Accéder au contenu principal

La malédiction d'Ishtar [Lindsay Marshal / Stanley Townsend / Tom Dalton / Sam Yates]

Difficile de trouver le « patient zéro », mais dès 1975 Joe Gores transformait l'écrivain Dashiell Hammett en détective privé de fiction. D'autres romanciers y ont eu droit, de Kipling à Lovecraft en passant par Cervantès ; ce coup-ci c'est Agatha Christie qui se trouve plongée dans un whodunit qu'elle aurait très bien pu écrire.
Ce que son double de fiction, incarné par Lindsay Marshal, ne manquera pas de faire remarquer lors du malicieux l'épilogue de « La Reine du crime présente : La malédiction d'Ishtar ».
Un téléfilm qui se regarde comme on enfile ses chaussons préférés.
            Les faits se dérouleront principalement en Irak, pays dans lequel Agatha Christie s'est effectivement rendue, et où son double devra résoudre une enquête qui commence comme une farce macabre de très mauvais goût.
Pour finalement mêler des intérêts supérieurs via un trafique de poteries, sous les auspices d'un vaudeville qui n'aurait pas jurer dans la collection Harlequin™.
Tout cela est très joliment interprété, grâce à une réalisation qu'on aurait guère besoin de modifier pour la faire jouer sur une scène de théâtre. 
Agatha Christie y apparait comme une femme de tête, à laquelle Lindsay Marshal confère un charme rien moins qu'anachronique. D'une manière générale d'ailleurs, le beau sexe s'en tire mieux que la gent masculine, reléguée à faire de la figuration.
La scène où Agatha Christie reluque celui qui deviendra son mari, torse nu, en train de creuser une tombe, est assez emblématique du rôle que joueront les unes et les autres dans cette histoire gentiment irrévérencieuse.   
            « La malédiction d'Ishtar » est un téléfilm qui plaira sûrement aux téléspectateurs qui ont usé leur fond de culotte en regardant les rediffusions télévisées où David Suchet prêtait son talent à interpréter Hercule Poirot.  
Il plaira aussi, certainement, aux amateurs d'Agatha Christie, en en donnant le portrait d'une femme indépendante, tenace et charmante.
Bref, si le scénario écrit par Tom Dalton n'est pas une rigoureuse biographie, il est en tout cas assurément hagiographique.          

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d