Accéder au contenu principal

Starman


... Si je me souviens bien, j'ai découvert Starman au travers d'un article de la revue SCARCE puis,  par la lecture du recueil JSA : The Golden Age j'ai fait la connaissance de James Robinson, et me voilà en train de lire les aventures de Jack Knight.
Dans son article Jean-Philippe Renoux disait beaucoup de bien de cette série, et après avoir sérieusement entamé le 2ième omnibus édité par Panini je suis tout à fait d'accord avec lui. Déjà The Golden Age était une mini série extrêmement réussie, un augure de bon aloi me direz-vous certes !


... Or donc, c'est avec le dessinateur Tony Harris que James Robinson officie sur Starman, Harris est toutefois secondé par moults dessinateurs lors d'histoires se déroulant dans le passé par exemple ou pour recréer une ambiance particulière (je pense à l'équipée avec le Sandman). Car Starman n'est pas l'histoire d'un super-héros, ou plutôt pas seulement. C'est aussi l'histoire d'une ville Opal City et de ses habitants, l'une des forces du scénariste c'est d'ailleurs d'avoir créé tout un environnement tant architectural qu'humain à Jack Knight.

 

La collaboration entre Harris et Robinson marche du tonnerre, les thèmes abordés sont variés et admirablement traités - ainsi certains épisodes sont-ils particulièrement bavard qu'à cela ne tienne, ils ne sont jamais ennuyeux bien au contraire : Robinson est un fin dialoguiste, qui par ailleurs  joue sur la manière de raconter les différentes aventures du super-héros d'Opal City de façon magistrale.

Starman est une série de très haut niveau que l'éditeur Panini traite avec beaucoup d'égards en proposant de somptueux omnibus. La traduction est réalisée quant à elle par Jérémy Manesse, un gage de qualité me suis-je laissé dire. 



En cadeau Bonux©, une aventure de Starman, où le héros d'Opal City fait équipe avec Hellboy ....

Cette aventure a été proposée dans le recueil publié par SEMIC et intitulé Rencontre (2004). Au scénario on retrouve James Robinson et à la traduction Stéphane Deschamps et Marie-Constance Théodossiou.


 <---- Cliquez


Commentaires

  1. Monsieur Dada, je vous rejoins entièrement sur cette analyse. Tout comme vous j'ai fait l'acquisition des deux premiers omnibus (en Vo pour ma part) au cours de la dernière année et me suis régalé à leur lecture. On y découvre une ville, une histoire et des personnages bien définis. Ma préférence allant à The Shade, à la fois drôle et fascinant. J'aime beaucoup aussi toutes ces petites références à la collectionite du héros :)

    RépondreSupprimer
  2. Oui comme toi, j'ai aussi une affection particulière pour l'Ombre.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…