Accéder au contenu principal

Mockingbird [C. Cain/J. Jones/R. Rosenberg]

.... Si on en croit Chelsea Cain, romancière nouvelle venue dans le monde de la BD américaine, celle-ci voulait donner à son histoire, écrite à l'occasion des 50 ans du S.H.I.E.L.D., une ambiance très seventies.  
Mission réussie ! 

Joëlle Jones & Rachelle Rosenberg, respectivement au dessin et aux couleurs, livrent un travail en tout point admirable, et réussissent le pari d'évoquer le meilleur des années 70.  
Toutefois, tout aussi agréable que soit ce choix, l’intérêt de cette courte aventure est ailleurs.

D'abord dans la personnalité de son héroïne, Bobbi Morse alias Mockingbird, et surtout dans la manière qu'a Chelsea Cain de nous la présenter : avec un humour distancié (qui par ailleurs laisse son empreinte sur la totalité de l'histoire) et sur un ton mezza voce.
Pour autant il n'y a pas d'erreur Bobbi Morse est bien le personnage qui mène la danse. Et le travail de ses deux collaboratrices au dessin est un plus qui fait la différence, en ce qu'elles lui donnent une classe folle. 

.... Si le scénario est tout ce qu'il y a de linéaire et de simple (quoique sa simplicité puisse aussi surprendre), le forme qu'il prend lui confère une fraîcheur et un allant qui font plaisir à lire. 
En finalement peu de pages, Chelsea Cain donne envie de la voir s'exprimer plus longuement sur ce personnage dont on devine le potentiel entre de bonnes mains.

Marvel ne s'y trompera pas, puisque l'éditeur U.S donnera au personnage en question et à Chelsea Cain, une série régulière.

Qui ne sera pas du goût de tout le monde.
50 Years of S.H.I.E.L.D. Mockingbird #1 (2015)
____________________________
(À suivre .....)       

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un