Accéder au contenu principal

Fight Club 2 [FOLIO]

Couverture de David Mack
Sortie pour le moins étonnante ces jours-ci.

En effet la bande dessinée Fight Club 2 de Chuck Palahniuk & Cameron Stewart publiée dans l'Hexagone par les éditions SUPER 8 l'année dernière, vient de connaître une édition « poche » chez Folio. Traduction de Héloïse Esquié.
Je n'avais pas vu de BD publiées dans ce format depuis la tentative que J'ai Lu avait faite il y a déjà pas mal d'années. Et dont je ne garde pas un excellent souvenir. Là pour le coup c'est très réussi, et les planche de Cameron Stewart (colorisées par Dave Stewart) fonctionnent très bien. 

Il faut dire que l'ouvrage a été plutôt bien pensé en octroyant à chaque page un fond perdu suffisant pour que les planches ne soient pas emprisonnées, en partie, dans la reliure.  

Son format - 145 X 190 cm - et son prix : 8,80 € (25 euros pour la version grand format précédente), achèvent de faire de ce recueil un bel objet, et à un prix imbattable.

Une bien belle idée !

Commentaires

  1. Mon ami Dahmer de Derf Backderf a eu droit au même traitement il y a un peu plus de deux ans chez Le cercle points. Contractuellement, je me demande comment se goupille ce genre de réédition poche par un éditeur différent alors que çà et là publie toujours le titre à ma connaissance.

    Concernant Fight Club 2, j'hésitais à me lancer dans cette édition poche principalement pour l'attrait des dessins de Cameron Stewart. C'est intéressant? Et compréhensible sans avoir lu le roman ou le film qui en a été tiré?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah d'accord, je ne savais pas pour "Mon ami Dahmer". Je n'en sais pas plus non plus pour le passage de l'un (gd format) à l'autre (poche) non plus, d'ailleurs.

      Sinon pour quelqu'un qui n'aurait ni lu le roman, ni vu le film je ne suis pas très bien placé puisque j'ai lu et vu les deux (et j'ai même lu une nouvelle en V.O sur Tyler Durden). Mais je crois qu'on perd beaucoup si on ne connait pas Fight Club (livre ou film), ça reste lisible mais plusieurs situations risquent de rester plutôt obscures.

      Lire le roman ou voir le film (avant) ne te tente pas ?

      Cela dit, même en ayant vu le film ou lu le roman, je n'aurais pas, si je ne m'était pas penché - récemment - sur le travail de Chelsea Cain, compris à qui s'adressait une réponse au téléphone dans Fight Club 2. [-_ô]

      Supprimer
    2. ça confirme ce que je subodorais sur l'accessibilité de cette suite et l'avis de Laurent va dans le sens de ce que j'ai pu glaner, notamment sur l'incursion du romancier dans le domaine du comic book.

      Je comptais voir le film cet été lors de sa ressortie en salles en version restaurée mais après avoir vu Seven à la même période, j'avoue que ça a douché le peu de curiosité qu'il me restait. Je ne suis pas client de cette partie de la filmographie de David Fincher, c'est vraiment à partir de Panic room que sa filmographie m'a intéressée. Je dois être l'un des rares pékins à préférer Panic Room à Seven pour situer. Et l'aura autour de Fight Club ne m'a jamais motivé à combler cette lacune. J'y viendrai sans doute un jour, à moins que je ne comble cette lacune en commençant par le roman.

      Supprimer
    3. Oui, passer par le roman est une bonne idée, d'autant que Palahniuk a, je crois dit, que Fight Club 2 en était la suite. Sous-entendu que cette BD n'était pas celle du film.

      Supprimer
  2. C'est quand même une des pires bd que j'ai jamais lues de ma vie. Pahlaniuk ne sait pas écrire pour ce médium, c'est vraiment pourri (et la trad n'aide pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, je viens de commencer quelques pages et je n'ai pas encore d'opinion. Pas plus sur la traduction que je me vois mal comparer à la version originale.

      Reste que je serais très intéressé de savoir ce qui cloche sur la manière d'écrire de Palahniuk, et sur la traduction d'Esquié.

      Surtout que si je ne me trompe pas ce sont deux domaines que tu connais très bien. L'avis d'un professionnel est toujours une source d’intérêt.

      Supprimer
  3. Ecoute, ce qui cloche, à mon sens, dans l'écriture de Pahlaniuk, c'est que la bd était à peu près incompréhensible, pour moi. On mélangeait les personnages, les ellipses étaient mal placées, je n'ai plus les détails en tête, mais disons qu'au quart du bouquin, je me suis rendu compte que je ne comprenais rien de rien. Et que je ne comprenais même pas certaines phrases de dialogue en français. Du coup problème de narration spécifique à la bd pour Pahlaniuk et de trad. Mais c'était aussi peut-être moi qui était trop con pour comprendre. C'est possible aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Okidoki, je verrai bien si ça me fait le même effet. Hasta aleykum l'aminche !

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …