Accéder au contenu principal

Fight Club 2 [FOLIO]

Couverture de David Mack
Sortie pour le moins étonnante ces jours-ci.

En effet la bande dessinée Fight Club 2 de Chuck Palahniuk & Cameron Stewart publiée dans l'Hexagone par les éditions SUPER 8 l'année dernière, vient de connaître une édition « poche » chez Folio. Traduction de Héloïse Esquié.
Je n'avais pas vu de BD publiées dans ce format depuis la tentative que J'ai Lu avait faite il y a déjà pas mal d'années. Et dont je ne garde pas un excellent souvenir. Là pour le coup c'est très réussi, et les planche de Cameron Stewart (colorisées par Dave Stewart) fonctionnent très bien. 

Il faut dire que l'ouvrage a été plutôt bien pensé en octroyant à chaque page un fond perdu suffisant pour que les planches ne soient pas emprisonnées, en partie, dans la reliure.  

Son format - 145 X 190 cm - et son prix : 8,80 € (25 euros pour la version grand format précédente), achèvent de faire de ce recueil un bel objet, et à un prix imbattable.

Une bien belle idée !

Commentaires

  1. Mon ami Dahmer de Derf Backderf a eu droit au même traitement il y a un peu plus de deux ans chez Le cercle points. Contractuellement, je me demande comment se goupille ce genre de réédition poche par un éditeur différent alors que çà et là publie toujours le titre à ma connaissance.

    Concernant Fight Club 2, j'hésitais à me lancer dans cette édition poche principalement pour l'attrait des dessins de Cameron Stewart. C'est intéressant? Et compréhensible sans avoir lu le roman ou le film qui en a été tiré?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah d'accord, je ne savais pas pour "Mon ami Dahmer". Je n'en sais pas plus non plus pour le passage de l'un (gd format) à l'autre (poche) non plus, d'ailleurs.

      Sinon pour quelqu'un qui n'aurait ni lu le roman, ni vu le film je ne suis pas très bien placé puisque j'ai lu et vu les deux (et j'ai même lu une nouvelle en V.O sur Tyler Durden). Mais je crois qu'on perd beaucoup si on ne connait pas Fight Club (livre ou film), ça reste lisible mais plusieurs situations risquent de rester plutôt obscures.

      Lire le roman ou voir le film (avant) ne te tente pas ?

      Cela dit, même en ayant vu le film ou lu le roman, je n'aurais pas, si je ne m'était pas penché - récemment - sur le travail de Chelsea Cain, compris à qui s'adressait une réponse au téléphone dans Fight Club 2. [-_ô]

      Supprimer
    2. ça confirme ce que je subodorais sur l'accessibilité de cette suite et l'avis de Laurent va dans le sens de ce que j'ai pu glaner, notamment sur l'incursion du romancier dans le domaine du comic book.

      Je comptais voir le film cet été lors de sa ressortie en salles en version restaurée mais après avoir vu Seven à la même période, j'avoue que ça a douché le peu de curiosité qu'il me restait. Je ne suis pas client de cette partie de la filmographie de David Fincher, c'est vraiment à partir de Panic room que sa filmographie m'a intéressée. Je dois être l'un des rares pékins à préférer Panic Room à Seven pour situer. Et l'aura autour de Fight Club ne m'a jamais motivé à combler cette lacune. J'y viendrai sans doute un jour, à moins que je ne comble cette lacune en commençant par le roman.

      Supprimer
    3. Oui, passer par le roman est une bonne idée, d'autant que Palahniuk a, je crois dit, que Fight Club 2 en était la suite. Sous-entendu que cette BD n'était pas celle du film.

      Supprimer
  2. C'est quand même une des pires bd que j'ai jamais lues de ma vie. Pahlaniuk ne sait pas écrire pour ce médium, c'est vraiment pourri (et la trad n'aide pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas, je viens de commencer quelques pages et je n'ai pas encore d'opinion. Pas plus sur la traduction que je me vois mal comparer à la version originale.

      Reste que je serais très intéressé de savoir ce qui cloche sur la manière d'écrire de Palahniuk, et sur la traduction d'Esquié.

      Surtout que si je ne me trompe pas ce sont deux domaines que tu connais très bien. L'avis d'un professionnel est toujours une source d’intérêt.

      Supprimer
  3. Ecoute, ce qui cloche, à mon sens, dans l'écriture de Pahlaniuk, c'est que la bd était à peu près incompréhensible, pour moi. On mélangeait les personnages, les ellipses étaient mal placées, je n'ai plus les détails en tête, mais disons qu'au quart du bouquin, je me suis rendu compte que je ne comprenais rien de rien. Et que je ne comprenais même pas certaines phrases de dialogue en français. Du coup problème de narration spécifique à la bd pour Pahlaniuk et de trad. Mais c'était aussi peut-être moi qui était trop con pour comprendre. C'est possible aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Okidoki, je verrai bien si ça me fait le même effet. Hasta aleykum l'aminche !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…