Accéder au contenu principal

Mindhunter*** [David Fincher] série TV

Holt McCallany & Jonathan Groff

.... Après un premier épisode à la limite de l'ennui, David Fincher et son équipe réussissent une passionnante série sur les tueurs en série, en en montrant que l'aspect psychologique, et en laissant hors-champ tout ce qui en fait (habituellement) la chair. 
Ce qui n'évacue pas pour autant un sentiment de malaise persistant, grâce à une économie de moyens spectaculaires, inversement proportionnelle aux résultats. Et à un jeu d'acteurs saisissant : bluffant !
Principalement composée de face-à-face, de dialogues, voire de moments introspectifs, MINDHUNTER captive avec une facilité que lui envieront tous les serial killers en herbe.  

L'humour n'est pas totalement absent des dix épisodes que propose la chaîne Netflix - selon un modus operandi bien connu maintenant - notamment au détriment du FBI de l'époque, qui - sûr de lui - traque au cœur même du processus en cours, les écarts de langage de son équipe des sciences comportementales : surréaliste !
Anna Torv
Toujours dans le même registre, le comportement timoré de la plupart des flics m'a d'ailleurs laissé très perplexe. Pour mémoire, la série se déroule en 1977.

Mon verdict : Malgré un faux départ, MINDHUNTER franchit la ligne d'arrivée en tête des séries du moment.

_______________
La revue en ligne Carbone donne à lire, sous la très belle plume de Guillaume Orignac une recension de la série. Ou quand la critique devient un texte en soi, dont le plaisir de lecture vient de la forme & du style quel qu'en soit le sujet. [Pour en savoir +]. Bravo !



Commentaires

  1. Je suis aussi enthousiaste que toi, à la différence près que j'ai été emballé dès le début.
    J'étais pourtant prudent car David Fincher m'a parfois lourdement déçu au cinéma, mais sa passion pour les serial killers et sa vision clinique lui rendent toute son inspiration. Esthétiquement, "Mindhunter" est superbe, et la narration, bien qu'austère, minimaliste, anti-spectaculaire, est addictive. Enfin, l'interprétation est saisissante - le trio de héros bien sûr, mais également le choix de confier à des comédiens inconnus le rôle des tueurs questionnés.

    C'est avec "The Deuce" la série du moment.

    Il se pourrait que j'ajoute "Mr Mercedes" à ces réussites : je crois que tu l'avais signalé en termes flatteurs, et j'ai déjà regardé les cinq premiers épisodes, excellents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moins adhéré à "The Deuce", j'ai calé dès le premier épisode. J'avoue par contre un petit faible pour "Tin Star", du moins ce que j'en ai vu.
      Oui tu as raison j'ai parlé de Mr Mercedes en bien, même si c'est - je trouve - assez décompressé. Wait and see.

      Supprimer
  2. Un petit making-of visuel : https://vimeo.com/239193453

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…