Accéder au contenu principal

Jessica Jones : Alias* [Bendis/Gaydos]

…. Le 1er tome de l’intégrale de Jessica Jones : Alias, composé essentiellement de 3 histoires distinctes, tourne pourtant autour d’un seul sujet : l’identité. 

••• - Identité secrète 
••• - Identité volée 
••• - Identité refusée 

Et en lisant attentivement ces histoires il apparaît que leur scénariste, Brian Michael Bendis, n’a finalement que faire de ce sujet pourtant central. 
Pas plus qu’il ne s’embarrasse de rendre crédible les enquêtes que mène son personnage principal : Jessica Jones (créé pour l'occasion)
…. Comment croire, avec la meilleure volonté du monde, qu’un individu tel que celui concerné par l’arc intitulé Le Piège, prenne aussi peu soin de préserver son secret ? 
Bendis, toujours durant ces cinq premiers numéros, parus aux U.S.A mensuellement sous le label Max (qu’il a par ailleurs inauguré avec sa série pour le compte de Marvel) tisse un arrière-plan politique dont il ne fera finalement rien. Dernier coup de Jarnac d’un scénariste bien trop désinvolte à mon goût, mais constant, il convoque un deus ex machina de dernière minute, et cerise sur un gâteau décidément sans consistance, la conclusion de l’affaire sera laissée à l’imagination du lecteur. 

…. Non, ce qui intéresse Bendis, ce sont les dialogues, c’en est d’ailleurs devenu sa marque de fabrique, du moins ça l’était lorsque je le lisais encore. À égalité avec des successions de cases quasi identiques, en tout cas dans leur cadrage. 
Les unes n’allant pas sans les autres. 
Cette obsession de faire discuter ses personnages interminablement, n’était d’ailleurs pas dénuée d’un certain charme, au début.

Toutefois B.M. Bendis en oubliait trop souvent de charpenter ses récits, noyant des pages et des pages de logorrhée insignifiante et sans intérêt. Sinon celui de décompresser au maximum des scénarios dont la minceur lui vaudrait sûrement les louanges des départements « recherche » des fabricants de capotes (dites anglaises).

…. Alias restait pourtant, dans mon souvenir, son meilleur travail chez l’éditeur Marvel

Et la disponibilité de cette première intégrale en version numérique, m’a donc donnée envie de m’y replonger, après un peu plus de dix ans sans lire aucun de ses travaux. On ne devrait relire que ce qu’on n’a pas aimé. 

Les planches de Michael Gaydos, ne sont pas non plus à la hauteur de mes souvenirs. Son seul mérite est de donner à voir une héroïne bien loin des clichés habituels. Si Gaydos lui dessine un visage particulièrement bovin aux traits lourds, Bendis ne l’épargne pas non plus côté caractère. La scène – et surtout les dialogues - avec le shérif de Lago, sur le capot d’une voiture, mériterait à elle seule que les personnages puissent rencontrer leur(s) scénariste(s). Pas sûr que B.M.B en sorte vivant.
…. La pilule est d’autant plus dure à avaler qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que ses histoires fassent partie de celles que je prends plaisir à lire, voire à relire.

Ce que je reproche (si je puis dire) à Brian Michael Bendis, ce n’est pas les discussions sans fin de ses personnages, ni même les situations les plus prosaïques de la vie courante dont il use trop souvent sans véritables raisons, non c’est l’absence manifeste de ressorts dramatiques de ses scénarios, lesquels finissent tous par se conjuguer sur le mode du présent du rébarbatif.
L'une des couvertures de David Mack de la précédente édition, déjà chez Panini
Mon verdict : Si ce premier tome vous plaît alors le travail de Brian Michael Bendis sera à votre goût. Dans le cas contraire, il y a fort à parier que le reste de sa production n’échappera pas à votre première impression. 
Reste que les premiers sont beaucoup plus nombreux que les autres au pays de l’Oncle Sam, du moins si j’en juge par la place qu’il occupe au sein de la Maison des Idées.

Score : 1 étoile.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…