Accéder au contenu principal

Riders of the Justice

« Riders of the Justice2020 » est un de ces films dont les éléments - pris séparément - n'ont rien de bien nouveau, mais que l'agencement singulier que leur impose le scénariste/réalisateur, Anders Thomas Jensen, rend unique. 
Freaktion 
            Complice de ce qui arrive aux personnages, notamment en ce qu'on partage pareillement une propension à l'apophénie et un goût atavique pour la fiction, ceux-ci ne cessent pourtant de défier nos meilleurs pronostics quant à leurs actes et à leurs réactions. 
Inattendu, inclassable, touchant, « Riders of the Justice » bénéficie en sus de comédiens littéralement maraboutés par leur personnage respectif, dont les répliques barbelés laissent pantois. Un distribution dont, Mads Mikkelsen, le comédien fétiche d’Anders Thomas Jensen, Nicolaj Lie Kaas (détaché du Département V), Lars Brygmann, Nicolas Bro, Andrea Heick Gadeberg et Gustav Lindh, pour ne citer que la troupe de Pieds Nickelés™ autour de laquelle s’articule l’histoire. 
            Si « Riders of the Justice », comme on peut s'y attendre, délivre quelques scènes « Grogne & Cogne » bien brutales, il n'en fait pas son carburant exclusif. 
Rien à voir en effet, avec un énième film de « vengeance ». Enfin si mais ….. 
            Loin de toute formule, « Riders of the Justice » est par ailleurs (presque) essentiellement un film où ce sont les personnages qui font la loi. Du moins, comme rien n'est simple ni pour eux, ni pour nous, n'échappent-ils toutefois pas totalement - par la force des choses - à un certain déterminisme. 
« Riders of the Justice » est en effet le fruit d'un scénario écrit à l'avance, et d'une direction d'acteur toute aussi méticuleuse et précise. 
Difficile en effet de croire qu'un tel résultat soit le fruit du hasard ou de l’improvisation.
L'action se torse 
            Tranche de vie, de plusieurs vies, parfois saignantes, souvent absurdes, mais jamais banales, « Riders of the Justice » glisse sur un toboggan beurré en nous faisant passer du sourire aux larmes et cætera, dans la même séquence ; avant de nous plier de rire. 
Un film qui donne à voir le meilleur du pire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er