Accéder au contenu principal

Vigilance [Robert Jackson Bennett / Gilles Goullet / Aurélien Police]

« Je veux de la télé qui saigne »
Diana Christensen, directrice des programmes d'UBS©, 1976 
Si des signes alarmants n'ont pas manqué de précéder le récit de Robert Jackson Bennett, celui-ci se distingue par sa virulence très documentée et la prégnance d'un atavisme américain puissant.
            Dès 1976, Diana Christensen importe dans les programmes du réseau UBS© des « actes authentiques de terrorisme politique filmés sur le vif » pour booster l'audience. Howard Beale, l'un des présentateurs vedettes de la chaîne, sera par ailleurs assassiné à l'écran par lesdits terroristes.
Au début des années 1980, Le prix du danger™ met la France presque au niveau des U.S.A. en matière de téléréalité musclée.  
Dans les années 2020, « Vigilance », programme phare d'Our Nation's Truth (ONT©), place la barre plusieurs crans au-dessus.
            Si la « vigilance » du titre est essentiellement le prétexte à armer tout ce qui reste de la population américaine, à qui on intime de l'être (armée & vigilante), à moins de vouloir mourir pendant l'un de ces monstrueux shows télévisés visant à déclencher des tueries de masse filmées. Cette « vigilance » est aussi un appel au vigilantism né sur la « Frontière », et qui transformait n'importe qui en justicier au temps béni de la Conquête de l'Ouest™.  
Concept labile et instable il recouvre au mieux (sic) donc, une justice dite expéditive, et au pire, dixit Fathi Beddiar* ; une sociopathie déguisée en altruisme, dont les super-héros sont les derniers avatars.
Et pour ONT©, du temps de cerveau disponible ; d'autant plus captif que les outils I.A. sont devenues puissantes.
           Une novella qui fait froid dans le dos, tant les effets de réel qu'elle convoque semblent ne pas se contenter de n’être que des effets.    
10,90 euros pour ce faire peur pendant qu'il en est encore temps, c'est pas cher payé !
Surtout que l'éditeur, Le Bélial' pour ne pas le nommer, offre pour l'achat de deux livres de sa formidable collection, un très beau hors-série [Pour en savoir +].
 _____________
* Fathi Beddiar est notamment l'auteur notamment d'un essai sur le sujet, intitulé bien à propos : Tolérance zéro    

Commentaires

  1. Tu donnes envie avec tes pistes de lecture.

    RépondreSupprimer
  2. C'est l'une des meilleurs novellas de la collection. Quelle claque réaliste !

    (NB : tu as abandonné le projet maki ?!)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®