Accéder au contenu principal

Buffalo Bill


... Le chasseur de bisons Buffalo Bill est une pierre angulaire de la mythologie étasunienne ; d'abord en tant qu'acteur de cette mythologie, mais aussi et surtout en tant que façonneur d'icelle. C'est ainsi qu'au travers de ses spectacles il codifiera la légende en transformant la structure karmique profonde de la colonisation d'un continent en ce qui deviendra le mème Far WestWilliam F. Cody (alias Buffalo Bill) imprimera un saut de paradigme  (Cf. la magie du chaos) à la mémoire collective, il engrammera pour longtemps (pour toujours ?) dans la doxa une certaine Histoire des U.S.A.

2000 ans d'histoire, extrait :

En outre on comprendra aisément qu'un tueur de bisons tel que lui soit d'une certaine manière un intercesseur de choix dans cette transmutation de l'Histoire.  Ne perdons pas de vue non plus que le rayonnement du Buffalo Bill's Wild West a été international ...

Moore & Campbell


Le vélodrome situé entre les portes Maillot et de Villiers à Neully-sur-Seine porte le nom de Vélodrome Buffalo : il est vrai qu'il a été construit à l'emplacement où se trouvait pendant l'Exposition Universelle de 1889 l'exhibition indo-américaine du colonel Cody alias Buffalo Bill, que l'on a parfois appelé Guillaume Bison en France (Cf. Buffalo Bill de Jacques Portes).  

... S'il est une manière de percevoir de façon claire et ludique cet aspect de l'Histoire des États-Unis, c'est bien grâce au film de Robert Altman, Buffalo Bill et les indiens. En nous montrant les coulisses du show et les acteurs majeurs de ce théâtre magique (ibid) Altman nous invite à voir la construction d'une mythologie in vivo    


"Il n'est rien de caché qui ne sera révélé ;
rien de secret qui ne sera connu."
(Les Évangiles)

Tous les personnages sont savoureux, incarnant avec vitalité les archétypes de cet Ouest Sauvage grâce au talent de leurs interprètes (sans oublier les doubleurs de la V.F qui font un travail remarquable).
Robert Altman a par ailleurs le bon goût de jouer la carte de l'humour, voire du burlesque ce qui  a contrario ajoute à la vraisemblance de ce que nous voyons à l'écran.  Mention particulière au duo Buffalo Bill - Ned Buntline l'homme qui a façonné Bill :

De son vrai nom Edward Zane Carroll, Buntline avait survécu à sept duels et réchappé à un lynchage à Nashville pour une histoire de femme ; en 1856 il était organisateur du parti xénophobe Know-Nothing (initialement, en 1849, une société secrète surtout anti-irlandaise) ; il a passé presque toute la Guerre de Sécession en prison pour avoir mené des émeutes anti-circonscription. Il rendit célèbres, en brodant largement, les Buffalo Bill, Wyatt Earp, Wild Bill Hickock [..]. 
Alors qu'il avait déjà popularise Buffalo Bill dans ses dime novels, en 1872, Buntline, pour donner de la vie à sa pièce The Scouts of the Prairie (dont on dit qu'elle a été écrite en quatre heures sous  roboratif l'effet de l'alcool), demande à Buffalo Bill et à Texas Jack [..] d'y jouer leur propre rôle, avec dix indiens [..]
Paul Bleton - Western, France Éditions ENCRAGE

Buntline bien que présent au même endroit que Buffalo Bill au moment où se déroule l'action du film, ne rencontrera ce dernier que vers la fin de l'histoire ; ce qui ne l'empêche pas de commenter ce qui se passe à l'écran en donnant sa version de la légende. Hilarant.


... Si le cirque magique de Buffalo Bill redessine la carte mentale de la psyché collective à l'instar des colons modelant ce "Nouveau Monde" en faisant fi de son Histoire, Robert Altman nous en montre les ficelles et les coulisses en un spectacle enlevé et particulièrement réussi. 
Mais cependant, ne nous y trompons pas Buffalo Bill et les indiens n'est en aucun cas un miroir du monde, mais dans un élan borgesien une "chose de plus ajoutée au monde", dont il serait dommage de se priver. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…