Accéder au contenu principal

Le Temps fut [Ian McDonald / Gilles Goullet / Aurélien Police]

Une histoire c'est comme l'instantané de quelque chose de plus vaste que ce qu'il fige. Son cadrage ne dit rien de ce qui s'est passé avant ou de ce qui arrivera. Il s'intéresse par la force des choses à l'une ou l'autre, mais pas à la totalité de ces choses.
Toutefois, celles qui forment l'arrière-plan et celles, plus floues, qui ne font que passer ; ajoutent implicitement à ce que dit cet éclat de temps.
La photographie en prose que nous propose ici Ian McDonald, si elle est plus longue qu'une nouvelle, est cependant plus courte qu'un roman. Comme n'importe quelle photographie, une histoire ne peut pas tout dire. McDonald dépasse cette contrainte pour en faire un choix, lequel fera justement la particularité de son texte.

Philadelphie, octobre 1943 Spitalfields, de nos jours ; Emmet Leigh, bouquiniste, déniche un recueil de poèmes contenant une lettre manuscrite.

            Le vingt-troisième tome de la collection Une Heure-Lumière™, dont la note d'intention prévoit que ses novellas soient lues d'une traite. Autrement dit vite. Ce vingt-troisième tome donc, est paradoxalement un récit qu'on peut vouloir faire durer.
« Ils sont arrivés comme des vautours, hésitant, rôdant, attirés par les phéromones des livres à l’agonie. ». Quand une histoire commence comme ça, je sais que quoi qu'il arrive, je vais prendre mon temps pour la lire. Mais Ian McDonald plus que Gilles Goullet* pour le coup, s'ingénie à fabriquer de l'impatience.
Et comme si cela ne suffisait pas, Le Temps fut se distingue également en ce qu'il occupe pour la majeur partie de son récit l'incertitude du Fantastique. Cette hésitation qui « ne connaît que les lois naturelles, face à un événement en apparence surnaturel » (Cf. Tzvetan Todorov), imprègne durablement son développement. 

Entre hésitation et impatiente Le Temps fut captive avec une rare intensité, et une atmosphère à nulle autre pareille. 

Et, contre toute attente, surprend.

           Une surprise qui, nouveau paradoxe, risque de passer inaperçue, en ce qu'elle est cachée par une chute que d'aucuns verront venir de loin. La fin, qui n'en est pas une justement, on ne la verra pas. Elle est hors du cadre. Elle nous échappe. Mais elle ne peut pas ne pas être là : Le Temps fut.  

Une des réussites majeures d'un catalogue qui n'en manque pourtant pas.

Une novella qui, avec un temps d'avance, le sujet s'y prête, rejoint le Maki Project 2020©.
___________
*J'ai une position très claire sur le sujet. En ce qui me concerne, le traducteur est soit un co-auteur, soit un dialoguiste (cinéma, BD). Autrement dit une cheville ouvrière et artistique indispensable.  Et qui doit être reconnue en tant que telle.
Toutefois, quoi qu'il arrive, comme spécifié ici, l'intrigue est uniquement du ressort de l'auteur original.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er