Accéder au contenu principal

Beyrouth-sur-Loire [Pierric Guittaut]

 

« Écrivez sur ce que vous connaissez » Stephen King 

            Premier roman de Pierric Guittaut à être publié, « Beyrouth-sur-Loire » surprend par sa déjà belle maîtrise. 

Polar hard-boiled dans la grande tradition américaine, revu et corrigé sous un angle hexagonal, il bénéficie notamment des expériences de son auteur (journaliste localier, animateur de suivi scolaire, pigiste pour le quotidien La Nouvelle République™, voyage au Liban) et de son caractère bien trempé. 

La nature même du récit entraîne l'utilisation de « passages obligés ». Mais comme nous le savons, un mode d'emploi ne donne aucune indication sur l'effet que produira un meuble dans une pièce. 

Pierric Guittaut ne se dispense cependant pas d'une ou deux belles originalités. Son flic, ex-milicien des Forces Libanaises, par exemple. Ou la volonté de ne pas gauchir les évènements du roman à l'aide d'un angélisme qui peine à distinguer délinquance et rébellion. 

Affairisme, balkanisation des quartiers dits populaires, partialité de la presse, misère sociale, flics ripoux, etc. .... ; rien ne nous est épargné mais les 230 pages de « Beyrouth-sur-Loire » se distinguent néanmoins par un souci du style qui fait toute la différence. 

« Quatre garçons avec autant d'avenir qu'un cône vanille-pistache tombé d'une glacière en pleine après-midi du 15 août » 

             Publié il y a déjà 10 ans, son propos n'a pourtant rien perdu de sa pertinence, quand bien même Pierric Guittaut précisait, à l'époque, qu'il avait, avant tout, écrit un roman de divertissement. Et un très bon ajouterais-je ! 

Quasi introuvable, « Beyrouth-sur-Loire » mériterait grandement d'être réédité. Il confirme en tout cas tout le bien que je pensais de l'auteur de La Fille de la pluie et D'Ombres et de flammes, deux romans noirs de facture rurale parus à la bien nommée Série noire™. 

À noter une très belle couverture de Jean-Claude Claeys, au style reconnaissable entre tous.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er