Accéder au contenu principal

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 » 
Fred Cavayé 
L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public. 
            Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par Fred Cavayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA®
L'effet en question est un biais cognitif documenté par Michael Norton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue). 
Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde. 
L'effet IKEA® implique donc plus le spectateur que ne le ferait une histoire plus linéaire. 
            En outre, l'utilisation de « désirs contrariés », et la complicité qui née avec des personnages avec qui on partage une certaine intimité, ici Samuel Pierret, sa femme et, dans une moindre mesure, Hugo Sartet, alimentent des sympathies et des antipathies (ceux qui leur veulent du mal) très tranchées. 
Ne pas laisser indifférent le spectateur est bien évidemment un gage supplémentaire de son implication. 
            « À bout portant2010 » adopte au surplus, un rythme feuilletonnant, chapitré par des scènes chocs (la moto, l'enlèvement, le meurtre de sang froid dans la planque, etc.) qui relancent et modifient de quelques degrés, à chaque fois, la direction qu’on suppose que le scénario est en train de prendre. 
Un contre-emploi mémorable, et une séquence qui l'est tout autant (où il est question d'une fenêtre), achève de nous faire attendre l’inattendu avec une certaine anxiété : les personnages ne sont plus les seuls à être sur le qui-vive. 
Fred Cavayé va jusqu'à construire une symétrie entre Sartet et Pierret au travers d'une fuite, avec à leurs trousses respectives (mais pas au même moment), les quasi mêmes poursuivants. 
Deux courses-poursuites à pieds, et qui passent toutes les deux par des « sous-sols » c’est trop pour une coïncidence. 
Ce choix, symbolique, rebat bien évidemment encore une fois les cartes d’un Monopoly© de la peur (Pantin, Gare du Nord, métro, etc.) haletant. 
            D'une manière générale la distribution est particulièrement réussie. 
Les actrices et les acteurs ont toutes & tous une présence physique qui permet au réalisateur et à son coscénariste, Guillaume Lemans, de faire un film où les dialogues, relativement rares, vont à l'essentiel. 
Reste que tous les personnages ne sont pas non plus interprétés sur le même mode. Mais la présence physique y est pour tous, essentielle. Et ça marche ! 
La réalisation plutôt sobre, ça bouge dans le plan, mais il y a peu d'effets de caméra, donne un côté réaliste à l'action, quasi continue du métrage. 
C’est très énergique, mais ça n’épuise pas avec des « cuts» ou un montage épileptique.
            En conclusion, sur une trame largement usée, « À bout portant » ne fait pas de prisonniers, et gagne par K.O face à l'adversité. 
Un polar français qui n'a vraiment rien à envier à ses homologues étasuniens ou hongkongais.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er