Accéder au contenu principal

Everville

Quand vous arrivez à un carrefour, prenez-le !
Yogi Berra

... Je viens de terminer Everville le magnifique roman de Clive Barker et, j'avais envisagé de vous en parler mais encore sous le coup de la sidération cognitive de ma lecture, j'opte pour un extrait du portrait que Guy Astic a consacré à l'auteur  britannique ( Ténèbres n°5 janvier/mars 1999)  ...

L'Art de Clive Barker


[...]
... Il est courant d'envisager pour chaque écrivain une patrie littéraire fétiche. Celle de Barker épouse les contours improbables de Quiddity, l'océan onirique dont la nature échappe à la compréhension - après tout, son nom même repose sur l'interrogatif latin vague par excellence : Quid. De Secret Show (1989) à Everville (1994), sans oublier la nouvelle "Sur les rives d'Amen" (1992), cette étendue s'impose comme un motif obsédant, comme un absolu pour Barker, à la fois l'origine et l'aboutissement de sa création : "Là se trouvaient une structure et un but ; là se trouvait un aperçu de continuité ; là se trouvait le Show, le Grand Show Secret dont la poésie et les rites n'étaient que des mémentos."

... Son accessibilité obéit à des règles précises, dont le rêve est la principale clef. Cela ne surprend guère de la part d'un auteur qui avoue sans ambages tenir un "dream journal". Les hommes arrivent ainsi à Quiddity uniquement à trois reprises. "Lors de la nuit de leur naissance. Lors de la nuit de leur plus grand amour. Et lors de la nuit de leur mort." Quelques individus font exception et y entrent en dehors de ces conditions ; ce sont des filous, des poètes et des magiciens. Des rêveurs éveillés à leur façon. Édifiant !

... Premier constat, Quiddity est la matrice imaginaire assurant l'unité de récits aux ramifications particulièrement abondantes. Que ce soit dans Secret Show ou dans Evervile, l'accent est mis sur la pluralité des histoires mises en route, qui convergent toutes vers un point névralgique : la faille qui ouvre sur l'Océan ou du moins sur les berges. Entretemps, ces histoires ont tendance à s'égarer, à bifurquer, à se croiser. Elles se présentent sous la forme de bribes venues des quatre coins de l'Amérique et passent toutes par une sorte de carrefour, Omaha. Dans Secret Show, Randolph Jaffe se retrouve au cœur de ce complexe en dépouillant au Bureau de Poste Central de Omaha les lettre perdues. Il reconstitue peu à peu la vie secrète de son pays et a le sentiment "d'être assis au carrefour de l'Amérique". Pour y mettre de l'ordre, il pratique la "synchronicité". Dans Everville, Grillo prend la relève de Jaffe au même endroit. Il utilise le Récif, des ordinateurs montés en réseau afin de procéder au maximum de "connexions" et assembler le puzzle. Réseau, connexion, synchronicité et carrefour, voilà les maîtres-mots qui jalonnent les fictions hantées par Quiddity. Ils qualifient surtout à merveille le travail de Barker, véritable tisseur de récits et mythonaute à la dérive, qui fait sienne la tradition du Kathasaritsagara, cet Océan des histoires sans fin et sans mainstream célébré par Salman Rushdie dans Haroun et la mer des histoires.

... D'autre part, Quiddity apparaît comme un espace menacé par les coups de force qui lui sont assénés dans les deux sens. D'un côté les Iad Uroboros, principaux acteurs du "spectacle qui se déroulait derrière l'écran des mondes", traversent l'Océan pour passer dans la dimension réelle. L'envahissement est imminent dans Secret Show comme dans Everville, les brèches ne cessent de s'élargir. De l'autre les "profanes" comme Jaffe est ses terata, "les terreurs primales solidifiées" tente de violer l'accès  aux flots mythiques. Le mal est tout aussi grand : "ce qui était secret deviendrait banal ; ce qui était sanctifié serait bafoué". Dans ce contexte, spiritualité et onde marine s'avèrent étroitement liées, l'influence du Moby Dick de Melville n'étant pas indifférente à ce parti-pris.
... Quiddity en définitive, c'est l'inorganique et le changeant élevés au rang de valeurs primordiales ; c'est la capacité de l'art à rendre toute matière poreuse, à métamorphoser en permanence la réalité et la fiction. La perversion qui frappe l'Océan est son contraire : les Iad sont une masse compacte, porteuse de l'apocalypse du figement ... qui nécessite une réplique tout aussi apocalyptique et nihiliste, la bombe atomique. L'appréhension technophobe de l'écrivain vient ainsi se greffer à sa crainte de voir disparaître les carrefours imaginaires.      

[..]

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service