Accéder au contenu principal

Fight Club 2 [FOLIO]

Couverture de David Mack
.... Sortie pour le moins étonnante ces jours-ci.

En effet la bande dessinée Fight Club 2 de Chuck Palahniuk & Cameron Stewart publiée dans l'Hexagone par les éditions SUPER 8 l'année dernière, vient de connaître une édition « poche » chez Folio. Traduction de Héloïse Esquié.
Je n'avais pas vu de BD publiées dans ce format depuis la tentative que J'ai Lu avait faite il y a déjà pas mal d'années. Et dont je ne garde pas un excellent souvenir. Là pour le coup c'est très réussi, et les planche de Cameron Stewart (colorisées par Dave Stewart) fonctionnent très bien. 

Il faut dire que l'ouvrage a été plutôt bien pensé en octroyant à chaque page un fond perdu suffisant pour que les planches ne soient pas emprisonnées, en partie, dans la reliure.  

Son format - 145 X 190 cm - et son prix : 8,80 € (25 euros pour la version grand format précédente), achèvent de faire de ce recueil un bel objet, et à un prix imbattable.

Une bien belle idée !

Commentaires

  1. Mon ami Dahmer de Derf Backderf a eu droit au même traitement il y a un peu plus de deux ans chez Le cercle points. Contractuellement, je me demande comment se goupille ce genre de réédition poche par un éditeur différent alors que çà et là publie toujours le titre à ma connaissance.

    Concernant Fight Club 2, j'hésitais à me lancer dans cette édition poche principalement pour l'attrait des dessins de Cameron Stewart. C'est intéressant? Et compréhensible sans avoir lu le roman ou le film qui en a été tiré?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah d'accord, je ne savais pas pour "Mon ami Dahmer". Je n'en sais pas plus non plus pour le passage de l'un (gd format) à l'autre (poche) non plus, d'ailleurs.

      Sinon pour quelqu'un qui n'aurait ni lu le roman, ni vu le film je ne suis pas très bien placé puisque j'ai lu et vu les deux (et j'ai même lu une nouvelle en V.O sur Tyler Durden). Mais je crois qu'on perd beaucoup si on ne connait pas Fight Club (livre ou film), ça reste lisible mais plusieurs situations risquent de rester plutôt obscures.

      Lire le roman ou voir le film (avant) ne te tente pas ?

      Cela dit, même en ayant vu le film ou lu le roman, je n'aurais pas, si je ne m'était pas penché - récemment - sur le travail de Chelsea Cain, compris à qui s'adressait une réponse au téléphone dans Fight Club 2. [-_ô]

      Supprimer
    2. ça confirme ce que je subodorais sur l'accessibilité de cette suite et l'avis de Laurent va dans le sens de ce que j'ai pu glaner, notamment sur l'incursion du romancier dans le domaine du comic book.

      Je comptais voir le film cet été lors de sa ressortie en salles en version restaurée mais après avoir vu Seven à la même période, j'avoue que ça a douché le peu de curiosité qu'il me restait. Je ne suis pas client de cette partie de la filmographie de David Fincher, c'est vraiment à partir de Panic room que sa filmographie m'a intéressée. Je dois être l'un des rares pékins à préférer Panic Room à Seven pour situer. Et l'aura autour de Fight Club ne m'a jamais motivé à combler cette lacune. J'y viendrai sans doute un jour, à moins que je ne comble cette lacune en commençant par le roman.

      Supprimer
    3. Oui, passer par le roman est une bonne idée, d'autant que Palahniuk a, je crois dit, que Fight Club 2 en était la suite. Sous-entendu que cette BD n'était pas celle du film.

      Supprimer
  2. C'est quand même une des pires bd que j'ai jamais lues de ma vie. Pahlaniuk ne sait pas écrire pour ce médium, c'est vraiment pourri (et la trad n'aide pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, je viens de commencer quelques pages et je n'ai pas encore d'opinion. Pas plus sur la traduction que je me vois mal comparer à la version originale.

      Reste que je serais très intéressé de savoir ce qui cloche sur la manière d'écrire de Palahniuk, et sur la traduction d'Esquié.

      Surtout que si je ne me trompe pas ce sont deux domaines que tu connais très bien. L'avis d'un professionnel est toujours une source d’intérêt.

      Supprimer
  3. Ecoute, ce qui cloche, à mon sens, dans l'écriture de Pahlaniuk, c'est que la bd était à peu près incompréhensible, pour moi. On mélangeait les personnages, les ellipses étaient mal placées, je n'ai plus les détails en tête, mais disons qu'au quart du bouquin, je me suis rendu compte que je ne comprenais rien de rien. Et que je ne comprenais même pas certaines phrases de dialogue en français. Du coup problème de narration spécifique à la bd pour Pahlaniuk et de trad. Mais c'était aussi peut-être moi qui était trop con pour comprendre. C'est possible aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Okidoki, je verrai bien si ça me fait le même effet. Hasta aleykum l'aminche !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…