Accéder au contenu principal

Mindhunter*** [David Fincher] série TV

Holt McCallany & Jonathan Groff

.... Après un premier épisode à la limite de l'ennui, David Fincher et son équipe réussissent une passionnante série sur les tueurs en série, en en montrant que l'aspect psychologique, et en laissant hors-champ tout ce qui en fait (habituellement) la chair. 
Ce qui n'évacue pas pour autant un sentiment de malaise persistant, grâce à une économie de moyens spectaculaires, inversement proportionnelle aux résultats. Et à un jeu d'acteurs saisissant : bluffant !
Principalement composée de face-à-face, de dialogues, voire de moments introspectifs, MINDHUNTER captive avec une facilité que lui envieront tous les serial killers en herbe.  

L'humour n'est pas totalement absent des dix épisodes que propose la chaîne Netflix - selon un modus operandi bien connu maintenant - notamment au détriment du FBI de l'époque, qui - sûr de lui - traque au cœur même du processus en cours, les écarts de langage de son équipe des sciences comportementales : surréaliste !
Anna Torv
Toujours dans le même registre, le comportement timoré de la plupart des flics m'a d'ailleurs laissé très perplexe. Pour mémoire, la série se déroule en 1977.

Mon verdict : Malgré un faux départ, MINDHUNTER franchit la ligne d'arrivée en tête des séries du moment.

_______________
La revue en ligne Carbone donne à lire, sous la très belle plume de Guillaume Orignac une recension de la série. Ou quand la critique devient un texte en soi, dont le plaisir de lecture vient de la forme & du style quel qu'en soit le sujet. [Pour en savoir +]. Bravo !



Commentaires

  1. Je suis aussi enthousiaste que toi, à la différence près que j'ai été emballé dès le début.
    J'étais pourtant prudent car David Fincher m'a parfois lourdement déçu au cinéma, mais sa passion pour les serial killers et sa vision clinique lui rendent toute son inspiration. Esthétiquement, "Mindhunter" est superbe, et la narration, bien qu'austère, minimaliste, anti-spectaculaire, est addictive. Enfin, l'interprétation est saisissante - le trio de héros bien sûr, mais également le choix de confier à des comédiens inconnus le rôle des tueurs questionnés.

    C'est avec "The Deuce" la série du moment.

    Il se pourrait que j'ajoute "Mr Mercedes" à ces réussites : je crois que tu l'avais signalé en termes flatteurs, et j'ai déjà regardé les cinq premiers épisodes, excellents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moins adhéré à "The Deuce", j'ai calé dès le premier épisode. J'avoue par contre un petit faible pour "Tin Star", du moins ce que j'en ai vu.
      Oui tu as raison j'ai parlé de Mr Mercedes en bien, même si c'est - je trouve - assez décompressé. Wait and see.

      Supprimer
  2. Un petit making-of visuel : https://vimeo.com/239193453

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er