Accéder au contenu principal

Morceau par morceau [Karen Traviss / Lionel Davoust]

La rencontre avec un auteur qu'on ne connaissait pas, prend parfois des détours inattendus. 
            C'est en faisant des recherches sur le space opera, un genre dont j'ai déjà abondement parlé sur ce blog, et pour lequel je voulais trouver un nouvel angle, que je me suis retrouvé à lire la phrase suivante : « [...] de nos jours l'idéologie est partout et contamine de manière particulièrement marquée le domaine du space opera. D'extrême droite avec le militarisme d'un David Weber ou d'une Karine Traviss [..] (Space opera !, éditions Les Moutons Électriques™). 
Outre le déficit flagrant de précision(s) sur ce qui justifie ce classement péremptoire, ou alors raconter une histoire qui se déroulent dans l'espace du point de vue des militaires fait de facto de ce choix un roman d'extrême-droite (?), je venais justement de finir le deuxième tome des aventures d'Honor Harrignton, du susmentionné David Weber. Roman dans lequel je n'avais vu aucune des caractéristiques qui auraient pu en faire un roman d'extrême-droite. Du moins à l'aune de ce que je crois être cette idéologie. 
            C'est donc avec un pointe de curiosité que je me suis mis à chercher ce qu'avait pu écrire Karen Traviss, qui avait l'honneur (sic) d'être cité de ce côté du spectre politique, et que je ne connaissais ni d'Ève ni d'Adam, mais réputée écrire du space opera « militariste ». 
D’autant que j’apprécie jusqu’à maintenant de lire David Weber, et que j’aime - d'une manière générale - les Space opera militaristes. 
            C'est finalement sa nouvelle « Morceau par morceau2002 » qui a essuyé la première, le feu nourri de ma lecture. Disponible à 0,99 euros dans une version numérique, je ne prenais pas de grands risques. 
Avant d'en parler, je vais tout de même préciser que depuis cette entrée en matière j'ai lu l'un des romans de Karen Traviss écrits dans l'univers étendu de la franchise Star Wars™, et terminé le premier tome de ce qui est devenu un cycle de six romans dit « Les Guerres wess'har » : La cité de perle.           
           Or donc, parue dans un recueil publié par Bragelonne™ en 2006 (mais également disponible à l'unité donc), « Morceau par morceau » s'intéresse à une notion qu'on rattache volontiers à l'univers Star Trek© – du moins lorsqu'il est question de Science-fiction : celle dite de « non-interférence ». 
Un rapprochement clairement posé dans la brève présentation qui précède ce court texte traduit par Lionel Davoust. 
Le contexte est le suivant. 
            Sur la planète Maran V, sous administration terrienne semble-t-il, les Ussissis, une race extraterrestre, qui ne sont pas non plus originaires de ce monde, mangent leurs coreligionnaires, mais « rarement les individus sains ». 
Vous avez déjà compris que justement, dans le cas qu'auront à traiter les deux agents des services sociaux terriens de la nouvelle en question, celui-ci sort de l’ordinaire, et que la notion de non-interférence fera plus qu’une timide apparition.
Mais surtout, et ça vous ne pouvez pas le savoir, le plus expérimenté des deux assistants sociaux va se retrouver, ensuite, devant un cas nettement plus difficile à traiter. 
            En choisissant le cannibalisme, Karen Traviss sait qu'elle touche là une corde sensible de notre humanité. Un tabou. 
Et l’autrice de s’en sortir avec les honneurs. 
Seul reproche, si je puis dire, le sujet aurait amplement mérité d'être traité dans le format d'une novella. Mais le principal est fait en ce qui me concerne ; Karen Traviss figure désormais dans mon carnet d’auteurs.

Commentaires

  1. Je n'ai jamais lu l'autrice il me semble mais j'en ai beaucoup entendu parlé (pas forcément en bien !)
    Pourquoi ne pas essayer comme toi, le format court...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette nouvelle est plutôt pas mal, et le premier Star Wars™ que j'ai lu aussi, mais les deux premiers tomes (je suis vers le dernier quart du deuxième) des « Guerres wess'har » sont captivants.
      Je suis vraiment content d'avoir découvert cette autrice.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®