Accéder au contenu principal

Fantomex MAX** [Andrew Hope/Shawn Crystal]

.... Série dont le charme tient tout entier sur le talent de Shawn Crystal, Fantomex MAX repose sur un scénario - au parcours peu commun - qui souffre d'avoir promis plus qu'il n' a été capable de donner.

.... Personnage crée lors du bref mais roboratif passage de Grant Morrison sur la franchise « X » de l'éditeur Marvel, assisté pour l'occasion du dessinateur Igor Kordey, Fantomex est une déclinaison d'un célèbre couple de criminels d'encre et de papier transalpins. En effet, Diabolik puisque c'est de lui qu'il s'agit, est inséparable de la très séduisante Eva ; à qui Morrison fera subir un lifting dont il a le secret. Tout comme Fantomex qui ne gardera de son illustre modèle que finalement peu de chose.

.... Las ! si Rick Remender lui réservera un rôle important lors de son run sur la série Uncanny X-Force, force (sic) est de constater que ce personnage n'aura pas eu - jusqu'à présent - une carrière à la hauteur de son pedigree. C'est donc avec curiosité que je me suis emparé de cette courte mini-série de quatre numéros, publiée en 2013. 
Onomatopée (voir aussi supra), trames, composition, rien ne manque à Shawn Crystal
.... Écrite par un scénariste quasi inconnu, Andrew Hope, l'histoire avait tout pour séduire :
• Un trio d'agents secrets postmodernes qui rappelleront à n'en pas douter des souvenirs aux téléspectateurs de la deuxième chaîne de l'ORTF.
• Une menace « bigger than life ».
• Un dessinateur qui ne se ménage pas, pas plus que ses effets : trames, hachures, onomatopées, cadrages & compositions, tout le répertoire disponible de la bande dessinée y passe. Sans parler d'un storytelling digne des meilleurs.
Mais aussi d'un scénario à la gestation inédite. 
Des planches très cartoony du plus bel effet
.... Préalablement proposé à Marvel par un scénariste dont l'identité restera secrète, mais originaire Glasgow nous précisera Andrew Hope, avec qui l'éditeur ne fera pas affaire, c'est finalement ce dernier qui se retrouvera en charge de développer ce premier traitement de 4 pages grâce ....... à son agent. 
En effet ce scénariste mystérieux partageait avec Andrew Hope une amitié, et un agent littéraire.

Je m'intéresse depuis déjà pas mal de temps à l'influence des editors (et des editors in chief) sur le produit fini que sont les comic books ; voir à ce propos la genèse de la série La Vison écrite par Tom King [Pour en savoir +], et plus récemment les deux collections lancées respectivement par les éditeurs (à ne pas confondre avec les editors qui sont quelque chose entre le rédacteur en chef et le directeur de collection) Dark Horse et IDW Publishing, sous les tutelles respectives de Karen Berger et de Shelly Bond, deux editors (justement) venues du label bien connu Vertigo (la première ayant contribué à sa création).

Mais c'est la première fois que je remarque l'influence d'un agent littéraire dans le milieu de la bande dessinée (affaire à suivre).
Le label MAX est pour "lecteurs avertis", qu'on se le dise !
.... Cela étant, Andrew Hope achoppe à sortir son histoire du tout venant un poil laborieux et pour tout dire décevant, qui représente - à sa décharge - 90% de la production annuelle des deux « Big Two ». 
Il y a de belles idées, à porter à son crédit puisqu'il aurait réécrit entièrement le scénario d'origine ne gardant que les personnages, et même de très bons moments, mais tout cela manque clairement d'ambition. Et peut-être de place ?
__________________

Mon verdict : Un scénario qui aurait mérité d'être beaucoup moins bien dessiné, la déception aurait été moins brutale (mais d'un autre côté on peut se faire plaisir et ne lire Fantomex Max que pour se remplir la rétine).

Score : 1 étoile (*) pour le scénario.
Score : 3 étoiles (***) pour le dessin (si on excepte les couvertures de Francavilla).
Score : Mention très bien pour la colorisation de Lee Loughridge.
   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un