Accéder au contenu principal

La Marche du Levant [Léafar Izen]

Contrairement à ce que pourraient penser ceux qui n’en ont jamais lu, la littérature de genre est certainement la plus difficile qui soit à produire. 
Elle repose en effet sur des « passages obligés » (propres à chacun desdits genres) qui l’identifient en tant que telle ; et que les lecteurs connaissent par cœur, et attendent. Alors même que chaque ouvrage doit se singulariser de la masse qui utilise, par la force des choses, les mêmes stéréotypes. 
Comment tirer son épingle d’un jeu dont tout le monde connaît les règles, le terrain et les joueurs, et dont on ne peut totalement s’affranchir ? 
« La Marche du Levant » offre une fort belle solution à cette aporie. 

« La Fantasy élargit le monde, le rend plus vaste. Elle augmente les périls. » Alexandre Astier 

            Certes, un auteur n’a pas –forcément vocation à rentrer dans des cases. 
Toutefois la cohérence interne de ce qu’il écrit l’oblige à respecter un minimum de décorum. Surtout s’il est publié dans des collections, des labels, voire des départements éditoriaux comme ici avec Albin Michel Imaginaire™ (AMI), identifiés comme propagateurs reconnus des susdits « mauvais genres ». 
            Or donc, les romans de ce type sont essentiellement des récits dits à « distribution épaisse ». 
Autrement dit, les événements qui s’y déroulent sont extrêmes, et rares. Voire quasi impossibles sur notre plan de réalité, pour ceux qui ressortissent à la Fantasy, ou à la Sf. La suspension volontaire d’incrédulité nécessaire est alors récompensée par un dépaysement souvent rafraîchissant. 
Comme c’est le cas ici. 
            « La Marche du Levant » se distingue en effet d’emblée par un agglomérat gentiment baroque, dont le plaisir de les découvrir lors de la lecture, nécessite que je les taise. 
            Léafar Izen apporte en outre, une valeur ajoutée au travers d’un style très travaillé qu’on devine, paradoxalement, à la facilité qu’on a de lire les presque 650 pages de cette histoire. D’autant que le roman a fait l’objet des soins attentifs & éditoriaux de Gilles Dumay et de l'auteur lors d'une gestation de presque un an.
(« La Marche du Levant » avait, avant d'être accepté chez AMI, l'ambition de paraître en trois volumes séparés, voir ci-dessous l'une des couvertures envisagée)
Il y a, à l’évidence, la volonté, très perceptible, de joindre le fond et la forme. 
Ne serait-ce qu’en adoptant une mise en récit dont le déroulement se plie, peu ou prou, à l’étrangeté des lois physiques (essentiellement le temps) qui gouvernent dorénavant le monde qu’arpente la Marche du Levant. 
            Mais surtout, « La Marche du Levant » relève du tour de passe-passe à trois temps bien connu : la Promesse, le Tour, et bien sûr le Prestige. 
Ce dernier bouleverse non seulement notre point de vue initial, mais également plus que tout, l’apparente et envoûtante servilité envers les règles du genre qu’il nous promettait, et dont il faisait montre jusque-là. 
Se jouer des poncifs c’est bien ! Le faire avec élégance, c’est mieux !! 
En sus, « La Marche du Levant » est un cas d’ironie littéraire, dont la révélation en question n’en est pas seulement une pour le lecteur. Bien loin de n’être qu’un effet pour lui-même, il est une nécessité. 
Et un brillant tour de force ! 
 
            Si la couverture, cette fois-ci due à Hervé Leblan, est encore une fois une réussite au sein d’une collection qui n’en manque pourtant pas, la titraille (œuvre de Luc Doliguez ?) est à l’avenant d’un récit très mouvementé. Bravo ! 
 
Je remercie les éditions Albin Michel™, et bien sûr Gilles Dumay, pour le volume gracieusement offert en avant-première.
(sortie nationale le 2 septembre 2020 / 24,90 €). 
_________
On pourra trouver d'autres avis sur ce fil de discussion.

Commentaires

  1. J'aime bien ton parallèle avec les tours de magie, c'est exactement cela.
    J'adore aussi la titraille, la même que Mage de bataille et Le chant mortel du soleil (c'est l'éditeur qui m'a ouvert les yeux lorsque je lui demandais qu'elle était la police utilisée)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p