Accéder au contenu principal

Fantomex MAX** [Andrew Hope/Shawn Crystal]

.... Série dont le charme tient tout entier sur le talent de Shawn Crystal, Fantomex MAX repose sur un scénario - au parcours peu commun - qui souffre d'avoir promis plus qu'il n' a été capable de donner.

.... Personnage crée lors du bref mais roboratif passage de Grant Morrison sur la franchise « X » de l'éditeur Marvel, assisté pour l'occasion du dessinateur Igor Kordey, Fantomex est une déclinaison d'un célèbre couple de criminels d'encre et de papier transalpins. En effet, Diabolik puisque c'est de lui qu'il s'agit, est inséparable de la très séduisante Eva ; à qui Morrison fera subir un lifting dont il a le secret. Tout comme Fantomex qui ne gardera de son illustre modèle que finalement peu de chose.

.... Las ! si Rick Remender lui réservera un rôle important lors de son run sur la série Uncanny X-Force, force (sic) est de constater que ce personnage n'aura pas eu - jusqu'à présent - une carrière à la hauteur de son pedigree. C'est donc avec curiosité que je me suis emparé de cette courte mini-série de quatre numéros, publiée en 2013. 
Onomatopée (voir aussi supra), trames, composition, rien ne manque à Shawn Crystal
.... Écrite par un scénariste quasi inconnu, Andrew Hope, l'histoire avait tout pour séduire :
• Un trio d'agents secrets postmodernes qui rappelleront à n'en pas douter des souvenirs aux téléspectateurs de la deuxième chaîne de l'ORTF.
• Une menace « bigger than life ».
• Un dessinateur qui ne se ménage pas, pas plus que ses effets : trames, hachures, onomatopées, cadrages & compositions, tout le répertoire disponible de la bande dessinée y passe. Sans parler d'un storytelling digne des meilleurs.
Mais aussi d'un scénario à la gestation inédite. 
Des planches très cartoony du plus bel effet
.... Préalablement proposé à Marvel par un scénariste dont l'identité restera secrète, mais originaire Glasgow nous précisera Andrew Hope, avec qui l'éditeur ne fera pas affaire, c'est finalement ce dernier qui se retrouvera en charge de développer ce premier traitement de 4 pages grâce ....... à son agent. 
En effet ce scénariste mystérieux partageait avec Andrew Hope une amitié, et un agent littéraire.

Je m'intéresse depuis déjà pas mal de temps à l'influence des editors (et des editors in chief) sur le produit fini que sont les comic books ; voir à ce propos la genèse de la série La Vison écrite par Tom King [Pour en savoir +], et plus récemment les deux collections lancées respectivement par les éditeurs (à ne pas confondre avec les editors qui sont quelque chose entre le rédacteur en chef et le directeur de collection) Dark Horse et IDW Publishing, sous les tutelles respectives de Karen Berger et de Shelly Bond, deux editors (justement) venues du label bien connu Vertigo (la première ayant contribué à sa création).

Mais c'est la première fois que je remarque l'influence d'un agent littéraire dans le milieu de la bande dessinée (affaire à suivre).
Le label MAX est pour "lecteurs avertis", qu'on se le dise !
.... Cela étant, Andrew Hope achoppe à sortir son histoire du tout venant un poil laborieux et pour tout dire décevant, qui représente - à sa décharge - 90% de la production annuelle des deux « Big Two ». 
Il y a de belles idées, à porter à son crédit puisqu'il aurait réécrit entièrement le scénario d'origine ne gardant que les personnages, et même de très bons moments, mais tout cela manque clairement d'ambition. Et peut-être de place ?
__________________

Mon verdict : Un scénario qui aurait mérité d'être beaucoup moins bien dessiné, la déception aurait été moins brutale (mais d'un autre côté on peut se faire plaisir et ne lire Fantomex Max que pour se remplir la rétine).

Score : 1 étoile (*) pour le scénario.
Score : 3 étoiles (***) pour le dessin (si on excepte les couvertures de Francavilla).
Score : Mention très bien pour la colorisation de Lee Loughridge.
   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…