Accéder au contenu principal

Enfant 44 [Tom Hardy / Noomi Rapace / Daniel Espinosa]

J’aime beaucoup les polars qui se déroulent dans des sociétés contrôlées par une idéologie totalitaire, ou dans un moment de l’Histoire particulièrement dangereux. 
Je pense par exemple à La nuit des généraux, récit d’une enquête policière au sein de l’armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale, avec Omar Sharif et Peter OToole. À la série de romans de Philip Kerr avec son détective privé Bernie Gunther, ou encore à SS-GB la formidable uchronie de Len Deighton, publiée en 1978. Pour ne citer que quelques exemples. 
« Il n'y a pas de meurtre au paradis »
            « Enfant 442015 » se déroule en U.R.S.S. (comme l’excellent Gorki Park du siècle dernier, adapté du roman de Martin Cruz Smith). On y suit, au début des années 1950,  l’enquête (forcément) semée d’embûches de Leo Dimitov ancien combattant, et très bon agent du MGB (l’ancêtre du KGB) sur des meurtres que le régime stalinien ne peut idéologiquement accepter de reconnaître. 
            Si dans le rôle principal Tom Hardy accapare l’attention grâce à l’intensité de son interprétation. « Enfant 44 » brosse aussi le portrait d’une femme combative en la personne de son épouse. Interprétée tout aussi intensément par Noomi Rapace. 
Sachant qu’un « héros » est toujours tributaire de la valeur de son antagoniste, qui dans ce genre d’histoire n’est pas toujours le meurtrier qu’il pourchasse ; ce rôle est ici occupé par Joel Kinnaman. Ex-frère d’arme, subordonné envieux, et adversaire sournois. 
Les seconds rôles ne manquent pas de qualités non plus. 
Fares Fares dans une interprétation difficile ; sa présence, très impressionnante, doit en effet composer avec un rôle qui la lui fait diminuer petit à petit, et endosser un rôle quasi biblique. Gary Oldman dans un petit rôle y est cependant marmoréen autant qu'inoubliable. Et Vincent Cassel dans une interprétation plus attendue certes, ne passe néanmoins pas inaperçu. 
            Tout comme la société en déliquescence que filme la caméra de Daniel Espinoza, et qui vaudra à son long-métrage d’être interdit dans la Russie de Vladimir Poutine. Cette censure a un étrange effet miroir avec ce dont traite le film en filigrane ; une image qui aura sûrement échappé à l’ancien élève de l’Institut Andropov. 
            « Enfant 44 » est donc une histoire chargée en énergies contraires, où la tension entre l’enquête et la société dans laquelle elle se déroule est constitutive du plaisir qu’on prend à la suivre. Du tueur en série ou de l’U.R.S.S. stalinienne ; on ne peut s’empêcher de se demander qui est le plus dangereux pour ses enfants. D’autant que l’un, peut être perçu comme l’incarnation – littéralement – de l’autre. Une sorte de pantographie de ce que produit l’empire communiste d’alors. 
Reste donc une belle réussite, qui me fait regretter que les deux autres romans de Tom Rob Smith, avec Leo Dimidov, n’aient pas eu d’adaptation.
Il y avait là un beau rôle récurrent pour un Tom Hardy, ici phénoménal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er