Accéder au contenu principal

Shot Caller / L'Exécuteur

Ric Roman Waugh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie. Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma. 
Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017. 
            Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon, un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation. 
Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre. 
            Puisant dans le magasin des accessoires des films de prison, « Shot Caller » dépeint l'univers carcéral sous la forme d'un microcosme communautaire où les gangs sont essentiellement une affaire de races. 
Condamné (sic) donc par sa couleur de peau, Jacob Harlon rejoint un gang de la Fraternité Aryenne® ; sans que rien ne laisse croire qu'il en partage les idéaux. 
Mais appartenir à un gang a un prix, et l'ex-homme d'affaires le paiera notamment en subissant plusieurs épreuves initiatiques, et en y gagnant un surnom : « Money ». 
            Monté sous la forme de va-et-vient chronologiques entre le présent (Money libéré), et le passé (Jacob Harlon dans sa vie d'avant l'accident et lors de sa détention) ; le film de Ric Roman Waugh fait en outre confiance aux spectateurs en évitant d'être trop didactique. 
À l'unisson de son acteur principal Nikolaj Coster-Waldau, dont le jeu minimaliste exprime pourtant avec beaucoup d'intensité la métamorphose de son personnage via son calvaire carcéral. 
Peuplé de quelques gueules du cinéma américain : Jon Bernthal et Holt McCallany pour ne citer qu'eux, et de belles carrures à l'instar du champion de MMA Keith Jardine, « Shot Caller » est par la force de son sujet un film de  vrais « mecs ». 
« C'est une image très authentique de la culture carcérale, à la fois des effets que produisent les prisons à l'intérieur d'elles-mêmes, mais aussi de la façon dont elles s'étendent au-delà de leurs murs. » 
Ric Roman Waugh 
            Mais « Shot Caller » est aussi une Tragédie, entendue ici comme un genre d'histoire où la solution est pire que le problème, quand bien même c'est pourtant la seule décision possible. 
D'une brutalité presque documentaire, mais sans surenchère gratuite ; porté par l'interprétation très underplay de son personnages principal, solidement secondé par une distribution très investie ; « Shot Caller » est aussi un thriller très astucieux, qui scie méthodiquement les barreaux de sa catégorie d'origine. 
Ajoutez-y l'Effet IKEA™ produit par sa chronologie chamboulée et ses quelques ellipses, sans oublier un cheminement héroïque qui n'aurait aucun mal à recevoir la certification Christopher Vogler©, et vous avez un film bien plus intéressant que ne le laisse croire sa discrète sortie en DTV.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®