Accéder au contenu principal

Batman : Curse of the White Knight [Sean Murphy / Matt Hollingsworth /Benjamin Rivière]

Reprenons l’histoire da capo
            Début 1938, un personnage de bande dessinée apparaît de l’autre côté de l’Atlantique, dont l’inertie mémétique forte n’est plus à prouver quatre-vingt ans après sa création. Superman a en effet durablement fait évoluer la BD étasunienne, au point de créer un genre à part entière, devenu par ailleurs prédominant. 
Véritable phénomème (sic) de la littérature dessinée (i.e. un élément de code culturel reconnaissable et reproductible taille XXXL) à l’origine d’une théorie de personnages. Un miroir aux silhouettes où non seulement les personnages se réfléchissent les uns les autres, mais également où les plus populaires se déclinent en autant d’univers que l’imagination peut en créer. 
Batman : White Knight de Sean Murphy en est une très belle illustration. 
            On y voit un Joker, transformé en politicien, sous l’identité de Jack Napier mais sans la physionomie de Jack Nicholson, qui tente de transformer Gotham, et y transforme Batman
Personnage créé, soit dit en passant, dès l'origine pour être un « négatif » du Kryptonien, en vertu du miroir aux silhouettes déjà mentionné, où les personnages sont donc des déformations, ou des inversions, de ceux qui existent déjà.
Huit numéros donc, dont un final « extra-size », où le talent de Sean Murphy à la planche à dessin complète un beau savoir-faire au traitement de texte. 
En conclusion, Batman : White Knight pose les bases d’un univers qui ne demande qu’à s’épanouir. 
« Batman : Curse of the White Knight » prolongera donc cette aventure éditoriale. 
            Si l’allusion à la première aventure de Zorro, intitulée The Curse of Capistrano, de Johnston McCulley vous aura échappé, peut-être que quelques scènes rappelant les planches qu’Alex Toth a dessinées pour le justicier masqué californien y réussiront. 
Ce type d’univers alternatif est en effet toujours l’occasion d’intertextualités et de réappropriation. 
Ici par exemple, Batman s’opposera à Azrael, un personnage bien connu des amateurs du Caped Crusader, inventé par Dennis ONeil & Joe Quesada au début des nineties
Héritière reconnaissante d’une littérature du rebondissement et de la volte-face, la mini-série en huit numéros est une totale réussite. Elle conjugue en effet avec beaucoup d’adresse de nouvelles combinaisons de situations anciennes. 
En plus d’un scénario particulièrement intrépide, Sean Murphy et Matt Hollingsworth, son coloriste, donnent à lire des planches époustouflantes. Chaque personnage et chaque plan est un élément narratif indissociable du tissu scénaristique que tissent les dialogues et les récitatifs. Le langage corporel des personnages, les plans et leur colorisation expriment autant l’action que la psychologie des uns et des autres. 
            Le recueil commercialisé par Urban Comics™ est un bel écrin pour cet univers que les relectures n’épuiseront pas avant longtemps. 
Seule fausse note, si je puis dire, qui n’est d’ailleurs pas forcément imputable à l’éditeur français, l’interlude consacré à Von Freeze
Placé entre le sixième et le septième numéro de la mini-série de Murphy, le dessin de Klaus Janson tranche de manière vraiment trop brutale avec celui du natif du New Hampshire. D’autant qu’à moins d’être passé à côté de quelques chose, je ne vois pas ce qui aurait empêché de mettre cette histoire après le huitième numéro de « Curse of the White Knight ». 
Ce qui n'aurait rien changé à mon avis, à la belle déclaration d'amour confraternelle à l'adresse de Janson, que détaille Murphy dans une belle postface.
En l’état, cette pourtant belle histoire, casse le rythme du récit principal. 
            En définitive, ce deuxième tome complète avec brio un univers parallèle supplémentaire à ceux déjà nombreux du Batman, qui pour le coup risque d’en éclipser un bon nombre. 
Si le talent artistique de Sean Murphy ne souffrait guère de contestation, White Knight et « Curse of the White Knight » révèle un scénariste avec qui il faudra décidément compter. S’il avait déjà montré des velléités dans ce domaine sur des œuvres plus personnelles (Off Road et Punk Rock Jesus), le Murphyverse© qu’il met en place sous l’égide de la collection Black Label® le place d’ores et déjà dans le peloton de tête des scénaristes mainstream
Et c’est pour moi une très bonne nouvelle !
________ 
Le néologisme « phénomème » est construit à partir du « mème » inventé par Richard Dawkins. 
Il s'agit pour le dire vite, d'un réplicateur culturel comparable aux gènes.
La mémétique, une science molle qui étudiait et promouvait ces entités réplicatives d'information est certes tombée en désuétude, mais elle reste à mon sens toujours valable du moment qu'on en fait pas un dogme.
Elle permet en outre, et paradoxalement, de rafraîchir le discours dès lors qu'il est question de parler de phénomènes culturels.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®