Accéder au contenu principal

Black Man [Richard Morgan / Cédric Perdereau]

Publié après la maintenant très célèbre « trilogie Takeshi Kovacs », et juste avant le premier roman de son cycle de Fantasy, Black Man verra bientôt son univers de fiction s'enrichir, en France, d'une second opus intitulé Thin Air.
Commercialisé aux U.S.A sous le titre de Thirteen, Black Man s'intéresse justement à Carl Marsalis, un humain génétiquement modifié, ressortissant à la Variante 13™.
Plus péjorativement appelés les « trifouillés ». 

           Si Richard Morgan reprend ici l'idée d'une sorte de super-soldat à la Kovacs, son nouveau personnage, Carl Marsalis, au patronyme transparent, et qui prendrait volontiers les traits d'Idris Elba selon l'auteur lui-même, en est un modèle plus « biopunk ». Catégorie qui caractérise l'un des nombreux sous-genres de la science-fiction et qui pour le coup, donne la priorité à la génétique, aux biotechnologies et aux drogues.  Sous des extrapolations qui anticipent nos travers et les dérives possibles de ces différents secteurs de la recherche et du commerce.
Si Marsalis se démarque franchement de Takeshi Kovacs malgré une ressemblance superficielle, c'est surtout le monde auquel il appartient qui donne à ce roman toute son originalité.
Et la manière dont cet environnement agit sur les différents personnages.
Ainsi le sort de la Variante 13™, devenue encombrante est-elle au mieux parquée dans des « réserves » ou envoyée sur Mars.   

Tout cet arrière-plan social, sociétal, géopolitique, cultuel, a occupé chez moi, le meilleur de ma lecture. Entretenue dans sa fuite en avant par un type de personnage que j'aime beaucoup par ailleurs, et une fabrication d’impatience irrésistible.

Il n'y a quasiment pas de temps mort dans Black Man, car lorsque l'action cède à l'explication, celle-ci captive tout autant.   

            Production bulldozer à forte valeur ajoutée, Black Man tire son épingle d'une industrie du divertissement en toujours plus forte expansion grâce à une civilisation extrêmement fouillée et détaillée. Qui, par un juste retour des choses, donne à ses personnages et à son intrigue toute la vraisemblance nécessaire ; même aux yeux des plus sourcilleux lecteurs.   

À lire, toutes affaires cessantes !

Commentaires

  1. Je ne suis pas sur de le tenter. Je vais attendre ton retour sur Thin Air pour me prononcer !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®