Accéder au contenu principal

Mindhunter*** [David Fincher] série TV

Holt McCallany & Jonathan Groff

.... Après un premier épisode à la limite de l'ennui, David Fincher et son équipe réussissent une passionnante série sur les tueurs en série, en en montrant que l'aspect psychologique, et en laissant hors-champ tout ce qui en fait (habituellement) la chair. 
Ce qui n'évacue pas pour autant un sentiment de malaise persistant, grâce à une économie de moyens spectaculaires, inversement proportionnelle aux résultats. Et à un jeu d'acteurs saisissant : bluffant !
Principalement composée de face-à-face, de dialogues, voire de moments introspectifs, MINDHUNTER captive avec une facilité que lui envieront tous les serial killers en herbe.  

L'humour n'est pas totalement absent des dix épisodes que propose la chaîne Netflix - selon un modus operandi bien connu maintenant - notamment au détriment du FBI de l'époque, qui - sûr de lui - traque au cœur même du processus en cours, les écarts de langage de son équipe des sciences comportementales : surréaliste !
Anna Torv
Toujours dans le même registre, le comportement timoré de la plupart des flics m'a d'ailleurs laissé très perplexe. Pour mémoire, la série se déroule en 1977.

Mon verdict : Malgré un faux départ, MINDHUNTER franchit la ligne d'arrivée en tête des séries du moment.

_______________
La revue en ligne Carbone donne à lire, sous la très belle plume de Guillaume Orignac une recension de la série. Ou quand la critique devient un texte en soi, dont le plaisir de lecture vient de la forme & du style quel qu'en soit le sujet. [Pour en savoir +]. Bravo !



Commentaires

  1. Je suis aussi enthousiaste que toi, à la différence près que j'ai été emballé dès le début.
    J'étais pourtant prudent car David Fincher m'a parfois lourdement déçu au cinéma, mais sa passion pour les serial killers et sa vision clinique lui rendent toute son inspiration. Esthétiquement, "Mindhunter" est superbe, et la narration, bien qu'austère, minimaliste, anti-spectaculaire, est addictive. Enfin, l'interprétation est saisissante - le trio de héros bien sûr, mais également le choix de confier à des comédiens inconnus le rôle des tueurs questionnés.

    C'est avec "The Deuce" la série du moment.

    Il se pourrait que j'ajoute "Mr Mercedes" à ces réussites : je crois que tu l'avais signalé en termes flatteurs, et j'ai déjà regardé les cinq premiers épisodes, excellents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai moins adhéré à "The Deuce", j'ai calé dès le premier épisode. J'avoue par contre un petit faible pour "Tin Star", du moins ce que j'en ai vu.
      Oui tu as raison j'ai parlé de Mr Mercedes en bien, même si c'est - je trouve - assez décompressé. Wait and see.

      Supprimer
  2. Un petit making-of visuel : https://vimeo.com/239193453

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …