Accéder au contenu principal

When you're strange


... Revoir une nouvelle fois Apocalypse Now a encore été un plaisir, d'autant que plus le temps passe et plus j'utilise ce que Freud appelait l'attention flottante, apportant de nouvelles dimensions à ce film ; et tout en le regardant je me disais que Coppola avait réussi là où  Kounen avait échoué avec son Blueberry.
 

Bref, il n'en demeure pas moins que le film de Coppola reste dans mon esprit attaché au groupe The Doors et, ni une ni deux je me suis regardé When you're strange le documentaire de Tom DiCillo.


Bonne pioche aurait dit Descartes ...


... Bien qu'appréciant les Doors je ne suis pas un pur aficionado, et j'ai été enchanté par les images d'archives que j'ai découvertes, la narration du documentaire est faite par un Johnny Deep à la diction irreprochable, et Tom DeCillo insère quelques doigts de fiction plutôt bien vus, des images d'actualités, coulisses de concerts ; en deux mots un film rondement réussi.

Car si When you're strange fait la part belle au chanteur du groupe, Tom DeCillo  n'en néglige pas pour autant les autres membres du groupe Ray Manzarek, Robby Krieger ou John Densmore, voire Paul Rothchild le producteur.


Pour terminer un extrait de la musique que l'on trouve dans ce documentaire, alors elle est pas belle la vie !?





Prochaine étape, revoir le documentaire Au cœur des ténèbres l'apocalypse d'un metteur en scène, making of  d'Apocalypse Now, que j'avais eu le plaisir de voir en salle alors que je trainais sur Paname à l'orée des nineties.


Commentaires

  1. Tiens, ben justement, le documentaire Coeur des Ténèbres, il était sorti en DVD ? Parce que ma vieille vhs a rendu l'âme il y a bien des lunes.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…