Accéder au contenu principal

Cyborg [Rebirth] John Semper Jr. & Co.

Detroit, ville emblématique à plus d'un titre pour Cyborg
…. Sentiment singulier que celui qui me reste au moment d’écrire sur l’une des séries – nouvellement lancées & en cours de publication – de l’éditeur étasunien de bande dessinée, DC Comics

Alors que Cyborg, le personnage éponyme de ladite série, est un artefact de l’avenir, un objet de science-fiction. Alors que son scénariste, John Semper Jr., insiste sur la question du futur, en utilisant notamment le concept de « singularité ». Alors que cette série est labellisée d’un Rebirth pour le moins programmatique, les 17 numéros (plus le one-shot Rebirth) que je viens de lire (et jusqu’alors parus) ont des reflets persistants de l’Âge de bronze ; une impression de « monde enregistré » pour quiconque a déjà lu des comic books publiés dans l’intervalle du milieu des années 1970 au mitan des années 80. 

Une sorte de futur antérieur dans son mode d’écriture : de longs récitatifs où le héros expose ses états d’âme, et où sont décrites des situations pourtant graphiquement explicites ; avec des personnages très improbables (le « roi des rats ») ; des situations que plus personne n’oserait utiliser (le bidouillage d’une Game Boy™), etc.
Certains détails, comme dans cette case, montre, rétrospectivement, que le scénario était très finement préparé
La liste est trop longue, et surtout elle gâcherait le plaisir qu’un nouveau lecteur pourrait trouver en décidant de lire cette série après m’avoir lu. 

Car oui, nonobstant ce que j'en dis, l’écriture de John Semper Jr. est pensée pour être la plus attractive possible. 

…. Et le résultat est sans équivoque. Jamais il ne m'est venu à l’idée d’abandonner la série. Bien au contraire, au fur et à mesure l’envie de continuer de lire les aventures de Cyborg alias Vic Stone (ou l’inverse ?) devenait de plus en plus aiguë.
Intérêt dont je lui sais gré, puisque le 16ème numéro, par une révélation inattendue transformera cette très sympathique série, en un run ma foi très original (tout en utilisant brillamment l’un des héritages de Jack Kirby), relativement à ce j’ai pu lire des comics estampillés Rebirth jusqu’à maintenant. 

En effet, il faut savoir que les dix-sept numéros ( + le one-shot) parus au moment où j’écris ce billet, ne forment qu’une longue & palpitante histoire. 

Alors, même s’il apparaît que l’on arrive au bout de cette belle aventure, devoir ronger mon frein en attendant le(s) prochain(s) numéro(s) est une situation dont je me serais bien passé.
…. Si du côté du scénario, le nouveau venu John Semper Jr. est une belle révélation, du côté de la planche à dessin c’est du très solide aussi. Ce qu’une périodicité bimensuelle (une spécificité de certains titres « Rebirth ») n’induisait pas forcément. Toutefois aux alentours du neuvième numéro la série devient mensuelle. 

Or donc, si Paul Pelletier assure (avec l’aide d’encreurs et de coloristes compétents) sur les premiers numéros, Allan Jefferson et dans une moindre mesure, Timothy Green II aussi (lors de brefs passages), mon équipe artistique favorite est celle composée de Will Conrad & Ivan Nunes aux couleurs. 
Si Conrad est un dessinateur dont le storytelling me parle, et dont le sens du détail et la minutie sont tout à fait à mon goût ; c’est la colorisation d’Ivan Nunes, dont son travail sur les textures qui d’une part me ravit, mais qui surtout embellit les planches de son dessinateur, sans les écraser, qui fait la différence.
Tout en donnant un supplément d’immersion au(x) scénario(s) de Semper Jr.
…. Série trépidante, ludique dans son utilisation de situations de « déjà-vu » et de fantômes sémiotiques, distrayante, et dont l’originalité (dans un retournement de situation imprévisible), exerce une incidence rétroactive rafraîchissante (sans oublier l’écriture de John Semper Jr, aux inflexions seventies, qui tranche sur ce qui se fait majoritairement aujourd’hui) ; tout cela fait de Cyborg la meilleure série le meilleur run que j’ai pu lire ces derniers temps et dans ce domaine. 

Des comme ça, j'en redemande !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …