j'ai par exemple lu une critique qui attribue le rôle du détective du Faucon Maltais à Marlowe).
Et si Neil Jordan utilise le langage de la réalisation, dès les premières images d'un Marlowe regardant pas sa fenêtre, pour signifier la dimension postmoderne de son projet, cette dimension ludique a cependant besoin de spectateurs sinon érudits, à tout le moins curieux.
Et qui surtout n'acceptent pas de brûler les anciennes idoles, à l'aune d'une vison anachronique.
D'où une réception plutôt mitigée.
            « Marlowe » plaira donc aux amateurs de « films noirs » 1er degré, et aux happy few du troisième degré, mais qui ne considèrent pas la déconstruction comme allant de soi.
Il risque toutefois d'ennuyer la grosse majorité restante.
On y repesant, « Marlowe » est au « film noir », ce que The Lone Ranger [Pour en savoir +] est au western.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d