Accéder au contenu principal

À toi pour toujours, Anna [Kate Wilhelm / Noé Gailard]

Gordon Sills, un graphologue, est embauché par la l'entreprise Draper Fawcett pour retrouver une femme. Celle-ci était liée à un scientifique, disparu dans l'explosion d'une usine.
            La présence de l'histoire de Kate Wilhelm (1928 - 2018) au sommaire de la revue Univers 1989, et son Prix Nebula© dans la catégorie « Nouvelle », en 1988, ne devrait laisser planer aucun doute sur le genre auquel appartient ledit texte. Une quasi certitude qui néanmoins, ne résistera pas à l'expérience de la lecture proprement dite des 17 pages qui la contiennent.
Kate Wilhelm elle-même nous avertissait dans une précédente livraison de la revue commercialisée par l'éditeur J'ai Lu™ ;  « Moi, j’écris toujours des récits en porte à faux. Mes deux dernières nouvelles sont en porte à faux : ni l’une ni l’autre ne sont vraiment de la science-fiction ou simplement de la littérature générale. Il n’y a pas moyen de les classer dans une catégorie. » (in Univers 1982).

Il n'y a pas que ses nouvelles qui soient en porte à faux. Celui qui voudrait parler d'À toi pour toujours, Anna, sans déflorer ce qui en fait tout le sel, se retrouverai dans une position tout aussi incertaine.

Typique des histoires « à chute », À toi pour toujours, Anna, dépend d'une mécanique de précision, qu'une révélation, malencontreuse, risquerait de définitivement gripper. Si cet aspect ne suffit pas à décrire ce que procure cette nouvelle, l'Humain n'est en effet jamais très loin des préoccupations de l'autrice, il est -à mon avis- indispensable.     

On touche d'ailleurs ici la pierre d’achoppement de toute critique, mais surtout celles qui concernent les textes courts : comment ne pas trop en dire, tout en disant quelque chose qui vaille la peine de l'être ?   

            Écrite il y a plus de trente ans, À toi pour toujours, Anna n'est pas sans rappeler certaines nouvelles que Ken Liu écrit de nos jours. Comme son cadet, Kate Wilhelm n'éloigne jamais l'être humain de la réflexion scientifique. Même si ici, il faudra que le lecteur mobilise une bonne dose de suspension volontaire d'incrédulité pour accepter le versant scientifique de l'affaire.   

Une nouvelle qui me permet d'ajouter une unité au Projet Maki™. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®