Accéder au contenu principal

the Amazing Spider-Man [Nick Spencer / Ryan Ottley / Cliff Rathburn / Laura Martin]

Après 8 ans de bons et loyaux services à écrire « the Amazing Spider-man », Dan Slott passe la main. Désormais ce sera au scénariste Nick Spencer de s'occuper du titre créé par Stan Lee & Steve Ditko, et dont le premier numéro a été commercialisé en décembre 1962.
            Commencé en février 2019 en France, ce premier arc narratif, intitulé, « Retour aux fondamentaux » est précédé par une opération commerciale, connue sous le nom de Free Comic Book Day™, et qui consiste à offrir aux lecteurs une histoire gratuite. Dix pages qui servent ici de prélude, voire d'exergue, au nouvelles aventures du « Tisseur ».
En même temps que Spencer, ce nouveau départ (Fresh Start©) amène avec lui le dessinateur Ryan Ottley, assisté de Cliff Rathburn à l'encrage et de Laura Martin à la colorisation.
Une équipe artistique qui sera présente sur les 5 premiers numéros de l'arc en question, dont je parlerai ici.
Une constance que n'auront malheureusement pas les planches qui illustreront le scénario de Nick Spencer.
            Surtout connu pour avoir été le principal dessinateur de la série Invincible, scénarisée par Robert « The Walking Dead » Kirkman, Ottley livre ici des planches très inégales, et donne l'impression d'un manque flagrant d'imagination.
Ainsi, lors de ce qui aurait dû être, à mon avis, un moment fort de ces cinq numéros, visuellement parlant, le dessinateur se contente d'une case aussi approximative que peu ambitieuse.
Il souffrira aussi de la comparaison, inévitable, avec les pages de son homologue, Humberto Ramos (& Victor Olazaba et Edgar Delgado), qui s’intercalent entre les siennes, dans le premier numéro.
Tout n'est pas décevant non plus. Certaines de ses planches laissent par ailleurs entrevoir un sens du spectaculaire qui fait largement le job.
Mais les planches ne sont pas le seul problème. 
            Ce « Retour aux fondamentaux » pâtit également d'un scénario qui, s'il n'est pas avare d'idées, manque singulièrement de tripes.
Au moins deux d'entre ces idée valent le détour.
Nick Spencer use par exemple d'un stratagème intéressant pour plonger Peter Parker dans ce qu'il est coutume d'appeler un nouveau « statu quo ». 
Manque de ténacité du scénariste, ou consignes éditoriales contraires, cette idée disparaît aussi rapidement qu'elle était apparue.  
C'est d'autant plus dommage que cette péripétie avait toutes les chances de parler à des lecteurs contemporains des aventures du jeune Parker.
Son alter ego n'est cela dit, pas mieux traité. 
Outre un manque évident de créativité picturale déjà cité supra, ce qui arrive à Spider-Man, entendu que cela concerne plutôt l'homme masqué, se dégonfle de manière tellement insignifiante que je me demande pourquoi on en est passé par-là ?!
            Disons que pour la faire courte, après avoir lu les deux numéros suivants, les 6 et 7, je suggère d'éviter ce premier arc et de plonger directement dans le sixième numéro.
Lequel met en scène un Peter Parker qui doit composer plus sérieusement avec l'un de ses colocataires. 
La série reprend certes un air déjà joué par Nick Spencer (Superior Foes, Ant-Man, The Fix), où son sens de la comédie s'équilibre assez bien avec la dose d'aventure pyrotechnique que ce genre de titre doit fournir à ses lecteurs. Mais au moins sommes-nous sur un terrain qu'il maîtrise plutôt bien.
Je ne sais pas ce que donnera cette nouvelle aventure, baptisée Amis et ennemis, mais au moins démarre-t-elle mieux que celle dont je viens de parler.
            En bref un démarrage en demi-teinte, qu'on peut ne pas lire ; l'économie réalisée (20 euros si vous passez par les recueils) permettra d'investir dans la suite bien plus prometteuse (et moins chère).
___________________
Sophie Watine-Vievard s'occupe de la traduction et Christophe Semal du lettrage, pour les éditions Panini™. Et c'est Greg Land qui illustre la belle couverture noire & Blanc qui ouvre ce billet. 
 
(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®