Accéder au contenu principal

Shot Caller / L'Exécuteur

Ric Roman Waugh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie. Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma. 
Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017. 
            Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon, un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation. 
Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre. 
            Puisant dans le magasin des accessoires des films de prison, « Shot Caller » dépeint l'univers carcéral sous la forme d'un microcosme communautaire où les gangs sont essentiellement une affaire de races. 
Condamné (sic) donc par sa couleur de peau, Jacob Harlon rejoint un gang de la Fraternité Aryenne® ; sans que rien ne laisse croire qu'il en partage les idéaux. 
Mais appartenir à un gang a un prix, et l'ex-homme d'affaires le paiera notamment en subissant plusieurs épreuves initiatiques, et en y gagnant un surnom : « Money ». 
            Monté sous la forme de va-et-vient chronologiques entre le présent (Money libéré), et le passé (Jacob Harlon dans sa vie d'avant l'accident et lors de sa détention) ; le film de Ric Roman Waugh fait en outre confiance aux spectateurs en évitant d'être trop didactique. 
À l'unisson de son acteur principal Nikolaj Coster-Waldau, dont le jeu minimaliste exprime pourtant avec beaucoup d'intensité la métamorphose de son personnage via son calvaire carcéral. 
Peuplé de quelques gueules du cinéma américain : Jon Bernthal et Holt McCallany pour ne citer qu'eux, et de belles carrures à l'instar du champion de MMA Keith Jardine, « Shot Caller » est par la force de son sujet un film de  vrais « mecs ». 
« C'est une image très authentique de la culture carcérale, à la fois des effets que produisent les prisons à l'intérieur d'elles-mêmes, mais aussi de la façon dont elles s'étendent au-delà de leurs murs. » 
Ric Roman Waugh 
            Mais « Shot Caller » est aussi une Tragédie, entendue ici comme un genre d'histoire où la solution est pire que le problème, quand bien même c'est pourtant la seule décision possible. 
D'une brutalité presque documentaire, mais sans surenchère gratuite ; porté par l'interprétation très underplay de son personnages principal, solidement secondé par une distribution très investie ; « Shot Caller » est aussi un thriller très astucieux, qui scie méthodiquement les barreaux de sa catégorie d'origine. 
Ajoutez-y l'Effet IKEA™ produit par sa chronologie chamboulée et ses quelques ellipses, sans oublier un cheminement héroïque qui n'aurait aucun mal à recevoir la certification Christopher Vogler©, et vous avez un film bien plus intéressant que ne le laisse croire sa discrète sortie en DTV.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er