Accéder au contenu principal

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 » 
Fred Cavayé 
L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public. 
            Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par Fred Cavayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA®
L'effet en question est un biais cognitif documenté par Michael Norton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue). 
Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde. 
L'effet IKEA® implique donc plus le spectateur que ne le ferait une histoire plus linéaire. 
            En outre, l'utilisation de « désirs contrariés », et la complicité qui née avec des personnages avec qui on partage une certaine intimité, ici Samuel Pierret, sa femme et, dans une moindre mesure, Hugo Sartet, alimentent des sympathies et des antipathies (ceux qui leur veulent du mal) très tranchées. 
Ne pas laisser indifférent le spectateur est bien évidemment un gage supplémentaire de son implication. 
            « À bout portant2010 » adopte au surplus, un rythme feuilletonnant, chapitré par des scènes chocs (la moto, l'enlèvement, le meurtre de sang froid dans la planque, etc.) qui relancent et modifient de quelques degrés, à chaque fois, la direction qu’on suppose que le scénario est en train de prendre. 
Un contre-emploi mémorable, et une séquence qui l'est tout autant (où il est question d'une fenêtre), achève de nous faire attendre l’inattendu avec une certaine anxiété : les personnages ne sont plus les seuls à être sur le qui-vive. 
Fred Cavayé va jusqu'à construire une symétrie entre Sartet et Pierret au travers d'une fuite, avec à leurs trousses respectives (mais pas au même moment), les quasi mêmes poursuivants. 
Deux courses-poursuites à pieds, et qui passent toutes les deux par des « sous-sols » c’est trop pour une coïncidence. 
Ce choix, symbolique, rebat bien évidemment encore une fois les cartes d’un Monopoly© de la peur (Pantin, Gare du Nord, métro, etc.) haletant. 
            D'une manière générale la distribution est particulièrement réussie. 
Les actrices et les acteurs ont toutes & tous une présence physique qui permet au réalisateur et à son coscénariste, Guillaume Lemans, de faire un film où les dialogues, relativement rares, vont à l'essentiel. 
Reste que tous les personnages ne sont pas non plus interprétés sur le même mode. Mais la présence physique y est pour tous, essentielle. Et ça marche ! 
La réalisation plutôt sobre, ça bouge dans le plan, mais il y a peu d'effets de caméra, donne un côté réaliste à l'action, quasi continue du métrage. 
C’est très énergique, mais ça n’épuise pas avec des « cuts» ou un montage épileptique.
            En conclusion, sur une trame largement usée, « À bout portant » ne fait pas de prisonniers, et gagne par K.O face à l'adversité. 
Un polar français qui n'a vraiment rien à envier à ses homologues étasuniens ou hongkongais.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d