Accéder au contenu principal

New Gods (3)

Comics Parade n°1
... Les premiers colons comme les émigrés arrivés plus tard de l'Europe se dirigeaient vers l'Amérique comme vers le pays où ils pouvaient renaître, et y recommencer une vie nouvelle analyse Mircea Eliade dans La Nostalgie des Origines. Dans cette "nouveauté" - qui est un désir à structure religieuse (ibid)  - on espère une re-naissance, une vie nouvelle : New England, New York, New Haven, dans un New World peuplé de ....


Ce Nouveau Monde situé dans la Quatrième Partie de la Terre est le lieu fantasmatique des nouveaux commencements pour les colons, comme a pu l'être le Fourth World pour Jack Kirby lors de son arrivée chez son nouvel éditeur : DC Comics.

Chaque enfant recommence le monde
H.D. Thoreau

Vous aurez par ailleurs remarqué une filiation "paternelle" certaine entre les Pilgrim fathers (les Pères pèlerins), les Founding fathers (les Pères fondateurs) et le Highfather (le Haut père) de New Genesis. Une vraie fête des pères cette histoire.

... Dans le billet précédent je proposais que les New Gods étaient une mythologie américaine envisagée souvenez-vous, sous l'angle du "bricolage". L'un des emprunts majeurs est sans nul doute la vision des Puritains qui oppose  d'un côté la wilderness ce lieu où habitent les bêtes sauvages et les indiens, ces forêts sombres où l'on ressent la terreur archaïque ; et de l'autre le settlement (l'enclos) de la Parole sainte, l'enclos civilisé. D'un côté l'Ouest sauvage, de l'autre l'Est cadastré. Un dualisme que l'on retrouve selon moi dans l'opposition entre New Genesis et Apokolips.

Cependant ne soyons pas trop prompte à placer New Genesis du côté du settlement autrement dit la colonie & la civilisation, et Apokolips du côté de la wilderness, la nature à l'état sauvage ; car si l'Amérique est souvent décrite comme un nouvel Éden (à l'époque), imaginons ce qu'a dû être la vision de l'Angleterre en 1616 pour Pocahontas traversant Londres :

Q'Orianka Kilcher / Pocahontas

On imagine la stupeur des Indiens, assourdis par le vacarme de la ville, contemplant les rues bondées et les maisons de cinq ou six étage. [..] Peut-on imaginer les odeurs de la cité, provenant de la suie des cheminées et de la combustion générale du charbon, sans parler de celles du crottin de cheval, du fumier sur les voies et des innombrables fosses d'aisance situées derrière les maisons ? Londres n'est qu'un cloaque.
Le Nouveau Monde autopsie d'un mythe Lauric Guillaud
Une description qui doit rappeler des souvenirs aux lecteurs des New Gods, mais ce n'est pas tout....
Que dire de ce qui se déroule à Jamestown entre septembre 1609 et mai 1610.

"Comble de l'absurdité, les colons (victime de la famine) commencèrent par brûler leurs propres habitations ; ils mangèrent leur cheptel, leurs animaux de compagnie, traquèrent les souris, les rats, retournèrent la terre pour y chercher des racines. Même les morts n'étaient pas en paix. Les colons s'attaquèrent aux corps de leur semblables. Un grand nombre d'Anglais se nourrirent en effet de cadavres. Certains allèrent jusqu'à déterrer le corps d'un indien tué quelques jours plus tôt pour assouvir leur faim."il y en eut même, écrit Percy, qui lapaient le sang qui coulait du corps de leurs semblables affaiblis"."(Ibid)

    
Deux aperçus plutôt apocalyptiques de la civilisation, n'est-il pas !?


     
(À suivre ...)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…