Accéder au contenu principal

Cyborg [Rebirth] John Semper Jr. & Co.

Detroit, ville emblématique à plus d'un titre pour Cyborg
…. Sentiment singulier que celui qui me reste au moment d’écrire sur l’une des séries – nouvellement lancées & en cours de publication – de l’éditeur étasunien de bande dessinée, DC Comics

Alors que Cyborg, le personnage éponyme de ladite série, est un artefact de l’avenir, un objet de science-fiction. Alors que son scénariste, John Semper Jr., insiste sur la question du futur, en utilisant notamment le concept de « singularité ». Alors que cette série est labellisée d’un Rebirth pour le moins programmatique, les 17 numéros (plus le one-shot Rebirth) que je viens de lire (et jusqu’alors parus) ont des reflets persistants de l’Âge de bronze ; une impression de « monde enregistré » pour quiconque a déjà lu des comic books publiés dans l’intervalle du milieu des années 1970 au mitan des années 80. 

Une sorte de futur antérieur dans son mode d’écriture : de longs récitatifs où le héros expose ses états d’âme, et où sont décrites des situations pourtant graphiquement explicites ; avec des personnages très improbables (le « roi des rats ») ; des situations que plus personne n’oserait utiliser (le bidouillage d’une Game Boy™), etc.
Certains détails, comme dans cette case, montre, rétrospectivement, que le scénario était très finement préparé
La liste est trop longue, et surtout elle gâcherait le plaisir qu’un nouveau lecteur pourrait trouver en décidant de lire cette série après m’avoir lu. 

Car oui, nonobstant ce que j'en dis, l’écriture de John Semper Jr. est pensée pour être la plus attractive possible. 

…. Et le résultat est sans équivoque. Jamais il ne m'est venu à l’idée d’abandonner la série. Bien au contraire, au fur et à mesure l’envie de continuer de lire les aventures de Cyborg alias Vic Stone (ou l’inverse ?) devenait de plus en plus aiguë.
Intérêt dont je lui sais gré, puisque le 16ème numéro, par une révélation inattendue transformera cette très sympathique série, en un run ma foi très original (tout en utilisant brillamment l’un des héritages de Jack Kirby), relativement à ce j’ai pu lire des comics estampillés Rebirth jusqu’à maintenant. 

En effet, il faut savoir que les dix-sept numéros ( + le one-shot) parus au moment où j’écris ce billet, ne forment qu’une longue & palpitante histoire. 

Alors, même s’il apparaît que l’on arrive au bout de cette belle aventure, devoir ronger mon frein en attendant le(s) prochain(s) numéro(s) est une situation dont je me serais bien passé.
…. Si du côté du scénario, le nouveau venu John Semper Jr. est une belle révélation, du côté de la planche à dessin c’est du très solide aussi. Ce qu’une périodicité bimensuelle (une spécificité de certains titres « Rebirth ») n’induisait pas forcément. Toutefois aux alentours du neuvième numéro la série devient mensuelle. 

Or donc, si Paul Pelletier assure (avec l’aide d’encreurs et de coloristes compétents) sur les premiers numéros, Allan Jefferson et dans une moindre mesure, Timothy Green II aussi (lors de brefs passages), mon équipe artistique favorite est celle composée de Will Conrad & Ivan Nunes aux couleurs. 
Si Conrad est un dessinateur dont le storytelling me parle, et dont le sens du détail et la minutie sont tout à fait à mon goût ; c’est la colorisation d’Ivan Nunes, dont son travail sur les textures qui d’une part me ravit, mais qui surtout embellit les planches de son dessinateur, sans les écraser, qui fait la différence.
Tout en donnant un supplément d’immersion au(x) scénario(s) de Semper Jr.
…. Série trépidante, ludique dans son utilisation de situations de « déjà-vu » et de fantômes sémiotiques, distrayante, et dont l’originalité (dans un retournement de situation imprévisible), exerce une incidence rétroactive rafraîchissante (sans oublier l’écriture de John Semper Jr, aux inflexions seventies, qui tranche sur ce qui se fait majoritairement aujourd’hui) ; tout cela fait de Cyborg la meilleure série le meilleur run que j’ai pu lire ces derniers temps et dans ce domaine. 

Des comme ça, j'en redemande !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…