Accéder au contenu principal

J'ai exécuté un chien de l'enfer[David di Nota]

 
 « Assassiner un professeur parce qu'il enseignait n'était pas arrivé depuis longtemps dans ce pays. Était-ce d'ailleurs jamais arrivé ? » se demande Riss en janvier 2021.
            Basé essentiellement sur le rapport officiel de l'Inspection générale de l'Éducation, du Sport et de la Recherche et sur quasiment tout ce qu'a pu lire David di Nota sur le sujet, « J'ai exécuté un chien de l'enfer » revient sur les jours qui ont précédé la décapitation de Samuel Paty, et déroule une contre-enquête sobre et implacable.
          Son récit met notamment au jour la confiscation de l'offense par quelques personnes seulement, qui prétendent parler aux noms d'une communauté religieuse entière. Cette prétention était au demeurant déjà à l’œuvre lorsque le quotidien danois Jyllands-Posten avait publié une enquête sur l'auto-censure en 2005, et même avant lorsque Salman Rushdie publia Les versets sataniques.
            Sans que David di Nota n'ait besoin d'instruire à charge, la relation des faits suffit, le comportement de la hiérarchie de Samuel Paty, et celui de certains de ses collègues est accablant. Pour eux !
Difficile de croire en effet que personne dans l'établissement où il travaillait n'ait su que le témoignage de l'élève qui mit le feux aux poudre ne pouvait être vrai puisqu'elle n'avait pas assisté au cours en question.
Lequel n'était d'ailleurs pas une lubie de Samuel Paty, mais bien prévu par le programme. Est-il en effet raisonnable de penser qu'on puisse illustrer la liberté d'expression aujourd'hui, en montrant des caricature de Louis-Philippe ?!
D'autant que le cours, selon les témoignages de ceux qui y ont participé, s'était très bien passé.  
Ce qui n'empêchera pas un député français d'expliquer, presque un an jour pour jour après l'assassinat de l'enseignant du collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine, qu'à son époque l’hebdomadaire « Charlie Hebdo était réservé aux adultes ». 
            Ce qui transparait aussi dans au fil des 38 courts chapitres du livre de David di Nota, c'est la lucidité de Samuel Paty ; et sur la campagne de déstabilisation dont il faisait l'objet, et sur le soutient de sa hiérarchie à la vindicte dont il était la victime.
On retiendra de ce triste exemple, par une cruelle inversion , la mécanique à l’œuvre qui fait  de facto d'une offensée, une victime : « Montrer du doigt, c'est la certitude d'être du bon côté du doigt ». 
Ce que s'abstient de faire David di Nota tout au long de son récit.   
            « Samuel Paty a du mal à percevoir qu’il a fait une erreur », écriront les deux rapporteurs dans leur rapport officiel, qui paraîtra le 3 décembre 2020. Pour rappel, l'exécution de Samuel Paty a eu lieu le 16 octobre 2020.
Comme le souligne Jacques Julliard dans son éditorial de 22 novembre pour l’hebdomadaire Marianne : « Aujourd'hui, dans la France de 2021, la parole enseignante a cessé d'être libre, et c'est une honte. ».
Et la mauvaise nouvelle c'est qu'elle n'est pas seule à l'être.
Le livre de David di Nota nous dit cependant que certains n'ont pas abdiqué, ils méritent qu'on se souviennent d'eux. 
Et il le dit dans une langue limpide, et courageuse.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et