Accéder au contenu principal

À Couteaux tirés [Rian Johnson / Daniel Craig / Ana de Armas]

À couteaux tirés emprunte sa distribution « Quatre étoiles » aux nombreux « whodunit » cinématographiques qui adaptent les romans d’Agatha Christie, et son ton caricatural à ceux qui pastichent la célèbre « Reine du crime ».
Pas si parodique qu'Un cadavre au dessert, le film de Rian Johnson ne rivalise néanmoins pas avec le très sérieux de Gosford Park.
Ceci étant exprimé, À couteaux tirés est un film en 3 actes : 
• le « kilafé » proprement dit
• L’interversion
• et la mise en abyme (ou le trou dans le donut)
Si Rian Johnson a volontiers situé son intrigue dans une Amérique contemporaine, d'autres y ont vu une « satire de l'Amérique trumpiste ».
Rien que ça !?

Pour ma part j'y ai surtout vu un Cluedo™ qui avait un peu honte de « n’être que lui-même et chercherait à justifier son existence par un intérêt supplémentaire : d’ordre esthétique, sociologique, moral, psychologique, politique, érotique… bref par quelque valeur intrinsèque au genre et qui est supposé l’enrichir », pour paraphraser André Bazin à propos du « sur-western ».   
Le résultat est assez mitigé.

Parfois amusant, par exemple lorsque Benoît Blanc s'inspire de L'Arc-en-ciel de la gravité de Thomas Pynchon pour expliquer sa méthode de travail. À Couteaux tirés souffre malheureusement de n'être interprété que par gens qui donnent clairement l'impression de le faire.
À l'instar de ce personnage qui trouve à la demeure familiale des airs de Cluedo™, je n'ai pas pu me départir d'assister à une partie de ce jeu de société.
Une partie souvent maladroite, à laquelle on ne m'invitera pas.

Rian Johnson a en plus la mauvaise idée de nous faire poiroter (sic) pendant deux heures, dans la visible intention d'épuiser tous les clichés du genre, avant un dénouement dans la grande tradition, mais guère convaincant. 

            Écrire une intrigue policière à la manière d'Agatha Christie est loin d'être facile, Rian Johnson choisit d'en déconstruire le dispositif. 
Non pas comme le ferait un horloger avec une montre, mais à la manière de Jacques Derrida. Autrement dit, en mettant en évidence les ambiguïtés et les contradictions qui travaillent ce type de récit.
Ceci étant fait, il choisit d'en rire, mais sans jamais se montrer à la hauteur de ce dont il se moque. Écrire une intrigue policière à la manière d'Agatha Christie est loin d'être facile.

Au final À couteaux tirés est un film qui ne vaut sûrement deux heures du temps de n'importe quel spectateur. 

À éviter ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er