Accéder au contenu principal

Fight Club 2 [FOLIO]

Couverture de David Mack
Sortie pour le moins étonnante ces jours-ci.

En effet la bande dessinée Fight Club 2 de Chuck Palahniuk & Cameron Stewart publiée dans l'Hexagone par les éditions SUPER 8 l'année dernière, vient de connaître une édition « poche » chez Folio. Traduction de Héloïse Esquié.
Je n'avais pas vu de BD publiées dans ce format depuis la tentative que J'ai Lu avait faite il y a déjà pas mal d'années. Et dont je ne garde pas un excellent souvenir. Là pour le coup c'est très réussi, et les planche de Cameron Stewart (colorisées par Dave Stewart) fonctionnent très bien. 

Il faut dire que l'ouvrage a été plutôt bien pensé en octroyant à chaque page un fond perdu suffisant pour que les planches ne soient pas emprisonnées, en partie, dans la reliure.  

Son format - 145 X 190 cm - et son prix : 8,80 € (25 euros pour la version grand format précédente), achèvent de faire de ce recueil un bel objet, et à un prix imbattable.

Une bien belle idée !

Commentaires

  1. Mon ami Dahmer de Derf Backderf a eu droit au même traitement il y a un peu plus de deux ans chez Le cercle points. Contractuellement, je me demande comment se goupille ce genre de réédition poche par un éditeur différent alors que çà et là publie toujours le titre à ma connaissance.

    Concernant Fight Club 2, j'hésitais à me lancer dans cette édition poche principalement pour l'attrait des dessins de Cameron Stewart. C'est intéressant? Et compréhensible sans avoir lu le roman ou le film qui en a été tiré?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah d'accord, je ne savais pas pour "Mon ami Dahmer". Je n'en sais pas plus non plus pour le passage de l'un (gd format) à l'autre (poche) non plus, d'ailleurs.

      Sinon pour quelqu'un qui n'aurait ni lu le roman, ni vu le film je ne suis pas très bien placé puisque j'ai lu et vu les deux (et j'ai même lu une nouvelle en V.O sur Tyler Durden). Mais je crois qu'on perd beaucoup si on ne connait pas Fight Club (livre ou film), ça reste lisible mais plusieurs situations risquent de rester plutôt obscures.

      Lire le roman ou voir le film (avant) ne te tente pas ?

      Cela dit, même en ayant vu le film ou lu le roman, je n'aurais pas, si je ne m'était pas penché - récemment - sur le travail de Chelsea Cain, compris à qui s'adressait une réponse au téléphone dans Fight Club 2. [-_ô]

      Supprimer
    2. ça confirme ce que je subodorais sur l'accessibilité de cette suite et l'avis de Laurent va dans le sens de ce que j'ai pu glaner, notamment sur l'incursion du romancier dans le domaine du comic book.

      Je comptais voir le film cet été lors de sa ressortie en salles en version restaurée mais après avoir vu Seven à la même période, j'avoue que ça a douché le peu de curiosité qu'il me restait. Je ne suis pas client de cette partie de la filmographie de David Fincher, c'est vraiment à partir de Panic room que sa filmographie m'a intéressée. Je dois être l'un des rares pékins à préférer Panic Room à Seven pour situer. Et l'aura autour de Fight Club ne m'a jamais motivé à combler cette lacune. J'y viendrai sans doute un jour, à moins que je ne comble cette lacune en commençant par le roman.

      Supprimer
    3. Oui, passer par le roman est une bonne idée, d'autant que Palahniuk a, je crois dit, que Fight Club 2 en était la suite. Sous-entendu que cette BD n'était pas celle du film.

      Supprimer
  2. C'est quand même une des pires bd que j'ai jamais lues de ma vie. Pahlaniuk ne sait pas écrire pour ce médium, c'est vraiment pourri (et la trad n'aide pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, je viens de commencer quelques pages et je n'ai pas encore d'opinion. Pas plus sur la traduction que je me vois mal comparer à la version originale.

      Reste que je serais très intéressé de savoir ce qui cloche sur la manière d'écrire de Palahniuk, et sur la traduction d'Esquié.

      Surtout que si je ne me trompe pas ce sont deux domaines que tu connais très bien. L'avis d'un professionnel est toujours une source d’intérêt.

      Supprimer
  3. Ecoute, ce qui cloche, à mon sens, dans l'écriture de Pahlaniuk, c'est que la bd était à peu près incompréhensible, pour moi. On mélangeait les personnages, les ellipses étaient mal placées, je n'ai plus les détails en tête, mais disons qu'au quart du bouquin, je me suis rendu compte que je ne comprenais rien de rien. Et que je ne comprenais même pas certaines phrases de dialogue en français. Du coup problème de narration spécifique à la bd pour Pahlaniuk et de trad. Mais c'était aussi peut-être moi qui était trop con pour comprendre. C'est possible aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Okidoki, je verrai bien si ça me fait le même effet. Hasta aleykum l'aminche !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er