Accéder au contenu principal

When you're strange


... Revoir une nouvelle fois Apocalypse Now a encore été un plaisir, d'autant que plus le temps passe et plus j'utilise ce que Freud appelait l'attention flottante, apportant de nouvelles dimensions à ce film ; et tout en le regardant je me disais que Coppola avait réussi là où  Kounen avait échoué avec son Blueberry.
 

Bref, il n'en demeure pas moins que le film de Coppola reste dans mon esprit attaché au groupe The Doors et, ni une ni deux je me suis regardé When you're strange le documentaire de Tom DiCillo.


Bonne pioche aurait dit Descartes ...


... Bien qu'appréciant les Doors je ne suis pas un pur aficionado, et j'ai été enchanté par les images d'archives que j'ai découvertes, la narration du documentaire est faite par un Johnny Deep à la diction irreprochable, et Tom DeCillo insère quelques doigts de fiction plutôt bien vus, des images d'actualités, coulisses de concerts ; en deux mots un film rondement réussi.

Car si When you're strange fait la part belle au chanteur du groupe, Tom DeCillo  n'en néglige pas pour autant les autres membres du groupe Ray Manzarek, Robby Krieger ou John Densmore, voire Paul Rothchild le producteur.


Pour terminer un extrait de la musique que l'on trouve dans ce documentaire, alors elle est pas belle la vie !?





Prochaine étape, revoir le documentaire Au cœur des ténèbres l'apocalypse d'un metteur en scène, making of  d'Apocalypse Now, que j'avais eu le plaisir de voir en salle alors que je trainais sur Paname à l'orée des nineties.


Commentaires

  1. Tiens, ben justement, le documentaire Coeur des Ténèbres, il était sorti en DVD ? Parce que ma vieille vhs a rendu l'âme il y a bien des lunes.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un