Accéder au contenu principal

La Marche du Levant [Léafar Izen]

Contrairement à ce que pourraient penser ceux qui n’en ont jamais lu, la littérature de genre est certainement la plus difficile qui soit à produire. 
Elle repose en effet sur des « passages obligés » (propres à chacun desdits genres) qui l’identifient en tant que telle ; et que les lecteurs connaissent par cœur, et attendent. Alors même que chaque ouvrage doit se singulariser de la masse qui utilise, par la force des choses, les mêmes stéréotypes. 
Comment tirer son épingle d’un jeu dont tout le monde connaît les règles, le terrain et les joueurs, et dont on ne peut totalement s’affranchir ? 
« La Marche du Levant » offre une fort belle solution à cette aporie. 

« La Fantasy élargit le monde, le rend plus vaste. Elle augmente les périls. » Alexandre Astier 

            Certes, un auteur n’a pas –forcément vocation à rentrer dans des cases. 
Toutefois la cohérence interne de ce qu’il écrit l’oblige à respecter un minimum de décorum. Surtout s’il est publié dans des collections, des labels, voire des départements éditoriaux comme ici avec Albin Michel Imaginaire™ (AMI), identifiés comme propagateurs reconnus des susdits « mauvais genres ». 
            Or donc, les romans de ce type sont essentiellement des récits dits à « distribution épaisse ». 
Autrement dit, les événements qui s’y déroulent sont extrêmes, et rares. Voire quasi impossibles sur notre plan de réalité, pour ceux qui ressortissent à la Fantasy, ou à la Sf. La suspension volontaire d’incrédulité nécessaire est alors récompensée par un dépaysement souvent rafraîchissant. 
Comme c’est le cas ici. 
            « La Marche du Levant » se distingue en effet d’emblée par un agglomérat gentiment baroque, dont le plaisir de les découvrir lors de la lecture, nécessite que je les taise. 
            Léafar Izen apporte en outre, une valeur ajoutée au travers d’un style très travaillé qu’on devine, paradoxalement, à la facilité qu’on a de lire les presque 650 pages de cette histoire. D’autant que le roman a fait l’objet des soins attentifs & éditoriaux de Gilles Dumay et de l'auteur lors d'une gestation de presque un an.
(« La Marche du Levant » avait, avant d'être accepté chez AMI, l'ambition de paraître en trois volumes séparés, voir ci-dessous l'une des couvertures envisagée)
Il y a, à l’évidence, la volonté, très perceptible, de joindre le fond et la forme. 
Ne serait-ce qu’en adoptant une mise en récit dont le déroulement se plie, peu ou prou, à l’étrangeté des lois physiques (essentiellement le temps) qui gouvernent dorénavant le monde qu’arpente la Marche du Levant. 
            Mais surtout, « La Marche du Levant » relève du tour de passe-passe à trois temps bien connu : la Promesse, le Tour, et bien sûr le Prestige. 
Ce dernier bouleverse non seulement notre point de vue initial, mais également plus que tout, l’apparente et envoûtante servilité envers les règles du genre qu’il nous promettait, et dont il faisait montre jusque-là. 
Se jouer des poncifs c’est bien ! Le faire avec élégance, c’est mieux !! 
En sus, « La Marche du Levant » est un cas d’ironie littéraire, dont la révélation en question n’en est pas seulement une pour le lecteur. Bien loin de n’être qu’un effet pour lui-même, il est une nécessité. 
Et un brillant tour de force ! 
 
            Si la couverture, cette fois-ci due à Hervé Leblan, est encore une fois une réussite au sein d’une collection qui n’en manque pourtant pas, la titraille (œuvre de Luc Doliguez ?) est à l’avenant d’un récit très mouvementé. Bravo ! 
 
Je remercie les éditions Albin Michel™, et bien sûr Gilles Dumay, pour le volume gracieusement offert en avant-première.
(sortie nationale le 2 septembre 2020 / 24,90 €). 
_________
On pourra trouver d'autres avis sur ce fil de discussion.

Commentaires

  1. J'aime bien ton parallèle avec les tours de magie, c'est exactement cela.
    J'adore aussi la titraille, la même que Mage de bataille et Le chant mortel du soleil (c'est l'éditeur qui m'a ouvert les yeux lorsque je lui demandais qu'elle était la police utilisée)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.