Accéder au contenu principal

L'Expérience [Alan Glynn / Fabrice Pointeau]

A.E. van Vogt s'y est essayé je crois, Daniel Keyes aussi, avec peut-être le roman le plus connu sur le sujet. Ted Chiang, le brillant et rare nouvelliste aussi, en 1991. 
Et donc Alan Glynn, lequel a d'ailleurs écrit un roman antérieur à celui qui m'a occupé quelques jours durant sur le même sujet, et dont on a tiré une adaptation : Limitless, avec l’acteur Bradley Cooper. 
Tous ces auteurs ont donc en commun de s'être frottés à des êtres humains dont on augmentait l'intelligence grâce à des nootropes, ici le MDT-48™. 
            Dans « L'Expérience2019 » qui peut donc être lu en complément de son précédent ouvrage déjà cité Champ de ténèbres, Alan Glynn se mesure  à l'idée d'une « super-intelligence » au travers du roman à suspense. Un genre dont il amplifie les effets en donnant à lire deux intrigues qui se déroulent à plusieurs années de distance, liées entre elles par un individu qui a vécu la première histoire, et autour de laquelle gravite la seconde. 
Si « L'Expérience » est un page-turner que j'ai trouvé assez plaisant à lire, Alan Glynn n'est pas arrivé à susciter, à l'échelle de mes propres attentes, ce que devrait être de rencontrer quelqu'un dont l'intelligence est largement supérieure à tout ce que l'on peut imaginer. 
Ceci expliquant d'ailleurs sûrement cela. 
Impossible, à première vue, de penser au-delà de notre propre intelligence. 
Sauf peut-être à inventer un nouveau langage pour dire la nouveauté ?
Au risque, cette fois-ci de n'être pas compris. 
            Au final, sur le plan du divertissement, Alan Glynn s'en sort donc de justesse. « L'Expérience » est une lecture qui maintient vaille que vaille l'illusion tant qu’on est plongé dedans (ce qui n'est déjà pas si mal). 
Mais la fin, en forme de test anti-dopage négatif en ce qui concerne l’auteur quant à son usage de smart drugs, et surtout la banalité des effets du MDT-48™ sur ceux qui en prennent, n’encombreront pas notre mémoire trop longtemps.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®