Accéder au contenu principal

New Gods (3)

Comics Parade n°1
... Les premiers colons comme les émigrés arrivés plus tard de l'Europe se dirigeaient vers l'Amérique comme vers le pays où ils pouvaient renaître, et y recommencer une vie nouvelle analyse Mircea Eliade dans La Nostalgie des Origines. Dans cette "nouveauté" - qui est un désir à structure religieuse (ibid)  - on espère une re-naissance, une vie nouvelle : New England, New York, New Haven, dans un New World peuplé de ....


Ce Nouveau Monde situé dans la Quatrième Partie de la Terre est le lieu fantasmatique des nouveaux commencements pour les colons, comme a pu l'être le Fourth World pour Jack Kirby lors de son arrivée chez son nouvel éditeur : DC Comics.

Chaque enfant recommence le monde
H.D. Thoreau

Vous aurez par ailleurs remarqué une filiation "paternelle" certaine entre les Pilgrim fathers (les Pères pèlerins), les Founding fathers (les Pères fondateurs) et le Highfather (le Haut père) de New Genesis. Une vraie fête des pères cette histoire.

... Dans le billet précédent je proposais que les New Gods étaient une mythologie américaine envisagée souvenez-vous, sous l'angle du "bricolage". L'un des emprunts majeurs est sans nul doute la vision des Puritains qui oppose  d'un côté la wilderness ce lieu où habitent les bêtes sauvages et les indiens, ces forêts sombres où l'on ressent la terreur archaïque ; et de l'autre le settlement (l'enclos) de la Parole sainte, l'enclos civilisé. D'un côté l'Ouest sauvage, de l'autre l'Est cadastré. Un dualisme que l'on retrouve selon moi dans l'opposition entre New Genesis et Apokolips.

Cependant ne soyons pas trop prompte à placer New Genesis du côté du settlement autrement dit la colonie & la civilisation, et Apokolips du côté de la wilderness, la nature à l'état sauvage ; car si l'Amérique est souvent décrite comme un nouvel Éden (à l'époque), imaginons ce qu'a dû être la vision de l'Angleterre en 1616 pour Pocahontas traversant Londres :

Q'Orianka Kilcher / Pocahontas

On imagine la stupeur des Indiens, assourdis par le vacarme de la ville, contemplant les rues bondées et les maisons de cinq ou six étage. [..] Peut-on imaginer les odeurs de la cité, provenant de la suie des cheminées et de la combustion générale du charbon, sans parler de celles du crottin de cheval, du fumier sur les voies et des innombrables fosses d'aisance situées derrière les maisons ? Londres n'est qu'un cloaque.
Le Nouveau Monde autopsie d'un mythe Lauric Guillaud
Une description qui doit rappeler des souvenirs aux lecteurs des New Gods, mais ce n'est pas tout....
Que dire de ce qui se déroule à Jamestown entre septembre 1609 et mai 1610.

"Comble de l'absurdité, les colons (victime de la famine) commencèrent par brûler leurs propres habitations ; ils mangèrent leur cheptel, leurs animaux de compagnie, traquèrent les souris, les rats, retournèrent la terre pour y chercher des racines. Même les morts n'étaient pas en paix. Les colons s'attaquèrent aux corps de leur semblables. Un grand nombre d'Anglais se nourrirent en effet de cadavres. Certains allèrent jusqu'à déterrer le corps d'un indien tué quelques jours plus tôt pour assouvir leur faim."il y en eut même, écrit Percy, qui lapaient le sang qui coulait du corps de leurs semblables affaiblis"."(Ibid)

    
Deux aperçus plutôt apocalyptiques de la civilisation, n'est-il pas !?


     
(À suivre ...)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.