Accéder au contenu principal

Starman


... Si je me souviens bien, j'ai découvert Starman au travers d'un article de la revue SCARCE puis,  par la lecture du recueil JSA : The Golden Age j'ai fait la connaissance de James Robinson, et me voilà en train de lire les aventures de Jack Knight.
Dans son article Jean-Philippe Renoux disait beaucoup de bien de cette série, et après avoir sérieusement entamé le 2ième omnibus édité par Panini je suis tout à fait d'accord avec lui. Déjà The Golden Age était une mini série extrêmement réussie, un augure de bon aloi me direz-vous certes !


... Or donc, c'est avec le dessinateur Tony Harris que James Robinson officie sur Starman, Harris est toutefois secondé par moults dessinateurs lors d'histoires se déroulant dans le passé par exemple ou pour recréer une ambiance particulière (je pense à l'équipée avec le Sandman). Car Starman n'est pas l'histoire d'un super-héros, ou plutôt pas seulement. C'est aussi l'histoire d'une ville Opal City et de ses habitants, l'une des forces du scénariste c'est d'ailleurs d'avoir créé tout un environnement tant architectural qu'humain à Jack Knight.

 

La collaboration entre Harris et Robinson marche du tonnerre, les thèmes abordés sont variés et admirablement traités - ainsi certains épisodes sont-ils particulièrement bavard qu'à cela ne tienne, ils ne sont jamais ennuyeux bien au contraire : Robinson est un fin dialoguiste, qui par ailleurs  joue sur la manière de raconter les différentes aventures du super-héros d'Opal City de façon magistrale.

Starman est une série de très haut niveau que l'éditeur Panini traite avec beaucoup d'égards en proposant de somptueux omnibus. La traduction est réalisée quant à elle par Jérémy Manesse, un gage de qualité me suis-je laissé dire. 



En cadeau Bonux©, une aventure de Starman, où le héros d'Opal City fait équipe avec Hellboy ....

Cette aventure a été proposée dans le recueil publié par SEMIC et intitulé Rencontre (2004). Au scénario on retrouve James Robinson et à la traduction Stéphane Deschamps et Marie-Constance Théodossiou.


 <---- Cliquez


Commentaires

  1. Monsieur Dada, je vous rejoins entièrement sur cette analyse. Tout comme vous j'ai fait l'acquisition des deux premiers omnibus (en Vo pour ma part) au cours de la dernière année et me suis régalé à leur lecture. On y découvre une ville, une histoire et des personnages bien définis. Ma préférence allant à The Shade, à la fois drôle et fascinant. J'aime beaucoup aussi toutes ces petites références à la collectionite du héros :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui comme toi, j'ai aussi une affection particulière pour l'Ombre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…