Accéder au contenu principal

Code 46 [Frank Cottrell Boyce / Michael Winterbottom]

« Code 462003 » se déroule dans une société mondialisée qui ne partage pas de différence de nature avec la nôtre, mais plutôt une différence de degrés (sic)
Grossièrement elle se divise en deux : 
• ceux du « dehors », le lumpenprolétariat, à qui quasiment tout est refusé et qui (sur)vivent sous un soleil aride, dans des endroits qui le sont tout autant 
• et ceux du « dedans », la classe supérieure, aisée, installée dans de gigantesques mégalopoles. 
Néanmoins, le prix à payer pour ce confort est celui d’un contrôle strict de leurs déplacements, ainsi que du temps passé sur les lieux de leurs destinations. Voyages et séjours sont en effet subordonnés à des assurances, les « papels ». C’est justement sur l'un de ces trafics qu’enquête William Geld (alias Tim Robbins) lorsque nous le rencontrons.
Cependant le fichage des individus va plus loin, puisque les hommes et les femmes de cet avenir proche ( ?) ont largement recours à l’insémination in vitro, et au clonage. 
Si les mariages ne sont autorisés qu’après un contrôle très rigoureux du patrimoine génétique des amoureux, le Code 46 (du titre) interdit expressément la conception d’enfants entre deux personnes partageant au moins 25% d’ADN commun. 
            Si « Code 46 » emprunte un arrière-plan commun aux récits d’anticipation social, il y agrège une symbolique antique transparente mais efficace, pour au final essentiellement raconter une tragédie romantique dont on augure mal qu’elle se finisse bien. 
La grande force du long-métrage réalisé par Michael Winterbottom c'est son étrangeté. Laquelle est par ailleurs renforcé par un rythme languide, quasi hypnagogique. 
Exploitant au mieux des décors filmés à Shanghai, Dubaï, Hong Kong et dans le désert du Thar au Rajasthan ; utilisant des prises de vue de caméras de surveillance, et un personnage singulier & fantasque, en la personne de Maria Gonzales interprétée par Samantha Morton, et quelques très bonnes idées de Sf (le virus d’empathie, et surtout son utilisation à multiples entrées), le cinéaste hérite en sus d’un scénario particulièrement habile, signé Frank Cottrell Boyce. Duquel je mentionnerai entre autres, l’utilisation d’un espéranto dépaysant, un détail aux effets inversement proportionnels, et des conséquences de la violation du Code 46 particulièrement retorses et ingénieuses. 
            Outre son rythme neurasthénique donc, qui pourrait désorienter, une séquence particulièrement désagréable risque de choquer beaucoup de spectateurs. Si elle s’explique dans le contexte de l’histoire, et via la psychologie des personnages qui y prennent part, elle n’en reste pas moins très très perturbante. 
Utilisant avec un savoir-faire certain l’effet Rosebud™, « Code 46 » exploite le sentiment d’empathie qu’un manque impossible à combler suggère, à l’instar de celui de John Foster Kane. Et permet au public du film de ressentir au plus près ce qui arrive aux deux protagonistes principaux. 
Un film empathique & inconfortable. Une belle découverte.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er