Accéder au contenu principal

Dans l'océan de la nuit [Gregory Benford / William Olivier Desmond]

Le centre galactique est une vaste fresque de six romans (et une nouvelle), laquelle commence avec « Dans l'océan de la nuit2001 », publié en 1978 aux U.S.A., et qui s'est étendue sur une période éditoriale de plus de 25 ans.
            À vrai dire « Dans l'océan de la nuit » est plus un « fix-up », autrement dit un roman élaboré à partir d'un assemblage de nouvelles, qu'un roman à proprement parler. La nouvelle qui inaugure ce qui deviendra donc cet immense cycle de « hard science-fiction » paraît dès 1972 dans la revue étasunienne  If™. Elle sera par ailleurs traduite en français dans le magazine Galaxie™, en janvier 1973, dans sa 116ème livraison. Le cycle en question se termine, à ma connaissance, avec Une soif d'infini, nouvelle parue dans le recueil Horizons Lointains, publié sous la direction de Robert Silverberg.
            Ce n'est pas le sujet de « Dans l'océan de la nuit » qui fait son originalité, mais son traitement. (Mais en 1972 peut-être était-ce le cas ?)
En tout état de cause, Gregory Benford considère son lecteur (de 1972) comme suffisamment familier du futur proche qu'il décrit (pour nous aujourd'hui il s'agit d'un passé qui n'est jamais arrivé) pour ne jamais se montrer didactique sur le monde qu'il imagine. Ce qui ne manque pas de nous demander, encore aujourd'hui, une concentration accrue, et une mobilisation complète de nos processus d'extrapolation les plus fins.
Outre l'exotisme de ce futur imaginaire (qui se situe 21 ans dans notre passé, je le rappelle), « Dans l'océan de la nuit » est le récit d'un premier contact avec une civilisation extraterrestre.
Mais si Gregory Benford est un romancier de Sf, c'est aussi un scientifique pur et dur, et son champ d'expertise occupe également ses préoccupations romanesques. Il est donc extrêmement pointilleux sur l'aspect scientifique de ses théories. Ce qui n'en fait pas un simple gadget au service d'une aventure haute en couleurs, mais la pierre d'angle de son histoire.
Mais fort heureusement, tout aussi rigoureux qu'il se montre, Gregory Benford n'est jamais abscons.
« Dans l'océan de la nuit » est donc un roman tout à fait abordable, quand bien même on ne possède qu'un très léger bagage scientifique. Toutefois ce premier roman ne se suffit pas à lui-même, ou alors il vous faudra vous satisfaire d'une fin qui n'en est pas une.
Autrement dit, quiconque s'y aventure doit s'attendre à enchaîner avec À travers la mer des soleils, le second roman du cycle.
            « Dans l'océan de la nuit » aurait, à mon avis, cependant gagné à être un peu plus concis. Il se perd notamment dans une relation conjugale, dont l'aboutissement finalement prometteur (je n'y croyais plus), restera pourtant lettre morte (soupir). 
D'autant que si ce roman est celui d'un premier contact, il laisse aussi une large place à un aspect dont j'ai cru comprendre qu'il occupe une place de choix dans l'imaginaire de l'auteur. Et qui se traduit ici par « Les Nouveau Enfants », une religion de plus en plus présente au fur et à mesure que le roman avance, mais à propos de laquelle Gregory Benford entretiendra un mystère qui ne s'éclairera guère. 
Ce ne sera d'ailleurs pas le seul de ce premier tome, comme vous l'avez sûrement compris.
            Au final si « Dans l'océan de la nuit » n'est en aucun cas un bon roman (il est bien trop frustrant), c'est en tout cas une entrée en matière qui ne laisse pas indifférent.
Et le premier tome d'un cycle que je compte bien explorer (par la force des chose) le plus loin possible.
 
(À suivre ....)         

Commentaires

  1. J'ai prévu de découvrir cet auteur un jour prochain, je continuerai en attendant de suivre ton exploration du cycle, histoire de voir si ça s'améliore dans les prochains tomes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu veux découvrir cet auteur, la revue galaxie™ lui avait consacré un dossier dans sa quinzième livraison, en 1997 : https://www.noosfere.org/livres/niourf.asp?numlivre=2146570217

      Plutôt pas mal fait (je l'ai relu pour écrire cette critique)

      Supprimer
    2. Merci pour l'info, c'est pas tout jeune, mais je vais voir si je peux le trouver quelque part.
      Ça sera d'ailleurs pour moi l'occasion de découvrir ce magazine que je connais que de nom finalement.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er