Accéder au contenu principal

Mage de bataille [Peter A. Flannery / Patrice Louinet]

On s'accorde généralement pour dire que la « Fantasy », en tant que genre littéraire, est née, au mitan des années 1960, de la prise de conscience par l'édition étasunienne, qu'en donnant une étiquette à un genre de littérature qui s’inspirerait des succès alors récents de J.R.R. Tolkien & R.E. Howard (en poche), elle pourrait en réitérer le succès. 

Un pari que l’on sait aujourd’hui largement gagné.

À un point tel, que lire de la Fantasy de nos jours, s'apparente parfois au travail de l'historien, vu la multiplicité des « sous-genres ». Rien d’étonnant donc, que soit apparu ce que justement en Histoire on appelle des « chrononymes ». 

            Le chrononyme, qui n’appartient pas contre toute attente au folklore du genre, est comme vous le savez peut-être, « une expression, simple ou complexe, servant à désigner en propre une portion de temps que la communauté sociale appréhende, singularise, associe à des actes censés lui donner une cohérence, ce qui s’accompagne du besoin de la nommer »*.  
En Histoire on retrouve ainsi la « Belle Époque », le « siècle des Lumières », les «Trente glorieuses », etc. 

            Or donc, Mage de bataille, le roman de Peter A. Flannery peut, sans se sentir trahi, accepter le chrononyme d'« Épopée fantastique ». 
Dont la concision résume pourtant bien ses deux traits les plus saillants.

« On a tous mangé beaucoup de pizza, mais on apprécie toujours quand quelqu’un apporte une pizza juste comme il faut. » Peter A. Flannery 

            Les mages de bataille éponymes, sorte de champions de la résilience, binômés chacun (dans les meilleurs des cas) avec un dragon sont, dans un monde secondaire qui rappelle furieusement le Moyen Age européen de notre « monde primaire », les garants de l’espoir face à une adversité démoniaque (au plein sens du terme). 
Les deux tomes de cette histoire, qui se suffit à elle-même, est surtout celle, sous la forme d’un Bildungsroman alchimiquement pur, du jeune Falco Danté

            Parue à l’origine en langue anglaise et en un seul volume, Mage de Bataille a surtout la particularité d’avoir été auto-publiée. Si cette spectaculaire aventure a coûté à son auteur quatre ans d’écriture, une persévérance qui transparait à la lecture au travers d’un enthousiasme communicatif, elle a surtout été couronnée par un « bouche-à-oreille » en ligne phénoménal. 
L’ouvrage recevant une note de plus de 4,8/5 sur le site de critiques et de recommandations littéraires Goodreads™, avec plus de 5000 notes, à mon dernier pointage. 

Bien que Peter A. Flannery s’en défende, Mage de bataille évoque pourtant, implicitement, l’éternel combat du Bien et du Mal, quasiment de façon chrétienne. Et s’il s’inspire de Tolkien, il laisse pourtant de côté les Elfes, les Orcs et les Nains, ne gardant du bestiaire de la Fantasy que les dragons. Un animal à qui il confère une élégance racée bienvenue. 

Les deux tomes, sous une magnifique couverture d’Alain Brion, et traduits par le grand spécialiste de R.E. Howard, Patrice Louinet, se distinguent par la dynamique entre les personnages, et un sens très polémique & performatif des affrontements. 

            Ces deux ouvrages qui laissent la part belle au « merveilleux héroïque », procureront une évasion immédiate, loin du quotidien, aussi bien aux vieux briscards des mondes secondaires qu’aux arpètes désireuses de s’y faire les dents. 
Les plus de 1000 pages de l’ensemble se lisent avec l’impression d’en lire moitié moins. 

Très très recommandé !!
____________________________
*Voir Les enjeux renouvelés d’un problème fondamental : la périodisation en histoire. Stéphane Gibert

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®