Accéder au contenu principal

New Gods (2)


... Si comme l'écrit Jean-Paul Jennequin [..] Ces "nouveaux dieux" en dépit de leur costumes bariolés et de leurs noms bizarres, sont bien les anges et les démons qui ont remplacé les divinités païennes avec l'avènement du christianisme [..], il me semble toutefois que New Gods est en partie aussi, une mythologie indéniablement américaine.

Comics Parade n°5
...Commençons par nous intéresser aux premiers temps de ce continent, du moins ceux d'après la "Découverte".

Le hasard n'est que la volonté des dieux
qui veulent garder l'anonymat.
Professeur Daniel Damian

... Au XVIième siècle un jeune moine cosmographe du nom de Martin Waldseemüller baptise le Mundus Novus du nom d'America mais surtout (pour ce qui nous intéresse ici), ce Nouveau Monde est mentionné dans la réédition de la Cosmographia de Ptolémée - ouvrage pour lequel ce jeune moine est chargé du tracé des nouvelles cartes -  sous l'appellation de Quatrième Partie de la Terre !

Cette Quatrième Partie de la Terre ne me semble guère éloignée du Quatrième Monde (The Fourth World), sous-titre sous lequel paraitront les quatre (premières) séries de Jack Kirby chez DC Comics. Ce rapprochement "homonymique" est bien sûr placé sous la jurisprudence de la synchronicité ou, occurrence simultanée d'au moins deux événements qui ne présentent pas de lien de causalité mais dont l'association prend un sens pour la personne qui les perçoit.
   
Comics Parade n° 1

...Or donc, cette Quatrième Partie de la Terre va développer toute une mythologie à partir de l'arrivée des Puritains, deuxième acte fondateur du Nouveau Monde après sa reDécouverte par Christophe Colomb.

PILGRIM FATHERS

L'expression "Pilgrim Fathers" réfère aux cent deux puritains qui débarquèrent du Mayflower en 1620. Par extension, elle englobe également les autres puritains qui allaient débarquer dans les années suivantes et fonder des villes comme Salem, Boston, Plymouth, etc.

On remarque dés à présent une rivalité inscrite dans le phénotype même des États-Unis : ce n'est pas Christophe Colomb qui donne son nom à ce nouveau continent qu'il a "découvert", mais son rival Amerigo Vespucci. Vous le savez déjà cette rivalité ne restera pas qu'intellectuelle, l'Amérique va devenir le théâtre d'opérations de deux conceptions du monde ...

Frank Esseme & John Richto

(À suivre ... )

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …