Accéder au contenu principal

Riders of the Justice

« Riders of the Justice2020 » est un de ces films dont les éléments - pris séparément - n'ont rien de bien nouveau, mais que l'agencement singulier que leur impose le scénariste/réalisateur, Anders Thomas Jensen, rend unique. 
Freaktion 
            Complice de ce qui arrive aux personnages, notamment en ce qu'on partage pareillement une propension à l'apophénie et un goût atavique pour la fiction, ceux-ci ne cessent pourtant de défier nos meilleurs pronostics quant à leurs actes et à leurs réactions. 
Inattendu, inclassable, touchant, « Riders of the Justice » bénéficie en sus de comédiens littéralement maraboutés par leur personnage respectif, dont les répliques barbelés laissent pantois. Un distribution dont, Mads Mikkelsen, le comédien fétiche d’Anders Thomas Jensen, Nicolaj Lie Kaas (détaché du Département V), Lars Brygmann, Nicolas Bro, Andrea Heick Gadeberg et Gustav Lindh, pour ne citer que la troupe de Pieds Nickelés™ autour de laquelle s’articule l’histoire. 
            Si « Riders of the Justice », comme on peut s'y attendre, délivre quelques scènes « Grogne & Cogne » bien brutales, il n'en fait pas son carburant exclusif. 
Rien à voir en effet, avec un énième film de « vengeance ». Enfin si mais ….. 
            Loin de toute formule, « Riders of the Justice » est par ailleurs (presque) essentiellement un film où ce sont les personnages qui font la loi. Du moins, comme rien n'est simple ni pour eux, ni pour nous, n'échappent-ils toutefois pas totalement - par la force des choses - à un certain déterminisme. 
« Riders of the Justice » est en effet le fruit d'un scénario écrit à l'avance, et d'une direction d'acteur toute aussi méticuleuse et précise. 
Difficile en effet de croire qu'un tel résultat soit le fruit du hasard ou de l’improvisation.
L'action se torse 
            Tranche de vie, de plusieurs vies, parfois saignantes, souvent absurdes, mais jamais banales, « Riders of the Justice » glisse sur un toboggan beurré en nous faisant passer du sourire aux larmes et cætera, dans la même séquence ; avant de nous plier de rire. 
Un film qui donne à voir le meilleur du pire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®