Accéder au contenu principal

La malédiction d'Ishtar [Lindsay Marshal / Stanley Townsend / Tom Dalton / Sam Yates]

Difficile de trouver le « patient zéro », mais dès 1975 Joe Gores transformait l'écrivain Dashiell Hammett en détective privé de fiction. D'autres romanciers y ont eu droit, de Kipling à Lovecraft en passant par Cervantès ; ce coup-ci c'est Agatha Christie qui se trouve plongée dans un whodunit qu'elle aurait très bien pu écrire.
Ce que son double de fiction, incarné par Lindsay Marshal, ne manquera pas de faire remarquer lors du malicieux l'épilogue de « La Reine du crime présente : La malédiction d'Ishtar ».
Un téléfilm qui se regarde comme on enfile ses chaussons préférés.
            Les faits se dérouleront principalement en Irak, pays dans lequel Agatha Christie s'est effectivement rendue, et où son double devra résoudre une enquête qui commence comme une farce macabre de très mauvais goût.
Pour finalement mêler des intérêts supérieurs via un trafique de poteries, sous les auspices d'un vaudeville qui n'aurait pas jurer dans la collection Harlequin™.
Tout cela est très joliment interprété, grâce à une réalisation qu'on aurait guère besoin de modifier pour la faire jouer sur une scène de théâtre. 
Agatha Christie y apparait comme une femme de tête, à laquelle Lindsay Marshal confère un charme rien moins qu'anachronique. D'une manière générale d'ailleurs, le beau sexe s'en tire mieux que la gent masculine, reléguée à faire de la figuration.
La scène où Agatha Christie reluque celui qui deviendra son mari, torse nu, en train de creuser une tombe, est assez emblématique du rôle que joueront les unes et les autres dans cette histoire gentiment irrévérencieuse.   
            « La malédiction d'Ishtar » est un téléfilm qui plaira sûrement aux téléspectateurs qui ont usé leur fond de culotte en regardant les rediffusions télévisées où David Suchet prêtait son talent à interpréter Hercule Poirot.  
Il plaira aussi, certainement, aux amateurs d'Agatha Christie, en en donnant le portrait d'une femme indépendante, tenace et charmante.
Bref, si le scénario écrit par Tom Dalton n'est pas une rigoureuse biographie, il est en tout cas assurément hagiographique.          

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®