Accéder au contenu principal

Le Vampire [Philip MacDonald/Marie-Claude Sauvestre]

Réputé pour être le roman qui le premier mit en scène un « tueur en série », « Le Vampire » n'utilise cependant aucune once de surnature. Contrairement à ce que son titre français pourrait laisser croire. 
            Le « Vampire » du titre n'est en effet que le surnom qu'il s'octroie lui-même, dans la relation épistolaire qu'il entretiendra avec les forces de police, et plus précisément avec un fin limier venu tout droit de Scotland Yard, épauler la police locale. 
Dans la langue originale de l'histoire il est question d'un beaucoup plus prosaïque « The Butcher ». 
« Murder Gone Mad », de son titre anglais, n'est donc pas un roman fantastique mais un pur whodunit, qui se distingue néanmoins encore, 90 ans après sa publication. 
            D'abord par des meurtres sauvages qui n'épargneront personne, pas même les jeunes adolescents. 
Ensuite au travers d'une des méthodes d'investigations imaginées par Philip MacDonald : un complexe dispositif de vidéo-surveillance, sensément identifier le tueur au moment où il poste les lettres qu'il envoie aux policiers. 
Une technique que je ne m'attendais pas à trouver dans un roman paru en 1931. 
Et enfin, et là ça devient nettement moins innovant, le roman s’illustre par une enquête au rythme très désinvolte, où les inspecteurs chargés de l'affaire semblent assez peu sensibles au body count qui endeuille petit à petit la petite ville de Holmdale.
            Imaginez une série de meurtres très rapprochés dans la ville où vous vivez paisiblement, alors que les forces de l’ordre, très réduites, discutent de l'affaire comme on discuterait du temps qu'il fait, tout en envisageant de - peut-être - prendre un parapluie. 
J'exagère à peine. 
Une enquête menée donc à un train de sénateur, assez peu compatible avec l'horreur à laquelle elle est supposée mettre fin. 
D'autant que l'autosatisfaction semble de rigueur chez les policiers, alors que l'enquête fait du surplace, contrairement au nombre des victimes. 
- Un ange passe -
            L'impression que m'a finalement laissé ce court roman est donc celle d'un auteur qui visiblement ne manque pas d'idées innovantes, mais semble dépourvu d'un quelconque talent pour en faire une histoire qui tienne la route. 
Ses personnages sont superficiels, le rythme est en décalage complet avec le sujet traité, et la conclusion de l’intrigue est si tirée par les cheveux qu'on l'entend crier. 
Vous l'aurez compris, hormis de lire le premier roman de l'histoire du (mauvais) genre dont le criminel est un tueur en série, et la découverte fortuite d'un dispositif de vidéo-surveillance très en avance sur son temps, « Le Vampire » est un kilafé très dispensable. 
Pour les curieux et les aventuriers.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er