Accéder au contenu principal

Buffalo Bill


... Le chasseur de bisons Buffalo Bill est une pierre angulaire de la mythologie étasunienne ; d'abord en tant qu'acteur de cette mythologie, mais aussi et surtout en tant que façonneur d'icelle. C'est ainsi qu'au travers de ses spectacles il codifiera la légende en transformant la structure karmique profonde de la colonisation d'un continent en ce qui deviendra le mème Far WestWilliam F. Cody (alias Buffalo Bill) imprimera un saut de paradigme  (Cf. la magie du chaos) à la mémoire collective, il engrammera pour longtemps (pour toujours ?) dans la doxa une certaine Histoire des U.S.A.

2000 ans d'histoire, extrait :

En outre on comprendra aisément qu'un tueur de bisons tel que lui soit d'une certaine manière un intercesseur de choix dans cette transmutation de l'Histoire.  Ne perdons pas de vue non plus que le rayonnement du Buffalo Bill's Wild West a été international ...

Moore & Campbell


Le vélodrome situé entre les portes Maillot et de Villiers à Neully-sur-Seine porte le nom de Vélodrome Buffalo : il est vrai qu'il a été construit à l'emplacement où se trouvait pendant l'Exposition Universelle de 1889 l'exhibition indo-américaine du colonel Cody alias Buffalo Bill, que l'on a parfois appelé Guillaume Bison en France (Cf. Buffalo Bill de Jacques Portes).  

... S'il est une manière de percevoir de façon claire et ludique cet aspect de l'Histoire des États-Unis, c'est bien grâce au film de Robert Altman, Buffalo Bill et les indiens. En nous montrant les coulisses du show et les acteurs majeurs de ce théâtre magique (ibid) Altman nous invite à voir la construction d'une mythologie in vivo    


"Il n'est rien de caché qui ne sera révélé ;
rien de secret qui ne sera connu."
(Les Évangiles)

Tous les personnages sont savoureux, incarnant avec vitalité les archétypes de cet Ouest Sauvage grâce au talent de leurs interprètes (sans oublier les doubleurs de la V.F qui font un travail remarquable).
Robert Altman a par ailleurs le bon goût de jouer la carte de l'humour, voire du burlesque ce qui  a contrario ajoute à la vraisemblance de ce que nous voyons à l'écran.  Mention particulière au duo Buffalo Bill - Ned Buntline l'homme qui a façonné Bill :

De son vrai nom Edward Zane Carroll, Buntline avait survécu à sept duels et réchappé à un lynchage à Nashville pour une histoire de femme ; en 1856 il était organisateur du parti xénophobe Know-Nothing (initialement, en 1849, une société secrète surtout anti-irlandaise) ; il a passé presque toute la Guerre de Sécession en prison pour avoir mené des émeutes anti-circonscription. Il rendit célèbres, en brodant largement, les Buffalo Bill, Wyatt Earp, Wild Bill Hickock [..]. 
Alors qu'il avait déjà popularise Buffalo Bill dans ses dime novels, en 1872, Buntline, pour donner de la vie à sa pièce The Scouts of the Prairie (dont on dit qu'elle a été écrite en quatre heures sous  roboratif l'effet de l'alcool), demande à Buffalo Bill et à Texas Jack [..] d'y jouer leur propre rôle, avec dix indiens [..]
Paul Bleton - Western, France Éditions ENCRAGE

Buntline bien que présent au même endroit que Buffalo Bill au moment où se déroule l'action du film, ne rencontrera ce dernier que vers la fin de l'histoire ; ce qui ne l'empêche pas de commenter ce qui se passe à l'écran en donnant sa version de la légende. Hilarant.


... Si le cirque magique de Buffalo Bill redessine la carte mentale de la psyché collective à l'instar des colons modelant ce "Nouveau Monde" en faisant fi de son Histoire, Robert Altman nous en montre les ficelles et les coulisses en un spectacle enlevé et particulièrement réussi. 
Mais cependant, ne nous y trompons pas Buffalo Bill et les indiens n'est en aucun cas un miroir du monde, mais dans un élan borgesien une "chose de plus ajoutée au monde", dont il serait dommage de se priver. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un