Accéder au contenu principal

La Marche du Levant [Léafar Izen]

Contrairement à ce que pourraient penser ceux qui n’en ont jamais lu, la littérature de genre est certainement la plus difficile qui soit à produire. 
Elle repose en effet sur des « passages obligés » (propres à chacun desdits genres) qui l’identifient en tant que telle ; et que les lecteurs connaissent par cœur, et attendent. Alors même que chaque ouvrage doit se singulariser de la masse qui utilise, par la force des choses, les mêmes stéréotypes. 
Comment tirer son épingle d’un jeu dont tout le monde connaît les règles, le terrain et les joueurs, et dont on ne peut totalement s’affranchir ? 
« La Marche du Levant » offre une fort belle solution à cette aporie. 

« La Fantasy élargit le monde, le rend plus vaste. Elle augmente les périls. » Alexandre Astier 

            Certes, un auteur n’a pas –forcément vocation à rentrer dans des cases. 
Toutefois la cohérence interne de ce qu’il écrit l’oblige à respecter un minimum de décorum. Surtout s’il est publié dans des collections, des labels, voire des départements éditoriaux comme ici avec Albin Michel Imaginaire™ (AMI), identifiés comme propagateurs reconnus des susdits « mauvais genres ». 
            Or donc, les romans de ce type sont essentiellement des récits dits à « distribution épaisse ». 
Autrement dit, les événements qui s’y déroulent sont extrêmes, et rares. Voire quasi impossibles sur notre plan de réalité, pour ceux qui ressortissent à la Fantasy, ou à la Sf. La suspension volontaire d’incrédulité nécessaire est alors récompensée par un dépaysement souvent rafraîchissant. 
Comme c’est le cas ici. 
            « La Marche du Levant » se distingue en effet d’emblée par un agglomérat gentiment baroque, dont le plaisir de les découvrir lors de la lecture, nécessite que je les taise. 
            Léafar Izen apporte en outre, une valeur ajoutée au travers d’un style très travaillé qu’on devine, paradoxalement, à la facilité qu’on a de lire les presque 650 pages de cette histoire. D’autant que le roman a fait l’objet des soins attentifs & éditoriaux de Gilles Dumay et de l'auteur lors d'une gestation de presque un an.
(« La Marche du Levant » avait, avant d'être accepté chez AMI, l'ambition de paraître en trois volumes séparés, voir ci-dessous l'une des couvertures envisagée)
Il y a, à l’évidence, la volonté, très perceptible, de joindre le fond et la forme. 
Ne serait-ce qu’en adoptant une mise en récit dont le déroulement se plie, peu ou prou, à l’étrangeté des lois physiques (essentiellement le temps) qui gouvernent dorénavant le monde qu’arpente la Marche du Levant. 
            Mais surtout, « La Marche du Levant » relève du tour de passe-passe à trois temps bien connu : la Promesse, le Tour, et bien sûr le Prestige. 
Ce dernier bouleverse non seulement notre point de vue initial, mais également plus que tout, l’apparente et envoûtante servilité envers les règles du genre qu’il nous promettait, et dont il faisait montre jusque-là. 
Se jouer des poncifs c’est bien ! Le faire avec élégance, c’est mieux !! 
En sus, « La Marche du Levant » est un cas d’ironie littéraire, dont la révélation en question n’en est pas seulement une pour le lecteur. Bien loin de n’être qu’un effet pour lui-même, il est une nécessité. 
Et un brillant tour de force ! 
 
            Si la couverture, cette fois-ci due à Hervé Leblan, est encore une fois une réussite au sein d’une collection qui n’en manque pourtant pas, la titraille (œuvre de Luc Doliguez ?) est à l’avenant d’un récit très mouvementé. Bravo ! 
 
Je remercie les éditions Albin Michel™, et bien sûr Gilles Dumay, pour le volume gracieusement offert en avant-première.
(sortie nationale le 2 septembre 2020 / 24,90 €). 
_________
On pourra trouver d'autres avis sur ce fil de discussion.

Commentaires

  1. J'aime bien ton parallèle avec les tours de magie, c'est exactement cela.
    J'adore aussi la titraille, la même que Mage de bataille et Le chant mortel du soleil (c'est l'éditeur qui m'a ouvert les yeux lorsque je lui demandais qu'elle était la police utilisée)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Report [Scott Z. Burns / Adam Driver / Annette Bening]

« Il faut se reporter au sentiment qui prévalait en Amérique au lendemain du 11 septembre. La peur et la paranoïa étaient immenses, et je ne puis que conjecturer sur l'anxiété qui devait régner au sein de la CIA du fait de n'avoir pas pu prévenir ces attentats. » S cott Z . B urns              The Report , du réalisateur & scénariste S cott Z . B urns, est un film d'autant plus intéressant qu'il relate une enquête tout ce qu'il y a de plus ennuyeuse d'une manière très attrayante.  En effet, pendant 7 ans à partir de 2009, à la demande de la sénatrice D ianne F einstein, D aniel J . J ones va, avec une équipe restreinte ( sic ) , consulter d'innombrables documents afin de faire la lumière sur les différentes formes de torture  utilisées par la CIA sur des prisonniers, entre 2001 et 2006, durant ce qui a été convenu d'appeler la « guerre contre le terrorisme ». Et sur leurs résultats. Et contre toute attente, ce film de 2 heures captive de

Mascarade [Ray Celestin / Jean Szlamowicz]

Deuxième opus de sa tétralogie consacrée au jazz et à la Mafia, Mascarade de R ay C elestin reprend une nouvelle fois l'idée d'une écriture sous contrainte.  Assurément, si dans le premier tome le romancier britannique s'inspirait d'une nouvelle de l'auteur japonais R yūnosuke A kutagawa [ Pour en savoir + ], il reproduit cette fois-ci la structure de l’enregistrement de «  West End Blues  », un  morceau de L ouis A rmstrong.  Un Louis Armstrong qu'on retrouve d'ailleurs comme protagoniste dudit roman, dont l'action se déroule en 1928, à Chicago ; en compagnie des détectives Michael Talbot et Ida Davies , également fidèles au poste. En l’occurrence celui de l'agence Pinkerton .  « J’avais l’intention de faire en sorte que mon livre suive fidèlement l’arrangement de ce morceau et que chaque personnage constitue un élément de l’instrumentation »             Si je suis particulièrement amateur du jazz des « Roaring Twenties »,  je doi

Un océan de rouille [C. Robert Cargill / Florence Dolisi]

Un océan de rouille , dont l'indispensable couverture d' A urélien P olice dit tout ce qu'il faut savoir du pacte de lecture qui attend le lecteur, est un magnifique tour de force. De fait,  stocké, fragmenté, sous une forme ou une autre, le roman de C . R obert C argil est déjà disponible dans l'imaginaire collectif. Mais le coup de maître du texan est justement de n'avoir pas voulu créer un alphabet nouveau, un projet qui ne fait généralement pas de prisonnier, mais plutôt une nouvelle combinaison de mots anciens. Pour le coup très attractive.             Dans un avenir lointain, post-humain, post-singularité, l'alternative est simple : faire partie d'une UMI (Unification Mondiale des Intelligences), ou faire face à l'obsolescence programmée en étant libre. Un océan de rouille met en concurrence ces deux options au travers du destin de Fragile , une Aidante modèle Simulacrum. Une cannibale. Or donc, si Fragile se verra embarquée dans une quê