Accéder au contenu principal

Un jour je serai invincible

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie 
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, 
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties 
Sans un geste et sans un soupir* ; …… 
Parce que l’Histoire est toujours racontée par les vainqueurs, « un jour je serai invincible2009 » est un roman qui risque de déciller les yeux de nombre de lecteurs. 
En commençant par sa belle et sobre couverture, signée Néjib Belhadj Kacem. 
En effet, le roman d’Austin Grossman, son premier d’ailleurs, traduit en français par Jean-Daniel Brèque, donne la parole à Docteur Impossible, un super-vilain. 
Qui, à l’occasion d’une nouvelle évasion, et d’une nouvelle entreprise de conquête du monde, se remémore sa vie de sac et de corde. 
Les chapitres qui lui sont consacrés alternent avec ceux qui voient l’admission de Fatale, jeune super-héroïne cyborg, au sein des « Nouveaux » Champions™. 
Mais comme nous le découvrirons, l’histoire de Fatale c’est encore celle de Docteur Impossible
            Cette relecture, j’avais eu l’heur de lire ce roman au moment de sa sortie hexagonale, a été (encore une fois) un vrai plaisir. 
« On n’avait aucune peine à identifier les méchants : c’était toujours ceux qui perdaient, en dépit de leurs idées géniales. » 
            « Un jour je serai invincible » raconte ainsi les souvenirs de Docteur Impossible, capable aussi bien de voyager dans le Temps que d’hypnotiser le président des U.S.A., résolu à se lancer dans une treizième manœuvre de conquête mondiale, à partir d'une chambre miteuse d'un hôtel de troisième zone ; lesquels souvenirs démontrent que les super-vilains de sa trempe sont décidément les individus les plus brillants, les plus entreprenants, et les plus courageux d'un univers qui pourtant ne les ménage pas. 
Là où Docteur Impossible a des rêves, ses ennemis jurés, les « Nouveaux » Champions™, et plus particulièrement CoreFire leur leader, n'ont que des réactions quasi pavloviennes. 
D'une certaine manière, voire de manière certaine, Docteur Impossible à une éthique : « Que dois-je faire pour avoir une vie digne d'être vécue ? ». 
Laquelle s'oppose à la question morale de ses adversaires, « Qu'est-ce que j'ai le droit de faire, ou pas ? ».
On a des rêves ou on n'en a pas !!! 
Combat philosophique certes, mais que Docteur Impossible mène sur le terrain de l'action. Le seul qui vaille finalement. 
            Abusivement comparé à la maxi-série Watchmen de Moore & Gibbons, ce roman de 300 pages ne joue pas exactement dans la même catégorie. Ce qui n'enlève rien à ses qualités. 
Indubitablement innovant sur le plan formel (un aspect que la prose de Grossman ne peut évidemment pas contester) Watchmen est aussi une histoire dont les tenants et les aboutissants sont rigoureusement verrouillés. Une rigueur que « Un jour je serai invincible » n’atteint pas. 
J’en veux pour preuve l’ultime retournement de situation, sous les atours d’un deus ex machina à peine camouflé, dont l’identité - tout aussi réjouissante qu’elle soit – arrive sans crier gare, en contradiction avec tous les usages. Idem pour la confrontation entre Docteur Impossible et Mister Mystic dont le dénouement est un peu trop commode (voire incompréhensible). 
Rien qui ne vaille cependant de se montrer trop sévère. Docteur Impossible et Fatale captivent suffisamment pour que ces réglages, un peu approximatifs, ne pèsent pas plus que nécessaires sur l’impression d’ensemble. Laquelle est globalement plus que satisfaisante. 
Surtout que le roman ravira les amateurs du genre, tant les personnages, autant qu’ils sont, en évoquent d’autres, popularisés par les illustrés. Grossman déclarant par ailleurs qu’il n’était pas question pour lui d’inventer de nouveaux super-pouvoirs, mais bien plutôt d’adopter un angle singulier. 
Mission accomplie !
            « Un jour je serai invincible » est un roman dont les deux personnages principaux sont de ceux auxquels on imagine sans peine d’autres aventures, tout en étant très heureux que l’auteur en reste là. 
Certains personnages, de mon point de vue, prennent une place d’autant plus importante que leurs aventures sont rares, voire uniques. Ceux d’Austin Grossman en font manifestement partie. 
....... Alors tu seras invincible !
 _______ 
* Extrait de la magnifique traduction, par André Maurois, du poème de Rudyard Kipling « If »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er