Accéder au contenu principal

Hollywood Zero [Dominique Forma]

« Merci à Jeff Bridges et à Noah Wyle de m’avoir fait confiance et de m’avoir donné la chance d’accomplir mon rêve. » Dominique Forma 
 
Roman de presque 170 pages, « Hollywood Zero » en a 35 de trop. 
            Dominique, sorte de voyou romantique et pragmatique, doit de l'argent à des tronches de faits divers pas très accommodantes. Une invitation opportune à quitter Paris se présente incidemment, sous la forme d'une rencontre avec une ancienne relation toute aussi interlope que ses créanciers. 
Direction la Mecque du cinéma sur la côte Ouest des U.S.A. 
            « Hollywood Zero » bénéficie sans conteste de la propre expérience de Dominique Forma. 
Le romancier a lui aussi passé du temps à Hollywood, lequel temps a débouché sur la réalisation d'un film, dont il avait par ailleurs également écrit le scénario. Scenes of the Crime, avec Jeff Bridges et Noah Wyle dans les rôles principaux. 
Si Dominique Forma a eu beaucoup de mal à convaincre les financiers d'investir dans son premier (et seul) long-métrage, la suite n'a pas été de tout repos non plus. Scenes of the Crime n'est en effet sorti qu'en édition DVD (sous le titre La loi des armes en version française), sans passer par les salles obscures. Malgré ce qu'on appelle un « short form deal » avec MGM™, autrement dit un accord verbal entériné très succinctement par écrit. 
Une des nombreuses péripéties que connaitra donc Scenes of the Crime, et qui nous vaudra l'une des scènes les plus surréalistes du roman, qui n'en manque pourtant pas. 
            À dire vrai, le coup d'œil que propose « Hollywood Zero » sur l'envers du décor hollywoodien est d'une sourde violence psychologique aussi longue qu’un lundi. Avant qu'elle n'éclate physiquement lors d’un périple au Mexique haut en couleurs. Et que son empreinte retraverse la frontière, animée des mêmes élans destructeurs. 
            L'épilogue, en deux temps, dont l'amoralité ne manquera pas de faire sourire, ratifie ce que j'avais rapidement ressenti : « Hollywood Zero » est d'abord, et avant tout, un roman BDSM. Âmes sensibles s’abstenir ! 
Et à n’en pas douter, un règlement de compte de la part de l’ex-cinéaste devenu depuis, romancier. 
            Or donc, sauf si une petite introduction au plaisir masochiste vous tente, l’amputation de ses six premiers chapitres est impérative recommandée. 
Transformant « Hollywwod Zero » en une excellente novella bien amère, et plus serrée qu’un nœud de shibari
Coupez !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®