Accéder au contenu principal

Mage de bataille [Peter A. Flannery / Patrice Louinet]

On s'accorde généralement pour dire que la « Fantasy », en tant que genre littéraire, est née, au mitan des années 1960, de la prise de conscience par l'édition étasunienne, qu'en donnant une étiquette à un genre de littérature qui s’inspirerait des succès alors récents de J.R.R. Tolkien & R.E. Howard (en poche), elle pourrait en réitérer le succès. 

Un pari que l’on sait aujourd’hui largement gagné.

À un point tel, que lire de la Fantasy de nos jours, s'apparente parfois au travail de l'historien, vu la multiplicité des « sous-genres ». Rien d’étonnant donc, que soit apparu ce que justement en Histoire on appelle des « chrononymes ». 

            Le chrononyme, qui n’appartient pas contre toute attente au folklore du genre, est comme vous le savez peut-être, « une expression, simple ou complexe, servant à désigner en propre une portion de temps que la communauté sociale appréhende, singularise, associe à des actes censés lui donner une cohérence, ce qui s’accompagne du besoin de la nommer »*.  
En Histoire on retrouve ainsi la « Belle Époque », le « siècle des Lumières », les «Trente glorieuses », etc. 

            Or donc, Mage de bataille, le roman de Peter A. Flannery peut, sans se sentir trahi, accepter le chrononyme d'« Épopée fantastique ». 
Dont la concision résume pourtant bien ses deux traits les plus saillants.

« On a tous mangé beaucoup de pizza, mais on apprécie toujours quand quelqu’un apporte une pizza juste comme il faut. » Peter A. Flannery 

            Les mages de bataille éponymes, sorte de champions de la résilience, binômés chacun (dans les meilleurs des cas) avec un dragon sont, dans un monde secondaire qui rappelle furieusement le Moyen Age européen de notre « monde primaire », les garants de l’espoir face à une adversité démoniaque (au plein sens du terme). 
Les deux tomes de cette histoire, qui se suffit à elle-même, est surtout celle, sous la forme d’un Bildungsroman alchimiquement pur, du jeune Falco Danté

            Parue à l’origine en langue anglaise et en un seul volume, Mage de Bataille a surtout la particularité d’avoir été auto-publiée. Si cette spectaculaire aventure a coûté à son auteur quatre ans d’écriture, une persévérance qui transparait à la lecture au travers d’un enthousiasme communicatif, elle a surtout été couronnée par un « bouche-à-oreille » en ligne phénoménal. 
L’ouvrage recevant une note de plus de 4,8/5 sur le site de critiques et de recommandations littéraires Goodreads™, avec plus de 5000 notes, à mon dernier pointage. 

Bien que Peter A. Flannery s’en défende, Mage de bataille évoque pourtant, implicitement, l’éternel combat du Bien et du Mal, quasiment de façon chrétienne. Et s’il s’inspire de Tolkien, il laisse pourtant de côté les Elfes, les Orcs et les Nains, ne gardant du bestiaire de la Fantasy que les dragons. Un animal à qui il confère une élégance racée bienvenue. 

Les deux tomes, sous une magnifique couverture d’Alain Brion, et traduits par le grand spécialiste de R.E. Howard, Patrice Louinet, se distinguent par la dynamique entre les personnages, et un sens très polémique & performatif des affrontements. 

            Ces deux ouvrages qui laissent la part belle au « merveilleux héroïque », procureront une évasion immédiate, loin du quotidien, aussi bien aux vieux briscards des mondes secondaires qu’aux arpètes désireuses de s’y faire les dents. 
Les plus de 1000 pages de l’ensemble se lisent avec l’impression d’en lire moitié moins. 

Très très recommandé !!
____________________________
*Voir Les enjeux renouvelés d’un problème fondamental : la périodisation en histoire. Stéphane Gibert

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er